50 ans de SL

Pour partager :

Depuis plus d'un demi-siècle, les voitures de sport Mercedes-Benz à la légendaire désignation "SL" ont compté parmi les voitures les plus stylées et les plus prisées au monde.

Considérées par beaucoup comme l’ultime voiture de rêve, les générations successives de la SL ont toutes partagé les vertus hors du temps de conception, d’avant-garde et par-dessus tout, de plaisir de conduire. Ces qualités se sont retrouvées sur chaque modèle SL ces cinquante dernières années, jusqu’au modèle actuel.

L’histoire de la SL a commencé à New York en février 1954 quand la marque de Stuttgart a présenté d’emblée deux modèles SL devenus légendaires : le coupé à portes «papillon» 300 SL et le cabriolet 190 SL. La 300 SL, avec ses portes spectaculaires dites «papillon» et ses performances de bête de course, remporta un succès immédiat chez les passionnés et avec la 190 SL, un cabriolet de sport, instaura la tradition des roadsters Mercedes-Benz. Trois ans plus tard, en 1957, la 300 SL était lancée en version cabriolet.

1954 : la légende SL est née

C’est la 300 SL de 1954 qui est considérée comme la première voiture de sport Mercedes d’une longue série charismatique. Les nombreux succès en compétition de ce modèle attirèrent l’attention de l’importateur américain Max Hoffman. Il était si enthousiaste au sujet de ces véhicules qu’il demanda à la direction de la société à Stuttgart de développer une version routière. Ce fut le début de l’irrésistible ascension de la 300 SL. Les portes du modèle n’étaient qu’un des facteurs de succès. Les autres caractéristiques inédites incluaient un châssis tubulaire complexe mais extrêmement robuste et un moteur à essence à injection directe haute performance qui générait 215 ch avec six cylindres, une valeur sensationnelle pour l’époque. La même technologie était appliquée plus tard à la version cabriolet de la 300 SL.

1963 : nouveau roadster Mercedes avec toit "pagode"

En 1963, l’arrivée du nouveau roadster succédant aux 300 SL et 190 SL fit sensation par son aspect inhabituel. Les lignes étaient nouvelles mais le plus frappant était un toit rigide amovible qui s’enfonçait au milieu et fit surnommer la voiture «pagode». Pourtant ce sont des raisons de sécurité qui avaient prévalu dans cette conception. L’ingénieur Mercedes Béla Barényi, le pionnier de la sécurité des voitures de tourisme moderne, avait breveté cette forme inhabituelle de toit en 1956 offrant une rigidité extrême et un maximum de sécurité en cas d’accident. L’espace généreux disponible au niveau de la tête avec le toit rigide en place était lui aussi impressionnant. Simultanément, la SL était devenue une voiture de sport très civilisée, particulièrement dans son élément sous forme de cabriolet. Et comme son prédécesseur, ce modèle de seconde génération bénéficiait d’avancées techniques remarquables, telles qu’une carrosserie de sécurité et une capote commode. Ce modèle était équipé au départ d’un moteur six cylindres de 150 ch 2,3 litres qui permettait à la SL 230 d’atteindre 200 km/h.

1971 : huit cylindres pour le roadster SL

En 1971, le modèle «pagode» a été suivi par une nouvelle voiture de sport SL restée en production pendant 18 ans, jusqu’en 1989 – plus longtemps que n’importe quelle autre voiture de tourisme Mercedes-Benz. Le style évolué de ce classique lui a permis de rester contemporaine tout au long de la période. Jusqu’à aujourd’hui, sa pureté de lignes et sa sobriété en ont fait une véritable icône. La troisième génération SL a représenté la puissance, la virilité et le luxe. Son toit rigide a contribué à son profil bien proportionné et à sa ligne élégante de tous les points de vue. Aux qualités esthétiques et techniques s’ajoutait un niveau de sécurité atteint dans les tests de collision très en avance pour l’époque. En outre, une version huit cylindres faisait son apparition. Développant 200 ch à 5 800 tr/min, le nouveau moteur permettait au roadster de passer de 0 à 100 km/h en 10 secondes et d’atteindre 212 km/h soit 12 km/h de plus que le modèle précédent.

1989 : nouvelles normes de sécurité

Le modèle suivant a été exposé pour la première fois au salon de Genève au printemps 1989. Il proposait de nouvelles normes de qualité et de plaisir de conduire à découvert mais aussi et surtout en matière de sécurité. La quatrième génération SL offrait le même niveau de sécurité qu’une berline Mercedes-Benz. Par exemple, l’ensemble de sécurité de série incluait une barre de protection antitonneau commandée par capteur se plaçant automatiquement en position en cas de collision ou de situation de conduite extrême, par une combinaison de ressort et d’énergie hydraulique en 0,3 secondes. Le montant A, intégrant un renfort tubulaire, contribuait encore à ce dispositif de protection. La Classe SL de 1989 était la première voiture de production au monde à recevoir en série un siège avec ceinture de sécurité intégrée trois points. Le châssis du siège absorbait l’énergie d’un impact latéral. Près de 20 brevets couvrent les innovations du siège seul. La SL 600 de 1992 était le premier roadster Mercedes-Benz équipé d’un moteur V12.

2001 : technologie de pointe

La nouvelle classe SL lancée en 2001, a encore élevé la barre par son ingénierie et son style. Le concept complet de sécurité de la Classe SL pose un jalon pour la nouvelle génération de voitures de sport. Ces systèmes couvrent tous les aspects de la sécurité automobile, depuis l’évitement des accidents par des systèmes dynamiques électroniques tels que l’ABC, l’assistance au freinage et l’ESP® jusqu’à la construction haute résistance de la carrosserie permettant aux services de secours d’atteindre les occupants le plus rapidement possible après un accident. Les coussins antichocs à deux étapes pour le conducteur et le passager, les coussins tête/thorax des portes, les sièges intégrés, les ceintures de sécurité, les limiteurs de force de ceinture de sécurité et la barre de protection anti-tonneau commandée par capteur témoignent de cet effort des ingénieurs en faveur de la sécurité. Le toit rigide escamotable baptisé vario-roof, permet à la Classe SL d’offrir une expérience de conduite découverte sans compromis, combinant les joies du cabriolet au confort d’un coupé Mercedes-Benz. La technologie Mercedes est ainsi au service de la séduction, du plaisir voire de la fascination qu’exercent les cabriolets, dans la sécurité. Dans le droit fil de la tradition SL, les stylistes ont incorporé un discret rappel de la toute première SL de 1954. Des caractéristiques SL typiques ont été harmonieusement associées aux plus récents développements, pour tracer la route du roadster de l’avenir.

Vidéo Mercedes SL500 2008

Trouver une Mercedes à vendre sur autoExpert.ca

Mercedes-Benz AG

Pour partager :