Édito VOL.12 ÉD.01 – JANVIER 2008

Pour partager :

Le mot de la Rédaction :

Habituellement, à cette période de l’année, les ventes de véhicules, neufs ou d’occasion, sont à leur plus bas. C’est normal, puisque les économies ont fondu à la suite des fêtes de fin d’année, on vient tout juste de préparer sa voiture pour l’hiver et les dures conditions de froid et de neige n’incitent pas à lancer une nouvelle acquisition sur les routes. Il n’est donc pas question de changer de monture, il vaut mieux remettre cela au printemps, vous dites-vous. Pourtant, la période actuelle est idéale pour évaluer un futur achat correctement ; s’il se comporte bien aujourd’hui, ce sera le paradis en juillet, c’est évident. Car c’est dans l’adversité de l’hiver que l’on découvre quels véhicules sont les mieux adaptés à nos conditions nordiques. Voyez-vous, avec trois grosses bordées de neige en un mois, je peux maintenant vous dire que plusieurs véhicules présentent des lacunes, plus ou moins graves, sur le plan de la sécurité, du confort ou tout simplement de la facilité d’utilisation. Voyons quelques exemples.

Sur le plan de la visibilité, autant pour bien voir que pour être vu, il faut des essuie-glaces efficaces et un éclairage performant. Ce n’est pas très reluisant : les nouvelles lames d’essuie-glace effilées qui font fureur sont moins efficaces que les bonnes vieilles lames recouvertes de caoutchouc. Malheureusement, il n’est pas toujours possible d’installer ces dernières sur les bras des premières, une question de systèmes de fixation incompatibles. Le Saturn Outlook et la BMW 335xi en étaient tous deux équipés, et j’ai dû souvent les déglacer manuellement en m’arrêtant sur le bord de la route pour conserver un peu de vision vers l’avant. Je préfère encore les lames traditionnelles.

En ce qui concerne l’éclairage, les nouveaux feux arrière à DEL et les phares à décharge ont aussi la cote, mais leur faible dégagement de chaleur les rend vulnérables à l’accumulation de neige et de glace. Sur la MINI, avec son derrière court et vertical et ses feux cachés sous une glace, l’éclairage arrière est toujours couvert de neige et elle ne fond pas par manque de chaleur. Sur le Mazda CX-7, les phares à décharge situés sur le dessus des ailes sont souvent couverts de glace et de neige, et leur efficacité est amoindrie par ces accumulations. Un système de lave-phares est fort utile sous nos latitudes. D’ailleurs, sur la route, je m’amuse à repérer les voitures qui en sont équipées simplement en comparant la brillance des phares des voitures que je croise. Les Suédoises sont facilement identifiables puisque cela fait partie de l’équipement de série depuis longtemps.

Sur le plan dynamique, le fait que les systèmes antiblocage des freins (ABS) ne soient pas débrayables (ou ne possèdent pas un mode « hiver ») est franchement dangereux dans certaines conditions particulières, surtout avec la mode actuelle des pneus extra-larges sur les VUS. De même, la calibration des systèmes de correction de trajectoire (ESP) est toujours réalisée en fonction des conditions d’adhérence normales, et non en tenant compte de l’hiver. Résultat, ces systèmes sont à peu près inutiles sur la neige et la glace parce que le seuil nécessaire à leur déclenchement est rarement atteint. Il faut donc les provoquer pour les déclencher, en faisant une manoeuvre violente avec le volant par exemple.

Sur un ton plus léger, les pare-brise fortement inclinés favorisent la présence de neige sur les sièges à l’ouverture des portières (la MINI, le Nitro et le Wrangler n’ont pas ce problème…), les sièges chauffants sont un luxe indispensable, les minuscules boutons de commande des chaînes audio ne s’opèrent pas avec des gants, les écrans tactiles des systèmes de navigation non plus. Les radars de stationnement voient leur utilité fortement compromise par les bancs de neige de nos rues mais les rouages intégraux, peu importe le style, sont très pratiques pour stationner dans les mêmes conditions.

Alors, lors de la prochaine bordée de neige, allez faire un tour chez votre concessionnaire préféré et demandez-lui un essai routier du véhicule que vous convoitez. Vous verrez, c’est très instructif.

Bonne année !

Le Blog Auto

Rédacteur en Chef - autoExpert Le Guide

Pour partager :