Ford Falcon GT XA 1972

Pour partager :

La voiture de la photo mystère de la dernière édition était une Ford, c’était évident, mais une Ford un peu particulière : c’était un modèle exclusivement australien, le premier pour ce constructeur là-bas, la Falcon en version GT de la génération XA (1972-73). Il faut savoir que les Australiens ont l’habitude d’affubler leurs modèles de désignation lettrées, puisqu’elles ne changent souvent pas de nom au fil des refontes. Holden, la division australienne de GM, fait pareil. Donc, cette Ford Falcon XA, même si fortement inspirée des Ford nord-américaines sur le plan stylistique, était un voiture exclusivement australienne, dessinée, conçue et fabriquée là-bas, conduite à droite incluse. La première génération de cette Falcon (1960-71) n’était pourtant qu’une adaptation plus robuste et à volant du « bon côté », du « right side », comme ils disent là-dessous, de la Falcon qu’on connaissait ici.

 La petite histoire raconte que durant les années 1950, alors les ventes de Ford chutaient régulièrement face à celles de Holden, les dirigeants australiens de Ford décidèrent de construire la petite Falcon localement, dans une usine en banlieue de Melbourne. Auparavant, les Ford vendues là-bas étaient des Ford anglaises, peu modernes et sous-motorisées pour les grands espaces typiques de ce pays. À la fin de la production de la Falcon de première série, les Australiens proposèrent une série d’adaptations des modèles nord-américains, en phase avec les goûts des australiens. C’est ainsi que la Falcon XA ressemble à la Ford Torino et à la Mercury Montego, avec un nez, un capot, des phares et des roues à la Mustang, ainsi qu’un grand toit ouvrant optionnel, une option bien utile dans ce pays fortement ensoleillé. 

La version GT représentée ici proposait aussi un capot et des bas de caisses de couleur noir mat, des fausses prises d’air sur les ailes avant, et les fameux pneus Firestone à ligne rouge. Curieusement, cette voiture est dotée d’une fenêtre pleine grandeur à l’avant du côté du conducteur, mais d’un déflecteur pivotant du côté du passager. Curiosité locale ? Voiture spéciale de démonstration dotée des deux types de fenêtres ? Erreur de retouche photographique ? Je ne sais pas la raison, mais c’est assez curieux.

Les mécaniques offertes étaient d’origine USA : deux six en ligne de 3,3 ou 4,1 litres, et des V8 de 4,9 ou 5,8 litres. Ces moteurs ne vous disent rien ? Alors, voyons cela en unités impériales : L6 de 200 ou 250 po. cu., V8 de 302 ou 351po. cu. Les boites de vitesses offertes étaient des manuelles à trois ou quatre rapports, ou encore une automatique à trois rapports. Si la ligne de la Falcon vous semble familière, c’est qu’un film fort populaire en a déjà utilisé une pour son personnage principal : c’était la voiture de Max Rockatansky, le célèbre Mad Max, dans les deux premiers opus de la série.

Le Blog Auto