Bien comprendre le prix de l’essence

Prix de l'essence

Le prix de l’essence risque de partir à la hausse à la veille des vacances de la construction. Pour bien comprendre cette variation, il faut savoir quelles sont les composantes du prix de l’essence.

D’abord, le prix du pétrole brut, sur lequel nous n’avons aucun contrôle. En plus d’être assujetti aux variations de l’offre et de la demande, le prix du brut est aussi une bonne affaire pour les spéculateurs qui peuvent y faire des profits rapidement. Avec un produit aussi essentiel que le pétrole, tout le monde fait des profits, sauf le consommateur.

Ensuite, on parle de la marge de raffinage. Il s’agit ici de ce qu’il en coûte aux compagnies pétrolières pour raffiner les différents produits offerts aux consommateurs. Évidemment, le raffineur peut se prendre un profit sur cette marge de raffinage. Cette marge devrait être la différence entre le prix du brut et le prix à la rampe. C’est la même marge pour toutes les régions du Québec, mais elle varie beaucoup au cours d’une année.

Le prix à la rampe est le prix payé par le détaillant pour acquérir de l’essence en gros. Ce prix est basé sur le prix de référence au port de New York. Il est la base du calcul du prix minimum estimé par la Régie de l’énergie du Québec.

Ensuite vient la marge de détail. Il s’agit des frais d’exploitation d’une station-service et d’un profit pour le détaillant. Cette marge varie beaucoup selon les régions.

Le coût du transport vous est aussi refilé. Il s’agit des frais afin de transporter le carburant des dépôts jusqu’aux détaillants. Il varie évidemment d’une ville à l’autre. Comme certaines villes sont très éloignées des dépôts, le gouvernement du Québec ajuste sa taxe sur les carburants en conséquence.

Et parlons-en des taxes! Si l’essence est beaucoup plus chère au Canada qu’aux États-Unis, c’est en grandes parties à cause de ces fameuses taxes. Les taxes représentent la deuxième plus grande composante du prix de l’essence après le prix de brut.

Les taxes varient d’une province à l’autre. Au Québec, il y a la taxe d’accise sur l’essence. C’est une taxe fédérale fixe établie à 10 cents le litre. Ensuite, la taxe québécoise sur les carburants. Elle est également fixe, soit 19,2 cents le litre, mais elle peut être réduite dans certaines régions frontalières, périphériques et spécifiques. Ceux qui habitent le Grand Montréal se voient imposer une taxe fixe de 3 cents qui est remise à l’AMT (Agence métropolitaine de transport) comme contribution au transport en commun. Finalement, les TPS et TVQ que vous connaissez bien s’appliquent sur l’essence, mais aussi sur les autres taxes. Nos bons gouvernements taxent les taxes!

Plus je me relis, plus je pense que le consommateur n’a qu’un seul moyen de payer moins cher pour son essence et c’est d’en acheter moins. Les compagnies pétrolières font de l’argent, les spéculateurs en font, les transporteurs en font, les gouvernements en font, les détaillants en font un peu et vous… vous payez! À moins de réussir à vous libérer de votre dépendance, vous n’avez aucune autre issue.

Par Christian GagnonLeBlogAuto.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>