Citroen 2CV Sahara 1960-66

Pour partager :

La voiture mystère de la dernière édition n’était pas trop difficile à identifier, car c’est quand même une des formes les plus connues de l’histoire de l’automobile. Mais la difficulté résidait dans les détails, puisque cette Deux-Chevaux est fort spéciale. Aviez-vous remarqué la roue de secours sur le capot, le bouchon de remplissage du réservoir d’essence à travers de la portière ou encore les ailes arrière plus échancrées ? Non ? Et bien, ces petits détails font toute une différence, puisque cette 2CV particulière est en fait la version Sahara à quatre roues motrices. Rien de bien spécial là dedans, pensez-vous, mais sachez que pour arriver à transformer une 2CV en 4x4, les ingénieurs de Citroën ont du faire preuve de l’originalité typique de la marque en ajoutant un deuxième train moteur à l’arrière ! Oui, oui, cette Sahara possède tout en double, deux moteurs identiques, deux boîtes de vitesses, mais le réservoir et la roue de secours ont du trouver refuge ailleurs car leur place dans le coffre est désormais prise par le deuxième groupe motopropulseur. D’ailleurs, ce sont deux petits réservoirs plats de 15 litres qui seront placés sous les sièges avant : fumeurs, s’abstenir !

Pour la petite histoire, la 2 CV 4x4 a pour origine la ténacité d’un certain M. Bonnafous, ingénieur des travaux publics, qui, à la recherche d’un engin tout terrain léger et économique, avait délaissé sa Jeep pour se construire une 2CV bimoteur en 1954. Citroën eut vent de la voiture, s’y intéressa et décida de commercialiser sa propre version. C'est le souci de Citroën d'occuper le terrain des marchés extérieurs, particulièrement pour participer indirectement à la recherche pétrolifère du Sahara qui est à l'origine de cette voiture.

Il n’existe donc aucune liaison mécanique de transmission entre les deux moteurs, mais ils partagent une commande commune de l’accélérateur, de l’embrayage et du changement de vitesse par pédales ordinaires et levier central. Le moteur arrière et son système d’entraînement des roues sont débrayables, il est donc possible de fonctionner sur route avec le moteur avant seulement.

Les roues sont d’un diamètre supérieur à celles des 2CV normales avec des pneus Michelin X de 155 x 400 gonflés à 10 psi seulement. Ces roues plus grandes augmentent la garde au sol et diminuent la pression spécifique des pneus sur le sol en vue d’une utilisation hors route. La production des 2 CV 4 x 4 fut faible, 694 unités en 7 années. Vendue à l’époque au double du prix de la 2CV normale, cette différence s’est encore accentuée car les Sahara se vendent maintenant au prix de l’or noir…

Le Blog Auto

Pour partager :