Bosch, les 40 ans de l’injection électronique

Pour partager :

1967 marque le début de la dépollution des moteurs à essence avec le sytème D-Jetronic.

L'injection D-Jetronic de Bosch célèbre ses 40 ans cet automne. Ce système novateur était la première application automobile de l’injection à commande électronique installé sur une voiture de grande diffusion.

Le  a en effet été installé sur la Volkswagen 1600LE, mieux connue chez nous sous le nom de Fastback, et présenté au Salon de Francfort de 1967, en Allemagne.

Par la suite, l’injection Bosch a été la solution pour de multiples constructeurs, de Ferrari à BMW, en passant par Datsun, qui en développa une version sous licence.

Le moteur injecté à quatre cylindres à plat de 1600cc de la Volkswagen Fastback avait une puissance de 54 cv, soit 20% de plus que la version à un carburateur et l’équivalent de la version à deux carburateurs, mais en offrant plus de souplesse, une consommation en baisse et des émissions polluantes moindres.

Le coeur du système D-Jetronic résidait dans le capteur de dépression de la tubulure d’admission, une nouveauté à l’époque, qui évaluait plus précisément les besoins en essence en fonction de la quantité d’air aspirée par le moteur.

La lettre D vient du mot allemand « druck », qui signifie pression dans la langue de Schumacher. Cette nouvelle technologie permis aux ingénieurs de calibrer très finement le mélange airessence de façon à minimiser les pertes et ainsi les polluants émis. Le système D-Jetronic a été élaboré pour répondre, en premier lieu, aux demandes des conducteurs européens pour des moteurs de faible cylindrée économes en carburant, mais aussi, aux strictes normes antipollution de l’état de la Californie.

Quand la première loi anti-pollution a été promulguée en 1967 dans cet état (le « Clean Air Act), le système D-Jetronic était un des rares système de carburation de l’époque à pouvoir la respecter. Cinq ans plus tard, pas moins de 18 constructeurs l’avait adopté pour la série, sous une forme ou une autre.

L’appareillage de contrôle du système D-Jetronic était capable de réguler la quantité d’essence injectée dans les cylindres en faisant varier la durée d’ouverture des injecteurs. Les trois paramètres nécessaires à la bonne gestion de l’injection étaient la température du bloc, la vitesse de rotation et la quantité d’air avalée par le moteur. Un capteur de dépression participait au calcul de cette quantité d’air en se basant sur la dépression dans la tubulure d’admission.

En parallèle, Bosch a développé aussi la pompe à essence électrique, de façon à fournir la pression d’essence constante nécessaire au bon fonctionnement des injecteurs.

Le Blog Auto

Pour partager :