La ceinture de sécurité, une protection incluse

Pour partager :

La ceinture de sécurité, une protection incluse

Saviez-vous, selon les statistiques de la Société de l’assurance automobile du Québec (#SAAQ), que 9 personnes sur 10 s’attachent dans un véhicule aujourd’hui? Mais saviez-vous aussi que chaque année, près de 30 % des conducteurs et des passagers qui meurent dans des accidents de voiture ne portaient pas leur ceinture? Pourtant, il s’agit d’un geste simple qui peut épargner bien des vies et des blessures irréversibles.

S’y conformer pour les bonnes raisons
Qu’on le veuille ou non, le port de la ceinture est obligatoire pour tous les occupants d’un véhicule selon le Code de la sécurité routière. Boucler sa ceinture de sécurité ne comporte que des avantages : réduit de moitié les risques de décès ou de blessures graves lors d’un impact, empêche le conducteur et les passagers d’être éjectés du véhicule lors d’une collision et permet de répartir la force de l’impact sur une plus grande partie du corps, diminuant ainsi le risque de blessures graves. Sans compter qu’une ceinture bien attachée et ajustée convenablement offre la protection la plus sécuritaire en cas de situations de collision frontale, de collision latérale et de tonneaux puisqu’elle maintiendra le corps bien en place dans l’habitacle.

Changement de mœurs, changements de comportements
Le port de la ceinture de sécurité obligatoire pour les passagers des sièges avant d’un véhicule de promenade fut implanté au Québec en 1976. Quelques années plus tard, soit en 1990, la loi exigea que les occupants assis à l’arrière s’attachent également. Selon un rapport émis par Transport Canada, le taux de port de la ceinture de sécurité est passé de 92 % en 2006-2007 à 95 % en 2009-2010. Autres données intéressantes, les femmes s’attachent davantage que les hommes. De plus, ceux qui sont à bord de camionnettes et les passagers arrière ont tendance à moins user de ce dispositif de sécurité.

2015, l’année de la banquette centrale arrière
Nous connaissons la ceinture sous-abdominale (celle se trouvant au milieu de la banquette centrale arrière) et la ceinture diagonale (ceinture épaulière ou ceinture-baudrier). Le type de ceinture n’a pas connu de réels changements majeurs au courant des dernières décennies. Par contre, en 2015, tous les véhicules fabriqués au Canada devront être munis d’une ceinture épaulière. Ce changement permettra d’accroitre la sécurité du passager arrière en cas d’impact.

Vous êtes protégés
Au Québec, tous les usagers de la route sont protégés. Grâce au Régime public d'assurance automobile, des indemnités sont versées aux personnes victime d’un accident de la route qui ont subi des dommages corporels, et ce, sans égard à la responsabilité. En cas de dommages matériels, ce sont les assureurs qui déterminent la responsabilité de chacun des conducteurs et qui indemnisent, au besoin, leur client. Aucune données ou montants ne ressortent quant aux coûts des indemnisations engendrés par les accidents de la route pour les compagnies d’assurance.

En définitive, s’attacher semble être pratiquement un automatisme pour les Québécois. Mais encore est-il nécessaire d’en faire bon usage. À ce sujet, voici des liens utiles qui expliquent les bonnes pratiques à adopter concernant les ceintures de sécurité.

Pour les enfants
Pour les sièges de bébé et d’appoint

Pour partager :