Chevrolet Camaro 1967-1981

Pour partager :

Quatre mois seulement après son lancement, 100 000 Mustang étaient sorties des chaines de fabrication. L'ambiance au directoire de General Motors se dégrada considérablement. Il leur fallait faire mieux et surtout très vite pour retrouver leur première place sur le marché national. Dans l'urgence, Chevrolet crée le projet XP836 surnommé "Panther". Ses lignes très pures exemptes de toute fioriture combinaient harmonieusement volumes et rondeurs avec des éléments plus anguleux, un peu à l'image des plus prestigieuses productions italiennes de l’époque.

Première génération, 1967-1969

La Camaro de série vit donc le jour le 26 Septembre 1966, sur le tout nouveau chassis F-Body qui se caractérisait par un format coupé quatre places, disponible en coupé et en convertible et d'une architecture faux châssis à l'avant fixé sur une monocoque. Quatre versions étaient disponibles avec environ 80 options d'usines et 40 accessoires du concessionnaire :

- Camaro : version de base souvent équipée d'un six cylindre en ligne ou du V8 327 pouces cubes.

- Camaro RS (Rally Sport) : cette version apportait essentiellement des ajouts cosmétiques : calandre noire avec des phares cachés, feux arrière modifiés et décorations intérieures spéciales.

- Camaro SS (Super Sport) : la Camaro SS donnait accès au V8 350 pouces cubes et au V8 de 396 pouces cubes. On pouvait le commander en même temps que le package décoratif RS ce qui donnait la Camaro RS/SS.

- Camaro Z-28 : dérivée de la Camaro de base, elle sorti sans faire de bruit en décembre 1966. Elle se caractérisait par des freins à disques à l'avant et était propulsée par le V8 302 pouces cubes. Ce moteur était en fait un 327 pouces cubes doté d'un vilebrequin de 283 pouces cubes. Elle fut créée essentiellement pour courir dans la série de courses Trans Am.

1967

Beaucoup d’autres moteurs étaient disponibles en cette première année de production, du six cylindres en ligne de base au puissant V8 396 pouces cubes de la Camaro SS396. Elle partageait beaucoup de pièces mécaniques avec la Chevrolet Nova dont la conception était en partie issue.

Le client avait un choix de quatre boites de vitesses, l'option standard était la boite manuelle à trois rapports Saginaw.

Venait ensuite une boite manuelle quatre rapports, mais la transmission la plus populaire étant la boite automatique PowerGlide à seulement deux rapports. La boite automatique Turbo-Hydramatic TH400 à trois rapports était disponible seulement pour la version SS396. La fameuse option Camaro Z28 était rarement connue des acheteurs, seulement 609 Z28 ont été vendues en cette année 1967. Développées essentiellement pour la série Trans Am, elles ne disposaient que d'un V8 de 302 pouces cubes car le règlement imposait une cylindrée inférieure à 305 pouces cubes (5.0L). De 1967 à 1968, les Camaro Z28 ne reçurent pas de capots bombés. Leur moteur respirait son air par une canalisation complexe attachée à côté du filtre à air en partant jusqu'au tablier pour arriver dans le conduit d'aération sous le pare-brise.

Les Z28 étaient par ailleurs les seules Camaro à recevoir des jantes en acier « Rally » de 15 pouces de 1967 à 1969, toutes les autres recevant des jantes de 14 pouces. Il est facile de différencier les modèles 1967 et 1968 car comme sur beaucoup de voitures américaines de la même période, il n'y avait pas encore de marqueurs latéraux, ces petites lampes orange et rouge sur les flancs. Ils furent en effet imposés par la législation américaine sur les véhicules neufs à partir de 1968.

1968

Pour 1968, l'option Z-28 est officiellement au catalogue Camaro, ce qui propulse les ventes de ce modèle qui dépassent les 7000 exemplaires. En plus des marqueurs latéraux, la calandre s'affine, les feux de croisement deviennent ovales, et certaines versions peuvent recevoir un becquet à l'avant. Les modèles aux moteurs les plus puissants reçurent des ressorts arrière à plusieurs lames au lieu des mono-lames installés auparavant. Une version du V8 de 396 pouces cubes développant 350 cv était disponible pour les Camaro SS. Ces dernières étaient affublées de deux inserts chromés sur le capot.

1969

Beaucoup de changement sur la carrosserie en 1969, au point où seuls le capot et le coffre restent identiques. Le nouveau style donnait une meilleure impression d'aérodynamisme, avec ses trainées au dessus des arcs de roues. Le package RS à la Camaro donnait accès à des phares cachés sous une plaque striée.

Cette année, c'est une Camaro RS/SS cabriolet qui servit de voiture Pace Car à Indianapolis. Les Camaro Z-28 pouvaient avoir un capot bombé en option. Un petit V8 de 307 pouces cubes (un bloc de 283 avec un vilebrequin de 327) de 200 cv est développé pour les Camaro de base. Un nouveau V8 de 350 pouces cubes de 255 cv remplace le V8 de 327 pouces cubes de 275 cv. Quand au moteur de la SS, il fut poussé à 300 cv.

Pour une meilleure compétitivité en course Trans Am, l'option JL8 sort en milieu d'année. Il s'agit de quatre freins à disque et le système était le même que celui utilisé sur les Corvette.

Autre possibilité pour les amateurs de performance, le package ZL1 spécialement conçu pour les courses de dragsters NHRA. Le moteur était un V8 427 pouces cubes entièrement en aluminium développantofficiellement 425 cv mais officieusement près de 500cv, ce qui en faisait le moteur le plus puissant jamais proposé par Chevrolet, avant l’actuelle Corvette Z06.

La seconde génération : 19701/2 à 1981

La seconde génération de Camaro est entrée sur le marché le 26 Février 1970 et sera commercialisée jusqu'en 1981. La carrosserie a été intégralement changée, la voiture est alors plus longue et plus large que la génération précédente. Ses lignes sont plus élancées, certains à l’époque diront qu'elle a un look plus européen, voire italien. L'architecture de 1967 empruntée à la Chevrolet Nova reste cependant inchangée, avec le faux châssis à l'avant séparé de la monocoque.

Les moteurs aussi seront conservés, du moins pour les premières années. Sans la hâte du développement de la première génération et bénéficiant d'un budget supérieur, les ingénieurs de chez General Motors ont pu accorder plus de soin dans la réalisation de la nouvelle Camaro. Ainsi, les suspensions et le châssis furent grandement améliorés aussi bien en termes de confort que de rigidité. Les vitres latérales arrière seront supprimées pour réduire les coûts et faciliter la fabrication. Plus tard, la lunette arrière sera élargie pour pallier cette absence et offrir un meilleur champ visuel.

Même les modèles de base recevaient une meilleure isolation phonique et thermique. Bien que toujours équipée de moteurs puissants, il ne fait pas de doute la seconde génération était une bien meilleure routière que sa devancière. Cependant, le choc pétrolier mettra un terme à la course à la cylindrée. La Camaro restera un des seuls coupés sportifs de la "bonne époque" à survivre à la crise.

Côté marketing, Chevrolet garda les mêmes modèles que la génération précédente mais en ajoutera quelques uns au fil des années :

- Sport Coupé : Version de base avec peu d'options disponibles.

- Rally Sport : De 1970 à 1973, ce package modifiait la face avant offrant deux petits feux de position ronds en plus des deux plus gros. Les essuie-glaces étaient cachés sous le capot et il y avait plus de chromes.

- Super Sport : comme pour les années précédentes, ce modèle offrait de plus gros moteurs tels que le V8 de 396 pouces cubes. Abandonné en 1974, l’ensemble SS sera réutilisé dès 1975 mais seulement en tant que kit de décalcomanies.

- Type LT : Modèle "luxe" qui a remplacé le Super Sport à partir de 1973. On pouvait le fusionner avec les modèles Rally Sport et Z28 pour avoir une Camaro Type-LT/RS/Z28.

- Berlinetta : Remplaça le modèle Type LT à partir de 1979

- Z/28 : La vraie version sport, elle disposait d'un train roulant et de suspensions améliorés. Chevrolet offrait désormais des 350 pouces cubes sur ce modèle.

Le Blog Auto

Pour partager :