24-10-2014 |

English

La ceinture de sécurité à trois points à 50 ans

Publié par :

|

2 février 2009

|

Posté dans :

Peu de personnes ont sauvé autant de vies que Nils Bohlin, un ingénieur de Volvo qui, en 1959, inventa la ceinture de sécurité trois points en V. Une invention géniale parfaitement adaptée à la morphologie des occupants du véhicule. À ce jour, la ceinture de sécurité fournit la protection la plus efficace en cas d’accident.

Depuis les années 1960, la ceinture mise au point par Nils Bohlin a sauvé plusieurs centaines de milliers de vies et a permis de réduire de plusieurs millions le nombre de blessés ainsi que la gravité des lésions dues aux accidents. À elle seule, la ceinture de sécurité trois points constitue le dispositif de sécurité le plus important inventé depuis les débuts de l’automobile, il y a 120 ans. Preuve de son efficacité, l’invention de Nils Bohlin a été classée par l’institut allemand de la propriété industrielle comme l’un des huit brevets (déposés entre 1885 et 1985) considérés comme les plus importants pour l’humanité. Nils Bohlin partage cet honneur avec des détenteurs de brevet comme Benz, Edison et Diesel.

Des sièges éjectables aux voitures

Né en 1920 à Härnösand (Suède), Nils Bohlin, a débuté sa carrière en 1942 chez Svenska Aeroplan Aktiebolaget (SAAB) comme ingénieur aéronautique. En 1955, il a été chargé du développement de sièges éjectables ainsi que d’autres dispositifs de sécurité destinés aux pilotes. Paradoxalement, Nils Bohlin s’intéressait également au phénomène radicalement inverse, à savoir la préservation de l’intégrité physique lors des phases de décélération extrême. Il eut bientôt l’occasion de développer ses théories. En 1958, Nils Bohlin fut en effet recruté par celui qui était alors président de Volvo, Gunnar Engellau, au poste d’ingénieur chargé de la sécurité.

Au cours de la deuxième moitié des années 1950, Volvo développa un certain nombre de solutions en la matière. Toutes ces solutions avaient pour objectif d’empêcher l’occupant du véhicule d’entrer en contact avec les éléments intérieurs de l’habitacle ou de réduire la gravité des séquelles dues à l’impact en cas de collision : colonne de direction rétractable, planche de bord rembourrée et points d’ancrage prévus pour l’installation de ceintures de sécurité deux points en diagonale aux sièges avant. Dès 1957, Volvo avait déjà équipé ses voitures de points d’ancrage de série destinés à des ceintures de sécurité deux points aux places avant, mais la ceinture dite « en diagonale » ne possédait pas le potentiel requis lui permettant d’évoluer vers la solution de sécurité voulue par Volvo, dans la mesure où la boucle de cette ceinture se trouvait au niveau de la cage thoracique, c’est-à-dire qu’elle portait atteinte aux organes situés à cet endroit au lieu d’assurer leur protection. Gunnar Engellau, président de Volvo, avait également vécu un drame familial. Un de ses proches avait été tué dans un accident de la route imputable notamment aux défauts de la ceinture de sécurité deux points. Il avait donc chargé Nils Bohlin de perfectionner ce système.

La solution de Nils Bohlin

Nils Bohlin se rendit rapidement compte que la partie supérieure comme la partie inférieure du corps devaient être correctement maintenues en place à l’aide d’une sangle passant en diagonale au niveau de la poitrine et d’une autre sangle passant au niveau des hanches. La principale difficulté consistait à imaginer une solution à la fois simple d’utilisation et efficace, dans la mesure où la ceinture devait pouvoir s’utiliser d’une seule main.

En 1958, les recherches de Nils Bohlin débouchaient sur un dépôt de brevet pour une ceinture de sécurité trois points. Nils Bohlin intégrait dans son invention quatre règles d’or qu’il considérait comme des composantes essentielles d’une ceinture de sécurité pour véhicule. La première de ces règles est que la ceinture se compose d’une sangle abdominale et d’une sangle diagonale au niveau de la partie supérieure du corps, placée correctement sur le plan physiologique, à savoir en diagonale au niveau du bassin et de la cage thoracique et fixée au niveau d’un point d’ancrage bas situé à côté du siège. La géométrie de la ceinture formait un V dont la pointe était dirigée vers le sol. De surcroît, la ceinture restait en place sans bouger lorsqu’elle se trouvait en tension.

C’est la différence fondamentale entre la ceinture en V selon la conception de Nils Bohlin et la ceinture trois points en Y inventée précédemment par Griswold. La ceinture de Nils Bohlin était en fait un modèle de perfection géométrique plutôt qu’une innovation révolutionnaire. La solution retenue et les avantages liés à sa conception en trois points s’étendirent rapidement dans le monde entier, Volvo ayant mis immédiatement le brevet de Nils Bohlin à la disposition de l’ensemble des constructeurs.

En 1959, la ceinture de sécurité trois points brevetée a été introduite sur la Volvo Amazon (120) et la PV 544 commercialisées sur les marchés scandinaves. Volvo est ainsi devenue la première marque au monde à équiper ses voitures de ceintures de sécurité en série. Compte tenu de la médiocre protection offerte par la ceinture deux points et du fait qu’elle était considérée comme peu maniable, les clients boudèrent dans un premier temps la ceinture trois points de Volvo. Bien que simple d’utilisation et à la fois confortable et efficace sur le plan de la protection, elle fut accueillie avec un certain scepticisme.

Préalablement au lancement mondial de la ceinture trois points sur les véhicules Volvo, une série de tests sur chariot et de tests de collision ont été réalisés sur l’ensemble des modèles de ceinture alors disponibles. Les résultats ont été extrêmement parlants : la ceinture trois points fournissait de loin le meilleur niveau de protection aux occupants du véhicule. Fort de ces résultats, Volvo lança en 1963 la ceinture trois points aux États-Unis ainsi que sur les autres marchés non encore équipés. Désormais, toutes les voitures Volvo quittaient l’usine équipées en série de la ceinture de sécurité 3 points aux places avant. Essentielle aux places arrière.

Volvo se rendit compte très rapidement qu’il était essentiel de garantir le bon maintien des occupants sur leur siège et, parallèlement aux autres progrès réalisés en matière de sécurité, travailla à équiper la banquette arrière de ceintures. Les voitures Volvo furent dotées de points d’ancrage aux sièges arrière dès 1958, mais il fallut attendre 1967 pour que Volvo réussisse à convaincre les acheteurs du bienfondé du port de la ceinture de sécurité à l’arrière.

Le public estimait jusque là que le seul fait d’être assis à l’arrière suffisait à être protégé en cas de collision. Après tout, pensait-on alors, ce sont les personnes assises à l’avant qui sont en danger. Personne n’osait imaginer que, lors d’une collision, les passagers assis à l’arrière étaient projetés vers l’avant avec une force de 3 à 5 tonnes et risquaient ainsi de se blesser grièvement et de blesser les autres occupants assis à l’avant. Peut-être était-ce simplement une absence de prise de conscience. Aujourd’hui, le port de la ceinture de sécurité à l’arrière a été rendu obligatoire par la législation et c’est un geste qui est devenu évident dans de nombreux pays.

Un expert de la sécurité pendant toute sa vie Chez Volvo, Nils Bohlin finit par faire du renforcement de la sécurité des occupants une constante de la marque. Il se rendit compte très tôt qu’il fallait offrir une protection contre les impacts latéraux. Dès les années 1970, il se mit à travailler sur diverses solutions techniques qui finirent par déboucher sur la mise au point du désormais célèbre système breveté SIPS (pour Side Impact Protection System) que Volvo a été l’un des premiers constructeurs à intégrer sur ses véhicules. Parti à la retraite en 1985, Nils Bohlin fut consulté par Volvo à plusieurs reprises, notamment sur des questions de sécurité particulièrement complexes. En 2002, Nils Bohlin décédait à l’âge de 82 ans des suites d’une attaque cérébrale.

Le Blog Auto • Volvo Cars

Partager cet article

Actualités liées

Plus de radars photo sur les routes du Québec – une taxe volontaire
Perdre son permis pour avoir texté au volant
Une assurance pour vos pneus?

À propos de l'auteur

Le Blog Auto

(1) Reader Comment

  1. Stephane
    10 mai 2009 at 10 h 43 min

    C'est certainement l'invention la plus révolutionnaire en matière de sécurité routière! Même les systèmes électronique actuels ne peuvent proposer mieux pour la sécurité du conducteur.

Laisser un commentaire