La Lexus ES300 2002

Pour partager :

Est-ce vraiment une voiture d'occasion ?

Cette semaine, j’ai conduit une des voitures d’occasion qui se retrouve parmi les annonceurs de notre magazine, une Lexus ES300 2002 de chez Lexus Laval. La voiture essayée a parcouru un peu moins de 90 000 km et est offerte à 26 000$.

Première impression en montant à bord, c’est l’état quasi neuf des garnitures, tapis et sièges. Il n’y a aucune trace du passage du précédent propriétaire, même si celui-ci y a passé les 4 dernières années. S’il n’y avait pas l’odomètre, peu de gens pourraient évaluer correctement le kilométrage réel de la voiture. C’est donc un point positif à mettre au crédit de la rigueur d’assemblage et la qualité des matériaux employés chez Lexus.

Tous les accessoires, et ils sont nombreux, fonctionnent correctement : sièges chauffants, toit ouvrant, rideau de lunette arrière, mémorisation de la position du siège conducteur, amortisseurs pilotés, rétroviseurs à assombrissement automatique, etc. Par contre, et c’est bizarre, le volant de direction émet un couinement lors de sa manipulation, mais le vendeur assure que ce sera réglé avant la vente. À mon oreille, le bruit vient du haut de la colonne de direction et ne serait pas d’origine mécanique.

Sous le capot, le V6 de 3,0 litres est d’une souplesse et d’un silence impressionnants, avec un ralenti imperturbable même s’il est calé à seulement 500 tr/min. La boîte de vitesses à 5 rapports est très douce et les changements de rapports sont rapides et s’effectuent sans glissement. Le compartiment moteur est propre, tous les liquides sont à niveau, et aucune fuite n’a été décelée.

La température très froide des derniers jours ne m’a pas permis d’évaluer vraiment le freinage ou la tenue de route, puisqu’il n’y avait pratiquement aucune adhérence sur l’asphalte froid. Par contre, je peux dire que l’ABS et l’antipatinage fonctionnent souvent !

Les plaquettes de freins ont encore suffisamment d’épaisseur pour durer quelques milliers de kilomètres, mais les disques ne sont pas tout récents. L’échappement en acier inoxydable sonne toujours aussi bien, et il y a tout lieu de croire qu’il lui reste encore plusieurs années. L’amortissement à réglage électronique serait toutefois à surveiller, car les amortisseurs sont bruyants lorsque mis en position ferme.

La carrosserie ne montre aucune marque ni imperfection, ce qui n’est pas surprenant vu l’état de l’intérieur. La voiture n’a pas été malmenée, visiblement. Les quatre roues n’ont aucune marque de contact avec le trottoir, tout comme les antibrouillards et le bouclier avant. Les pneus, des Continental ContiTouringContact, ont été fabriqués en mars 2006 et sont très peu usés. Par contre, rien ne vaut un bon jeu de pneus d’hiver, et il faudra compter en faire monter l’automne prochain.

Cette voiture, une occasion certifiée par Lexus, sera vendue avec une garantie sur le groupe motopropulseur de 2 ans/40 000 km.

Le verdict : pour le prix d’une Camry LE à 4 cylindres neuve, vous pouvez vous procurer une Lexus ES300, bien mieux équipée. Pour moi, le choix est facile.

La voiture était disponible chez :
Lexus Laval
2000, boul. Chomedey, Laval
(450) 686-2710

Trouver une Lexus ES300 à vendre sur autoExpert.ca

Le Blog Auto

Pour partager :