Édito VOL.11 ÉD.12 – Juillet 2007

Pour partager :

Le mot de la Rédaction :

Avons-nous vraiment besoin d’un véhicule personnel qui puisse tout faire, comme rouler à 200km/h, transporter cinq personnes, tirer une charge de 1000 kg ou même simplement fournir des sensations sportives ?

La réponse objective est non. Si la tendance se maintient, avec l'épuisement des réserves de pétrole et la hausse du prix du carburant, il va falloir trouver de nouvelles avenues pour contrôler les dépenses liées à l'usage d'un véhicule automobile et préserver les précieuses ressources énergétiques.

Bien sûr, les constructeurs cherchent déjà ces nouvelles avenues, et proposent la motorisation hybride ou diesel, ou encore l'usage de carburants alternatifs comme l'éthanol ou l'hydrogène. Si technologiquement, et médiatiquement, ce sont des solutions intéressantes, je ne crois pas que ce soit la panacée. En fait, une partie du problème vient du fait que nous ne voulons pas laisser tomber quoi que ce soit; nous voulons le confort, l'espace, le silence, la performance et la durabilité. En plus, nous voulons avoir l'air sportif, nous voulons la capacité de chargement et la traction à quatre roues motrices, quand ce n'est pas la capacité de tracter des charges importantes. C'est cette multiplication des besoins qui fait que la consommation de carburant (ou plutôt, la dépense d'énergie) de nos véhicules est si élevée.

Alors, dans un monde pas si lointain ou l'essence coûtera 2$ ou 3$ le litre, qu'allons-nous sacrifier ? Tout d'abord, voyons ce qui est indispensable, ou au moins vraiment utile, à l'usage quotidien d'un véhicule automobile. À mon avis, confort et sécurité seront toujours en haut de la liste des priorités des automobilistes. On peut donc dire que la climatisation, l'insonorisation, les équipements favorisant le confort et les différents composants de la sécurité passive ont peu de chance de disparaître des voitures du futur, même si ceux-ci ajoutent du poids et font augmenter la consommation.

Par contre, on peut facilement sacrifier beaucoup de puissance sans que cela ne rende la conduite désagréable ou dangereuse. Dans le trafic quotidien, de petits moteurs de 75 ou 100 cv sont amplement suffisants pour permettre à une voiture de taille moyenne de suivre le flot de la circulation sans danger.

Toute la puissance excédentaire n'est là que pour rendre la conduite plus agréable, pas plus efficace. Une autre capacité excédentaire souvent inutile est la capacité de chargement, que ce soit des passagers, des bagages ou même la traction une remorque. Qui a vraiment besoin régulièrement de 5 ou 7 places ? Très peu de gens, et très peu souvent. En fait, au cours d'une année, la majorité des déplacements se font avec une seule personne à bord et toute cette masse excédentaire n'est là que pour faire augmenter la consommation d'essence inutilement. Donc, plutôt qu’acheter un VUS à trois rangées de sièges pour y placer
trois sièges d'enfants, pourquoi ne pas acheter deux voitures sous-compactes, une Yaris et une Smart, par exemple ? On manquera de capacité de chargement lors des vacances ? Il suffit d'y ajouter une galerie de toit et une boîte à bagages, et ces deux sous-compactes feront très bien le travail du VUS, tout en consommant la moitié du carburant le reste de l'année, surtout si l’une d’entre elles demeure à la maison pour ne servir qu’aux déplacements en famille.

Comme on peut le voir, pour obtenir une diminution importante de la dépense d’énergie sur les véhicules individuels, il suffit de revoir la liste des priorités et ainsi éliminer le superflu vorace en énergie. Je suis persuadé qu’une très petite voiture dotée de tous les équipements de confort d’une grande et optimisée pour la faible consommation d’énergie a un bel avenir devant elle. Qui osera en proposer une le premier ?

Le Blog Auto

Rédacteur en Chef - autoExpert Le Guide

Pour partager :