Isetta, une petite voiture au coeur des années 50

Pour partager :

1956 BMW Isetta 300

On est habitué aujourd’hui aux petites voitures économiques. Mais, dans les années 50, alors que l’essence coûtait à peu près 25 cents le gallon, personne ne voyait l’intérêt de posséder une petite voiture afin d’économiser l’essence. Pourtant, en Europe, certains constructeurs ont cru en un concept de petite voiture, appelée "bubble car", dessiné par Isetta. Cette petite microvoiture a été construite sous licence en Espagne, en Belgique, en France, au Brésil, en Allemagne et au Royaume-Uni. Même BMW y a cru. En 1955, elle était la première voiture de production en grande série qui consommait seulement 3,0 litres/100 km. C’était la voiture à un seul cylindre la plus vendue au monde avec 161 728 exemplaires écoulés.

La voiture tient ses origines d’une compagnie italienne, Iso SpA. Au début des années 50, cette compagnie construit des réfrigérateurs, des scooters et des petits camions à trois roues. Le propriétaire, Renzo Rivolta, se rend compte qu’il aimerait construire des petites voitures en série. Deux ingénieurs lui conçoivent une petite voiture qui utilise un moteur de motocyclette et la nomment Isetta, un diminutif italien qui veut dire "petite Iso".

Son introduction à Turin en 1953 a causé toute une commotion. C’était du jamais vu! 7 pieds et demi de long par 4 pieds et demi de large, des glaces toutes en rondeurs et l’avant au complet est une portière qui sert à accéder à l’habitacle. En cas d’accident, les passagers peuvent sortir par le toit en toile. Le volant et le panneau des instruments suivent la portière lorsqu’elle est ouverte, vous donnant accès à la petite banquette. Elle est assez large pour deux occupants, et peut-être même un petit enfant. Derrière la banquette, il y a une tablette pour y mettre des bagages et, en dessous, le compartiment pour la roue de secours. Le chauffage est optionnel, et la ventilation s’effectue simplement en ouvrant le toit de toile.

Évidemment, elle n’est pas un monstre de performances. Son moteur monocylindre deux-temps de 236 cc (ou 0,2 litre) développe 9,5 chevaux. Une transmission manuelle offre quatre rapports avant et une marche arrière. Une chaîne relie la transmission à l’essieu arrière. Celui-ci fait le lien entre deux roues, espacées de seulement 25 centimètres. Les premiers prototypes n’ont qu’une seule roue à l’arrière, mais c’était propice aux retournements. Les roues arrière rapprochées éliminent la nécessité d’un différentiel. L’Isetta prend 30 secondes pour atteindre 50 km/h et la vitesse maximale ne dépasse pas 75 km/h. Le réservoir d’essence ne contient que 13 litres.

C’est BMW qui a le plus modifié l’Isetta. Elle a conçu sa propre version autour d’un moteur monocylindre quatre-temps BMW de 247 cc développant 13 chevaux. BMW a tellement modifié la petite Iso qu’aucune des pièces d’origine italienne n’est interchangeable avec sa version allemande. La première BMW Isetta est apparue en 1955. En mai 1962, trois ans après le lancement de la BMW 700 plus moderne, BMW a cessé la production d’Isetta.

Je me demande quelle mention elle obtiendrait aux tests de l’IIHS.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'article consacré à l'Isetta sur Wikipedia.

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :