L’alcool au volant, mythes et réalité

Pour partager :

Le mythe du café noir (et autres remèdes inutiles)

Il ne sert à rien de danser, de faire du jogging, de chanter, de crier ou d’uriner pour vous débarrasser de l’alcool. Contrairement à ce qu’on croit en général, boire du café noir ou prendre une douche froide n’a aucun effet sur l’alcoolémie. Une toute petite quantité d’alcool seulement est éliminée par les larmes, la salive et la transpiration.

Si vous avez un taux d’alcool de 0,09, il vous faudra environ six heures pour éliminer tout cet alcool de votre sang. Il n’y a rien que vous puissiez faire pour accélérer le processus. Que vous soyez un buveur invétéré ou novice, la durée d’élimination sera pratiquement la même. Le temps est la seule chose qui compte.

La taille joue un rôle

Le taux d’alcool est lié au poids corporel étant donné que c’est ce dernier qui détermine le volume de sang qui circule dans vos veines (ou plus précisément, le volume d’eau dans le corps). Lorsque deux personnes consomment la même quantité d’alcool, c’est celle qui a le plus grand volume sanguin qui affiche le taux d’alcool le plus faible. Le volume sanguin varie en fonction de deux facteurs : d’une part le poids corporel et d’autre part la composition des tissus du corps. Les personnes de forte taille ont en général un plus grand volume sanguin qui leur permet d’absorber plus d’alcool. Après avoir consommé la même quantité d’alcool, une personne de 68 kg aura donc une alcoolémie supérieure à celle d’une personne du même sexe pesant 80 kg.

Par ailleurs, les tissus musculaires sont mieux irrigués que les tissus adipeux. Plus vous êtes musclé ou svelte, plus le volume d’eau de votre corps est important et mieux l’alcool se diffusera. Après avoir absorbé la même quantité d’alcool, une personne qui pèse 80 kg mais qui a un surpoids aura un taux d’alcool supérieur à celui d’une personne maigre du même poids et du même sexe.

Les femmes ont en général plus de tissus adipeux que les hommes et, par conséquent, un volume d’eau moins important. À quantité d’alcool égale, une femme de 60 kg aura une alcoolémie supérieure à celle d’un homme de poids identique. Comme les femmes sont généralement plus petites que les hommes, les différences dans le taux d’alcool entre les deux sexes peuvent être appréciables. Les femmes ne devraient donc pas s’illusionner. Même si elles prennent moins de consommations que les hommes, elles n’ont pas forcément une alcoolémie plus basse.

Quelle quantité est raisonnable ?

Certains suggèrent qu’on limite la consommation à une boisson à l’heure. Malheureusement, cette règle n’est valable que dans les premières heures et ne s’applique en général qu’aux hommes. Lorsqu’on consomme de l’alcool, on perd la faculté de reconnaître les signes d’intoxication. La plupart des gens sont incapables de juger à quel point leurs facultés sont affaiblies après avoir bu et ne peuvent estimer avec précision leur propre taux d’alcool sans l’aide d’un alcootest. Par conséquent, en cas de doute, abstenez-vous de conduire.

Vos facultés commencent à être altérées très peu de temps après que vous avez commencé à boire. Vous pouvez toutefois réduire le risque de provoquer un accident en buvant modérément. Un bon principe consiste à limiter sa consommation à deux boissons au maximum dans la soirée car plus on boit moins on est en possession de ses moyens et plus on risque de mettre sa vie ou sa sécurité en danger.

Mais c’est en vous abstenant complètement de boire lorsque vous conduisez que vous mettez le maximum de chances de votre côté.

Transports Canada

Pour partager :