23-10-2014 |

English

Radars-photos : chez vous comme en France…

Publié par :

|

16 mars 2010

|

Posté dans :

L’auteur :

Jean-Luc Nobleaux est un journaliste français. Il travaille en indépendant pour plusieurs magazines automobiles et moto, et vit à Paris, France. Il est l’auteur du livre-pamphlet « Radars, le grand mensonge » publié récemment aux Editions Tatamis.

http://radars-mensonge.blogspot.com/2009/11/1ere-revue-de-presse.html

Le blog du livre : http://radars-mensonge.blogspot.com

Les radars automatisés – qui rapportent en France plus d’un demi milliard d’euros par an – sont la plus formidable machine à cash du système capitalisto-politique. Alors ils fascinent.  Et progressent par métastases, choisissant de nouveaux territoires. Vous autres, cousins québécois, êtes en passe d’être cancérisés par la prolifération des flashes. Et votre pathologie rappelle étrangement la nôtre.

Chez vous comme en France, la Maison Poulaga devient une annexe du Trésor Public. On impose la politique du Chiffre aux forces de l’ordre, et la valse des billets d’infraction transforme doucement la « sécurité routière » en rigorisme salopard.

Chez vous comme en France, le système des photo radars s’incruste comme un fibrome malin sur le dos d’une courbe d’accidents en nette baisse. Ce qui permet au gouvernement d’attribuer à ses photomatons des « bons résultats » issus d’autres facteurs (en France : baisse du trafic routier, plus de sécurité passive, véhicules moins transgressifs, meilleur partage de la route entre 2 et 4-roues, retour à l’ordre moral depuis les années 90, etc.)

Chez vous comme en France, une partie de la presse promeut les mouchards de la route. Quantité de journalistes québécois entre discours sécuritaire et posture bien-pensante, posent pour exemple les différents pays utilisateurs de radars sur un même plan. Un raccourci insensé. Les radars-photos sont utilisés comme outils de prévention routière en Angleterre, mais en France ils sont utilisés comme des pompes à fric. S’ils sauvèrent quelques vies en Angleterre (du moins au début), en France ce ne fut jamais le cas – en dépit des discours publicitaires de notre gouvernement. Pire, certains rédacteurs québécois relaient avec ferveur le catéchisme gouvernemental. Exemple avec cet articulet tiré du Trait D’Union : « Toutes les sommes recueillies pendant la durée du projet pilote sont versées au Fonds de la sécurité routière, et serviront à financer des programmes et des mesures de sécurité routière et d’aide aux victimes de la route. » Du blabla pour simplets. Aucun de ces brillants reporters n’a eu la curiosité d’enquêter sur le « modèle » français ?

Chez nous aussi le produit des contredanses devait revenir à la route. La promesse ne fut jamais tenue. Les politiques et industriels – en clair : Nicolas Sarkozy et sa clique – ayant initié le système se sont jetés illico sur le pactole.
Chez vous comme en France, les « experts » de la route sont folkloriques. Ce sont les idiots utiles de vos dirigeants. Votre Jean-Marie De Koninck est… prof de maths. Nus avons le même en pire : Claude Got, un professeur « accidentologue » fasciné par le concept de « société clinique ». En fait un hyperactif de la coercition totale. Comme lui De Koninck ne connaît rien au goudron, mais semble fortiche pour manipuler les statistiques. Plus exactement, pour resservir des chiffres arrangés puisque ce sont ceux de l’Etat français.

Et chez vous c’est Julie Boulet la grande ordonnatrice des photomatons routiers. Une pharmacienne devenue préposée aux Transports. On frôle le théâtre de Guignol avec toutes ces blouses blanches cautionnant la répression jackpot sur les routes. D’autant que pour Mme Boulet – comme pour les dirigeants français – la délinquance zéro ne semble concerner que la plèbe : outre ses frasques routières dans sa voiture avec chauffeur, la pétulante Julie est soupçonnée de trafic d’influence dans une affaire de marchés public. Mais peu importe. D’après votre N°1 Jean Charest : « l’introduction des radars photo et surveillance fait partie d’un large consensus ».

Attention cousin du Québec. Et souviens-toi : plus les citoyens se comportent en sujets, plus les élus se comportent en monarques.

Merci à Nathalie Monneau et Jean Livernois pour l’aide à la rédaction de cet article.

LES LIENS

Quotas de PV au Québec : Des policiers indignés1500 tickets par année

Journalistes proradars (exemples)
Jean-Marc Salvet (Le soleil)

Jean-Simon Gagné

Patrick Lagacé / Blog sur Cyberpresse

Valérie Borde

Pierre Pelchat, Le soleil

Bruno Bisson, Cyberpresse

Promesses au Québec / Jean-Guy Ladouceur, Le trait d’union

Claude Got (Docteur en médécine, expert au CNSR-Comité National de la Sécurité Routière/France)

Julie Boulet

Julie Boulet et le code de la route

Julie Boulet et les marchés publics

Partager cet article

Actualités liées

Plus de radars photo sur les routes du Québec – une taxe volontaire
Perdre son permis pour avoir texté au volant
Une assurance pour vos pneus?

À propos de l'auteur

LeBlogAuto

LeBlogAuto

Les commentaires sont fermés.

Laisser un commentaire