Édito VOL.11 ÉD.05 – Mars 2007

Pour partager :

Le mot de la Rédaction :

Cette semaine, j’ai réussi à mettre la main sur une voiture d’occasion, chose beaucoup plus difficile à faire que de mettre la main sur un modèle 2008. C’est que, voyez vous, les flottes de véhicules de presse sont destinées à mousser les nouveaux modèles, et par conséquent, les véhicules en fin de cycle de vie sont souvent disparus de cette flotte. Si vous suivez la presse automobile, vous savez déjà que les chroniqueurs auto ont des préférences marquées pour la nouveauté et le dernier cri, et qu’un modèle de trois ans fait figure d’ancêtre. Toutefois, souvent, cette nouveauté se révèle bien éphémère et celle que la presse destinait à être la coqueluche d’une catégorie tombe dans l’oubli après seulement quelques mois. C’est pourquoi j’apprécie de pouvoir conduire et essayer des voitures qui ont pris un peu de tour de taille (tout comme moi…) et dont la réputation sur le marché est toujours bonne malgré ces années. Vous trouverez mon compte-rendu de l’essai d’une « vieille » Lexus 2002 dans la rubrique « Occasion ».

Je suis retourné faire un tour à Mécaglisse samedi dernier, en simple client cette fois, car c’était la dernière journée d’essais libres de cet hiver. On a beaucoup tourné, en tout sept sessions de 15 minutes ponctuées de seulement quelques dépannages, et ce fut une magnifique journée de glisse sous toutes les conditions météo possibles : neige le matin et soleil en après-midi. Un truc m’a fait sourciller toutefois : parmi les 21 voitures, il n’y avait pas une seule voiture nord-américaine ! Où sont les Focus, les Cobalt, les Caliber ? Pourtant, on retrouve souvent des Mazda3 et des Volkswagen Golf, en plus des Subaru et Audi qui forment la clientèle typique de ces journées d’essais libres. La plupart des voitures présentes sont très récentes, preuve que ce n’est pas une question d’âge, mais plutôt d’image de marque.

En fait, lors de la période de gloire des petites bombes, au milieu des années 80, chaque constructeur américain devait avoir une version musclée de sa petite voiture. Pensez aux Ford Escort GT, Pontiac Sunfire turbo, Dodge Omni GLH et autres Chevrolet Cavalier Z24. À l’époque, il était impensable de ne pas avoir un véritable modèle sportif abordable et performant, avec un moteur gonflé, des trains roulants optimisés, une sellerie spécifique et toute la panoplie d’accessoires extérieurs hautement visibles. Aujourd’hui, s’il reste encore quelques descendantes de cette période (Focus SVT, Cobalt SS et Neon SRT-4), leur très faible diffusion les rend quasi invisibles sur nos routes. Il faut croire que la catégorie n’est pas intéressante pour les constructeurs américains et qu’ils préfèrent vendre des VUS et des pick-ups, beaucoup plus rentables.

Voilà, bonne lecture, et vous pouvez toujours nous joindre pour émettre vos commentaires.

Le Blog Auto

Rédacteur en Chef - autoExpert Le Guide

Pour partager :