Au royaume de la glisse

Pour partager :

Le circuit Mécaglisse offre des stages de pilotage en toute sécurité

Le 11 septembre 2001, une famille de Français pure baguette débarque à Dorval avec l’intention de développer, à partir d’une carrière de sable désaffectée, un circuit de conduite hivernale. C’est ainsi que le circuit Mécaglisse est né.

La famille Kirchhoff, Vincent, Marie et leur fils Franck, opéraient des concessions automobiles Volkswagen et Audi à Mulhouse, en France depuis plus de 20 ans. À la suite de vacances au Québec, Vincent eut l’idée de tout laisser là-bas pour réaliser un vieux rêve, bâtir un circuit de pilotage hivernal, ici même au Québec, à Notre-Dame-de-la-Merci.

C’est que le Québec est l’endroit idéal pour ce genre d’activité, avec ses longs hivers, sa langue française, sa capacité d’accueil touristique et sa tradition d’hospitalité. Le seul petit hic, c’est que les projections de Vincent quant à la durée de l’hiver, 5 mois de novembre à mars selon lui, se verront amputées de 3 mois, puisque c’est de la mi-janvier à la mi-mars seulement que le circuit est opérable. La glace nécessaire est difficile à produire avant les grands froids de janvier, et elle fond rapidement sous les chauds rayons de soleil de mars. La préparation des circuits demande jusqu’à 400 heures de travail de machinerie, en plus de l’expérience acquise par Vincent dans le travail de la glace.

Le complexe Mécaglisse comprends plusieurs sections différentes pouvant accueillir différents exercices de pilotage. En hiver, l’aire de dérapage, le circuit principal et le petit circuit sont utilisés pour les leçons de conduite, chacun ciblant alors une technique particulière. Lors de mon passage là-bas avec le Club Audi, les exercices proposés étaient les suivants : contrôle du sous-virage et du survirage sur l’aire de dérapage, conduite semi-rapide sur le petit circuit et exercices de freinage et de slalom sur le grand circuit.

Le grand circuit, mon préféré, reproduit une route de montagne avec ses nombreux virages serrés qui demandent une technique bien particulière pour les attaquer, l’appel contre-appel, sinon c’est le tout droit et l’enlisement dans la neige. En gros, la technique demande de transférer le poids sur l’avant par un petit coup de frein, faire balancer la voiture quelquefois avant la courbe, pour ensuite provoquer un magnifique dérapage contrôlé qui sera maintenu pour toute la durée du virage. C’est très agréable à réussir, un peu comme un bon coup de départ au golf. Mais cela demande de la pratique, beaucoup de pratique, ainsi qu’une voiture munie de bons pneus d’hiver.

Lors de mon passage, en après-midi, nous avons eu le loisir de rouler à notre guise, avec les instructeurs et dans nos propres voitures. Quelques conseils me viennent à l’esprit : tout d’abord, il faut absolument embarquer une fois avec Franck, pour apprendre la technique. Il est tout simplement extraordinaire sans sa petite Subaru familiale. Ensuite, si vous y allez au volant de votre voiture, ne vous habillez pas trop, il fait rapidement chaud dans l’habitacle, tellement que la majorité des pilotes roulent les vitres ouvertes. Aussi, après quelques heures, le circuit est débarrassé de sa neige, la glace est polie et ça glisse encore plus au fil de la journée. Si vous considérez votre propre fatigue, c’est toujours à ce moment que les sorties de piste, sans gravité, se produisent. Croyez moi, j’en sais quelque chose, parce que c’est souvent ma voiture qui sert de dépanneuse, vu ses pneus cloutés et ses 2 différentiels blocables à 100%. Évidemment, moi je ne sors pas de piste… enfin, je ne sors plus de piste, j’ai passé l’âge...

La clientèle se compose principalement de clients des concessionnaires et des manufacturiers automobile (Subaru, Volvo, Toyota) qui proposent ces stages à leur clientèle, en plus des clubs de marque (BMW, Audi, Acura, Mini). Les manufacturiers de pneus sont aussi souvent sur le site, quelquefois pour toute une semaine, afin de démontrer les qualités de leurs pneus d’hiver à leurs marchands. À noter que ces cours spécialisés peuvent faire partie du 1% obligatoire pour la formation pour Emploi-Québec. Une jolie façon de combiner l’utile à l’agréable.

Les installations peuvent recevoir des groupes allant jusqu’à 60 personnes. Un grand chalet vitré, installé sur une butte qui surplombe les circuits, permet de se chauffer tout en observant les voitures en action. Le site a aussi été aménagé récemment par l’ajout de 150 000 pins, pour agrémenter la vue de cette ancienne carrière de sable. Dans quelques années, on se croira en pleine forêt.

Le complexe est aussi ouvert l’été et offre des stages de conduite moto sur asphalte, VTT, enduro, etc. Les pilotes du Rallye des Gazelles et du Rallye Rose des Sables s’y entraînent elles aussi.

Contact :   www.mecaglisse.com

                819-424-3324

Le Blog Auto

Pour partager :