La photo espion, un mythe qui a la vie dure

Pour partager :

Au cours des mois et des années qui précèdent le lancement d’un nouveau modèle, le cycle de présentation au public suit généralement le même parcours. Tout d’abord, une annonce officielle est diffusée avec une ébauche crayonnée, fortement stylisée, qui donne la direction artistique. On verra par la suite une voiture concept de ce futur modèle dans un des nombreux salons internationaux. Souvent, c’est une maquette pleine grandeur qui a pour seul but d’habituer le public, et les journalistes, à son nouveau look. Ensuite, quelques photos semi-officielles seront distribuées parcimonieusement aux organes de presse, avec une brève description de la mécanique. Finalement, le lancement se fait en grande pompe lors d’un autre salon international, avec des jeux de lumières, une mise en scène, de la musique percutante et de magnifiques sourires.

Cette savante campagne de publicité est presque toujours respectée, surtout pour les modèles phares d’une marque, comme les voitures sport, les berlines de luxe, ou même les 4x4. Chez Chrysler par exemple, ce peut même être la minifourgonnette qui subit ce traitement, vu l’importance de ce modèle pour la marque.

Pour les modèles à haute visibilité, il existe aussi une autre arme stratégique pour être encore plus efficace : la photo espion. La légende veut qu’un photographe intrépide caché dans les buissons d’un centre d’essai ait capté cette image floue de la toute prochaine voiture de sport hyper performante, au péril de sa vie. C’est que le pilote de ladite voiture a aperçu le photographe, et qu’il a envoyé la milice privée du constructeur à sa poursuite avec ordre de lui voler ses clichés, et de lui flanquer la frousse de sa vie.

Vous croyez encore à ce baratin ? Pas moi. Pourquoi voulez-vous qu’une entreprise sérieuse fasse circuler des voitures en développement sur une piste de course de 22 km comme le Nurburgring, parce qu’il s’agit très souvent de cette difficile piste de course allemande, en ayant espoir que personne ne le sache ? Vous n’avez jamais remarqué que les photos viennent toutes de la même source ? Et qu’elles ont toutes été captées dans les mêmes virages ?

Ou comment expliquer qu’un illustre inconnu capte une image du prochain roadster américain, légèrement déguisé avec des appliques noires et de fausses badges coréennes, alors qu’il se baladait en touriste en Arizona ?

C’est aussi qu’on voit toujours les modèles dans un environnement favorable :la voiture sport en piste, le roadster sous le soleil, la berline suédoise dans la neige, le 4x4 en train de grimper une dune de sable. À quand une photo espion d’une voiture de développement avec le capot ouvert, vaporisant son antigel ? Ou d’un roadster sous la pluie, avec ses vitres toutes embuées ? Ou un 4x4 calé jusqu’aux portières dans un champ en friche entouré de vaches au regard vide ?

Non, vraiment, les « photos espions » n’en sont pas. Ce sont des placements stratégiques de la part du constructeur pour continuer de mousser l’appétit des futurs acheteurs. La mise en scène doit être positive, mettre la voiture en valeur, laisser planer un peu de mystère, et favoriser la notoriété.

Cela permet aussi de faire parler les amateurs, de faire rêver les jeunes, de peupler les forums et autres blogues, bref, d’entretenir un intérêt lors du long processus de développement pour le modèle à venir.



Le Blog Auto

Pour partager :