Ford et les matériaux biologiques

Pour partager :

Chez Ford, on utilise des sièges biologiques. En effet, dans le but de démontrer qu'il existe des solutions de rechange durables aux composants de sièges conventionnels, le constructeur Américain a modifié les sièges de sa Fiesta 2011, en partenariat avec le fournisseur Johnson Controls. Certains composants de ces sièges proviennent de ressources renouvelables, avec par exemple le tissu qui est fait de polyactide, un plastique dérivé du maïs, alors que les coussins des sièges sont faits d'une mousse polyuréthane à base de soya. Avec ces améliorations au niveau de la confection des sièges, Ford annonce une réduction conséquente des émissions de CO2.

La mousse de soya est sans doute l'un des composants les plus utilisés chez Ford, avec plus de 2 millions de véhicules qui en contiennent. Son utilisation permet de réduire les émissions de CO2 de près de 11 millions de livres par année. Impressionnant n'est-ce pas ? Ajouté à cela 30 000 livres de moins par année grâce à l'utilisation de plastique renforcé de paille de blé, notamment dans le Ford Flex 2010. Ford est le premier fabricant à mettre au point ce plastique et à l'utiliser dans ses véhicules.

Il faut également noter que l'utilisation de ces matériaux permet d'écarter les plastiques ordinaires à base de pétrole et ainsi de réduire l'utilisation de pétrole de près de 25 000 livres par année. Le polypropylène garni de paille de blé, la mousse de soya, le polyactide et la mousse de polyuréthane sont responsables de ces réductions considérables.

Comme mentionné un peu plus haut, Ford utilise un plastique biodégradable appelé polyactide (PLA). Provenant des sucres du maïs, de la betterave sucrière, de la canne à sucre et d'autres plantes, ce plastique se biodégrade en 90 à 120 jours après sa vie utile. Une belle amélioration contrairement aux pièces de plastique à base de pétrole qui peuvent prendre jusqu'à 1 000 ans pour se désagréger dans un site d'enfouissement.

Actuellement, Ford est en encore à la phase de recherche pour une utilisation optimale du PLA. Étant donné sa tendance à se décomposer rapidement, les chercheurs veulent s'assurer que le processus de décomposition ne commencera pas avant la fin de vie du véhicule.

Source : Ford Canada

Pour partager :