Édito VOL.11 ÉD.15 – Août 2007

Pour partager :

Le mot de la Rédaction :

Il est une question qui me tourmente depuis que j’ai débuté ce magazine en janvier dernier: est-ce que mon avis à quelque importance que ce soit sur les intentions d’achat des lecteurs ? Je veux dire, est-ce qu’une critique, favorable ou défavorable, peut influencer les chiffres de vente pour un modèle en particulier ?

De façon réaliste, et sans vouloir minimiser l’importance de mon travail, je crois que la réponse à cette question est non. Avec les multiples sources d’information disponibles, (internet, magazines, journaux), il serait présomptueux de croire que l’avis d’une seule personne, aussi influente soit-elle, puisse avoir une importance mesurable sur le succès ou l’échec d’un modèle en particulier. Ce qui peut avoir de l’influence, par contre, c’est la somme des informations : les chiffres de vente, les avis des propriétaires et des différents chroniqueurs, même l’opinion des représentants de la marque y sont pour beaucoup.

J’en suis arrivé à me poser cette question parce que, pour une fois, j’ai conduit un véhicule qui m’a déplu, et qui fort probablement se retrouvera au sommet des ventes dans sa catégorie. J’y vois donc la preuve que les consommateurs, ceux qui achètent des véhicules et qui les conduisent longtemps, savent lire entre les lignes et sont capables de faire la part des choses. Ce qui pour le chroniqueur est une lacune criante, peut ne pas avoir d’importance aux yeux des acheteurs potentiels. À l’opposé, au moment de faire le chèque,  le système de navigation à 3000 $ qui amuse tant le chroniqueur va souvent se révéler un fardeau injustifiable sur le plan économique pour le futur acheteur. C’est d’ailleurs cet aspect financier - ou plutôt son absence - qui fausse le plus les observations des chroniqueurs; quand on n’a pas à payer son repas, pourquoi faudrait-il se contenter de sandwichs, si bons soient-ils ?

Dans le même ordre d’idée, la courte période que nous passons au volant des voitures d’essai, combinée au fait que nous conduisons à chaque semaine des véhicules différents, nous empêche souvent de prendre nos marques, de nous habituer à notre monture pour en apprécier les mérites. Néanmoins, comme observateur du monde automobile, j’estime qu’il est de mon devoir de dire les choses telles qu’elles sont, positives ou négatives, et que ce n’est pas rendre service aux lecteurs que de cacher des faiblesses ou des lacunes qu’ils seront à même de constater facilement lors d’un bref essai.

Voilà, j’espère que cette édition de « AutoExpert, Le Guide » vous plaira. Surtout, continuez à nous faire parvenir vos commentaires, il nous fait toujours plaisir de vous lire.

Le Blog Auto

Rédacteur en Chef - autoExpert Le Guide

Pour partager :