General Motors – Rappels, rappels, rappels

Siège social de General Motors à Detroit

Ça ne va pas bien. Ça ne va pas bien du tout chez General Motors qui annonce, encore, un rappel massif de véhicules à travers le monde. Cette fois-ci, c’est plus de 2,4 millions de véhicules qui devront retourner chez les concessionnaires. Tous ces rappels auraient coûté jusqu’à présent 400 millions de dollars au constructeur, et ce, pour le deuxième trimestre seulement.

Toutes ces dépenses non prévues commencent à peser sur les résultats financiers de l’entreprise en plus de susciter de l’inquiétude de la part des investisseurs. D’ailleurs, mardi, après l’annonce de ce dernier rappel, l’action de GM perdait 2% à la Bourse de New York.

Le Congrès américain devient aussi nerveux. On sait que le sauvetage de General Motors au lendemain de la crise financière de 2009 n’avait pas fait que des heureux parmi les sénateurs américains. Plusieurs avaient souhaité que le gouvernement laisse GM faire faillite. D’autres ont justifié le sauvetage de GM par le grand nombre de travailleurs qui se seraient retrouvés tout à coup à faire la file au bureau de chômage.

C’est ainsi que vendredi dernier, General Motors a écopé d’une amende de 35 millions de dollars de la part du gouvernement américain pour sa mauvaise gestion du dossier des dispositifs d’allumage. Le problème a été identifié par des ingénieurs en 2001 et, depuis ce temps, il y a eu 13 décès liés à cette défectuosité, dont un au Québec. On sait que lors des rappels massifs de véhicules Toyota, cette dernière avait goûté à la même médecine de la part du gouvernement américain.

Au cours des trois derniers mois, j’ai pu retrouver 24 rappels touchant des modèles Chevrolet sur la base de données de Transports Canada. Ce ne sont pas tous des rappels créant des dangers extrêmes pour la sécurité. Par exemple, au Canada, GM a rappelé un peu plus de 2000 Buick Enclave, Chevrolet Traverse et GMC Acadia 2014 pour une jauge à essence qui pourrait indiquer que le réservoir est plus plein qu’il ne l’est en réalité. À part manquer d’essence, le danger est assez minime. Par contre, 209 Chevrolet Malibu et Buick Lacrosse 2014 se sont fait installer des disques de freins arrière… à l’avant! Usure des plaquettes prématurées et perte d’efficacité sont au menu d’une sécurité de beaucoup diminuée.

La sénatrice du New Hampshire a parlé d’un « aveuglement criminel« . Celui du Connecticut pense que GM s’expose à des poursuites pénales. D’ailleurs, un cabinet d’avocats canadien cherche à organiser un recours collectif concernant les problèmes d’allumage. Comme un bon «soap» américain classique, l’histoire de General Motors prend une tournure dramatique à mesure que les semaines avancent. J’ai bien hâte de voir la fin de l’histoire!

La banque de rappels de Transports Canada est accessible à cette adresse.

Par Christian GagnonLeBlogAuto.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>