Fiat 500L 2016 – la grande de la famille

2016 FIAT 500L URBANA TREKKING

La gamme Fiat peut être résumée en disant 500. Tous les modèles Fiat portent le chiffre 500 et c’est plutôt la lettre qui suit qui détermine le véritable modèle, car il y a plusieurs plateformes et formats. Ça commence sûrement à causer des problèmes puisque, quand je dis que j’essaie une Fiat 500, tout le monde pense à la petite voiture deux portes.

Les lettres offertes sont X, L, c et turbo en plus des modèles plus sportifs Abarth. Les Californiens ont aussi droit à la « e », à motorisation électrique. Bien que j’aurais voulu essayer la 500X, la dernière arrivée dans la famille, elle n’était pas disponible pour un essai. Je me suis donc contenté de la 500L, la plus grosse de la famille. Cette 500L n’est pas dépourvue de qualité et elle offre beaucoup plus d’espace que la doyenne des Fiat en sol canadien.

Conduire une 500, c’est conduire un véhicule à la mode. Ce n’est pas qu’elle est hyper populaire, mais elle a du style et elle suit les tendances. Ma Fiat 500L Urbana Trekking 2016 avait le look « big bad boy ». Toute de gris foncé vêtue, les roues de 17 pouces étaient peintes en noir mat et le toit était rouge. Rien pour passer inaperçu ! Je ne suis pas un amateur de roues noires, mais il semble que ça avait un effet positif dans mon entourage.

2016 FIAT 500L URBANA TREKKING ARR

La Fiat 500L est étonnamment grande à l’intérieur. L’espace est excellent à l’avant, comme à l’arrière. Les sièges sont plutôt durs et le support latéral pratiquement inexistant, mais la position de conduite ne se révèle pas si mal. Le tableau de bord, tout comme la voiture, a un style bien particulier. L’instrumentation est rétroéclairée par DEL, de quoi la rendre très claire. L’ergonomie de certaines commandes est discutable. Par exemple, tout comme de nombreux produits Chrysler, les commandes audio sont installées derrière le volant, un non-sens puisqu’elles ne peuvent pas être identifiées. Le bouton des phares antibrouillard est situé sous l’écran central. Pour manipuler le menu de l’ordinateur de voyage, les boutons sont aussi sous le grand écran, tout comme le bouton pour verrouiller les portières. Il faut donc s’habituer à une disposition des commandes un peu spéciale.

2016 FIAT 500L DASH

L’écran central de mon véhicule d’essai était dépourvu de système de navigation. Toutefois, le système audio est performant et doté de haut-parleurs « Beatsaudio ». D’ailleurs, un amplificateur est installé sur le plancher de la soute à bagages, tout comme une trousse de gonflage remplaçant le pneu de secours. Pour en revenir au système audio, on peut y brancher un iPod dont l’interface est facile à utiliser. La prise 12V installée judicieusement entre les porte-gobelets ne compromet pas l’utilisation de ceux-ci.

Pour déplacer cette grosse Fiat, on a installé le moteur quatre cylindres turbo MultiAir de 1,4 litre. Ses 160 chevaux peuvent sembler suffisants, mais j’en aurais pris un peu plus. La transmission automatique à six rapports fait beaucoup révolutionner le moteur si bien qu’il est utile de se servir du mode manuel pour gérer les vitesses soi-même. Si vous pensez conserver la transmission manuelle (elle est de série), sachez que, encore une fois, le style a primé la fonction. Le levier est trop long et la boule qui sert à le manipuler beaucoup trop grosse. Le niveau sonore de ce petit moteur est bien contenu, mais c’est sur l’autoroute qu’elle est la plus à l’aise, loin des changements de vitesse fréquents. Le confort est meilleur que dans la petite 500 régulière grâce à l’empattement plus long de la 500L. La direction est à assistance électrique. Elle est relativement précise, mais il ne faut pas oublier que, malgré son style « dur de dur », elle n’est pas une sportive. Le freinage assuré par des disques aux quatre roues s’est avéré efficace.

2016 FIAT 500L PANO

Après ce deuxième essai de la Fiat 500L en autant d’années, force est d’admettre que les 160 chevaux fournis par son moteur sont un peu juste, particulièrement avec quatre adultes à bord. Il faut choisir la transmission automatique puisque la manuelle est désagréable à utiliser. La Fiat 500L 2016 frappe toutefois droit dans le mille pour le style et l’espace supplémentaire qu’elle procure à son propriétaire. Ma version d’essai était peut-être un peu chère, mais il faut savoir que le modèle de base offre un bon équipement de base pour plusieurs milliers de dollars de moins. Si le style vous plaît, il est indéniable qu’il y a un modèle Fiat conçu pour vous.

FICHE TECHNIQUE DU MODÈLE À L’ESSAI

Fiat 500L Urbana Trekking 2016

Moteur : MultiAir quatre cylindres turbo 1,4 litre 16 soupapes

Puissance : 160 chevaux à 5500 tours/minute

Couple : 184 livres-pied entre 2500 et 4000 tours/minute

Transmission : automatique 6 vitesses Aisin service dur

Suspension avant : MacPherson, ressorts hélicoïdaux et barres stabilisatrices

Suspension arrière : essieu rigide et ressorts hélicoïdaux

Direction : à crémaillère assistée électriquement sensible à la vitesse

Freins : à disques ventilés à l’avant, disques pleins à l’arrière

Pneus : 225/45R17 toutes saisons

Roues : 17 x 7 pouces en alliage d’aluminium peintes en noir mat

Prix : 32 380 $ + taxes

CONDITIONS DE L’ESSAI

Date de l’essai : 7 au 14 décembre 2015

Météo : peu de soleil, beaucoup de nuages et de pluie, entre -4 et 15 °C.

Distance parcourue : 502,8 km (80 % autoroute)
Consommation : 8,2 L/100 km

Régime moteur à 100 km/h : 2 100 tours/minute

Régime moteur à 115 km/h : 2 400 tours/minute

Automobile d’occasion | Fiat à vendre | Fiat 500 à vendre