La Ferrari 365 GTB/4

Pour partager :

1971-FERRARI-GTB4-DAYTONAFerrari a toujours créé des voitures de rêve, des voitures qui deviennent des classiques dès qu'elles posent leurs pneus sur le bitume. Parmi ces beautés, l'une d'entre elle a toujours retenu mon attention: la Ferrari GTB/4, mieux connue comme étant la Ferrari Daytona.

Produite entre 1968 et 1973, elle a été lancée au Mondial de Paris en 1968 en remplacement de la 275 GTB/4. Le nom Daytona n'aurait jamais été officiellement donné par Ferrari, mais plutôt par les médias pour commémorer les trois places de Ferrari sur le podium des 24 Heures de Daytona en février 1967.

Contrairement à la Lamborghini Miura à moteur central de l'époque, la Daytona était conventionnelle avec son moteur à l'avant et ses roues arrière motrices. Le moteur, connu comme étant le Tipo 251 et développé à partir du V12 Colombo de la 275GTB/4, était un V12 à double arbre à cames en tête de 4,4 litres. Il mettait en vedette six carburateurs double-corps Weber ou Solex. Avec un taux de compression de 9,3:1, il produisait 352 chevaux et pouvait atteindre 280 km/h. Le 0-60 m/h se réalisait en seulement 5,4 secondes. La version américaine avait un taux de compression de 8,8:1 et le système d'échappement était modifié. La transmission manuelle à cinq rapports montée à l'arrière permettait d'atteindre une répartition idéale du poids. La suspension à quatre roues indépendantes était composée de leviers triangulés et de ressorts hélicoïdaux.

Même si la silhouette était une création de Pininfarina, comme plusieurs autres Ferrari, la 365 GTB/4 ne ressemblait à aucune autre. Ses lignes franches ressemblaient plus à une Lamborghini qu'aux traditionnelles Ferrari de Pininfarina. Les premières Daytona était équipées de phares fixes installés derrière une vitre. Ce fût abandonné en 1971 en faveur de phares rétractables à cause de lois américaines qui interdisaient les phares dissimulés derrière une vitre. Le designer Leonardo Fioravanti a avoué avoir pris sept jours pour dessiner la Daytona.

Il y aurait eu 1406 exemplaires produits, dont 158 avec conduite à droite, 122 cabriolets Spider (7 avec conduite à droite) et 15 voitures de compétition dans trois séries dotées de carrosseries plus légères et de mécaniques adaptées. Il existe une grande différence de prix entre une vraie Berlinetta et une vraie Spider. C'est pourquoi plusieurs Berlinetta ont été transformées en cabriolet Spider. Une vraie Spider devrait toutefois être plus recherchée par les collectionneurs à cause de sa rareté.

En course, les premières voitures officielles ont été assemblées en trois séries de cinq voitures en 1970-71, 1972 et 1973. Elles possédaient toutes une carrosserie légère faisant grand usage d'aluminium et de fibre de verre avec des glaces en plexiglass. Les moteurs étaient modifiés pour produire 400 chevaux en 1972 et 450 en 1973. Elles connurent beaucoup de succès, allant même jusqu'à remporter les cinq premières positions en Classe GT en 1972.

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :