Édito VOL.11 ÉD.11 – Juin 2007

Pour partager :

Le mot de la Rédaction :

Depuis quelques éditions, vous semblez être plus nombreux à nous lire puisque le volume de courrier est en hausse, de même que le nombre de commentaires que je reçois en personne au hasard de mes rencontres. La rubrique qui vous plait le plus est celle de la photo-mystère, et plusieurs parmi vous m’écrivez pour me raconter des anecdotes ou des souvenirs au sujet de la voiture qui y figure. Continuez ainsi, cela m’inspire pour le choix de la suivante. Vous pouvez aussi m’envoyer des suggestions, votre mémoire valant bien la mienne…

J’ai aussi reçu quelques commentaires sur mes opinions, que ce soit au sujet de la fréquence des entretiens, trop stricte selon moi, que de la qualité des voitures modernes, que je trouve en hausse par rapport au passé. À ce sujet, M. Bélisle de Dorval m’a fait parvenir une longue lettre – manuscrite, rien de moins – dans laquelle il partage mes vues sur la qualité tout en apportant des bémols sur la facilité et le coût des réparations. Ce genre de discussion est agréable pour le chroniqueur que je suis, puisque cela permet de voir des aspects qui m’étaient encore inconnus, n’étant pas un professionnel de la réparation automobile. Dans l’éternel débat entre les ingénieurs qui conçoivent les voitures et les techniciens qui les réparent, je penche plus souvent vers les premiers, question de formation.

Par ailleurs, quelques uns parmi vous m’ont fait la remarque que le magazine faisait une grande place aux véhicules européens, au détriment des véhicules nord-américains et asiatiques. Cela s’explique d’abord par la disponibilité de documents en français, puisque les constructeurs européens ont tous un service de communication multilingue efficace. Tout le monde ne peut pas en dire autant. Deuxièmement, l’axe de communication en Amérique du Nord est souvent orienté vers les chiffres de vente ou la comparaison avec la concurrence; que telle voiture soit la plus vendue de sa catégorie ou que tel VUS offre le meilleur rapport qualité-prix, cela offre peu d’intérêt pour l’amateur de belle mécanique que je suis. Ça ne se conduit pas, un rapport qualité-prix. Sur ce plan, les marques  européennes n’étant pas les championnes des ventes, elles orientent donc leur communication sur leurs produits, ce qui donne du matériel plus intéressant à publier. Troisièmement, les archives de certains constructeurs font souvent preuve d’amnésie, surtout envers les modèles dont ils aiment mieux oublier l’existence. Comme il vaut mieux se documenter avant d’écrire n’importe quoi, cela limite forcément les choix de sujets.

Voilà, bonne lecture, et n’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires et suggestions, c’est toujours très intéressant d’avoir de vos nouvelles.

Le Blog Auto

Rédacteur en Chef - autoExpert Le Guide

Pour partager :