La Renault Spider 1996-99

Pour partager :

La voiture mystère de la dernière édition était une Renault, eh oui, une Renault Spider, produite en petite série de 1996 à 1999. À l’époque, Renault voulait créer une voiture ludique destinée à la promotion sportive, pour profiter de ses nombreux succès en Formule 1.

Comme pour la R5 Turbo, Renault a changé sa philosophie en la destinant aussi à une homologation routière, histoire d'amortir le projet et d'en faire un vecteur d'image fort. Le Spider a été présenté au salon de Genève 1995 avant même d’être achevé.

Élaborée sur un châssis en aluminium, tout comme la Lotus Elise, la marque voulait expérimenter ce matériau d’avenir pour l’industrie automobile. Chaque châssis se compose de trois parties. Une fois terminés chez un sous-traitant scandinave, ils sont ensuite expédiés chez Alpine à Dieppe pour l’assemblage final du véhicule.

Les suspensions sont élaborées à partir du savoir faire de Renault en compétition. À l’avant et de chaque côté, deux triangles superposés à axes longitudinaux, des rotules montées rigidement sur le châssis, solution rarissime sur une voiture routière, et le triangle supérieur fait office de basculeur permettant l’opération d’un combiné ressort-amortisseur placé transversalement, presque horizontalement. La direction est dépourvue d’assistance, pour plus de précision et moins de poids. À l’arrière, la suspension a également le souci complémentaire de favoriser au mieux l’accessibilité mécanique. On retrouve deux triangles superposés, à axes transversaux cette fois, et des rotules montées de manière rigide. Une vraie conception de voiture de course.

Côté moteur, c’est celui qui a servi de base dans la Clio Williams qui sera repris pour le Spider. D'une cylindrée de 2,0 litres, ce bloc développe 150 ch. La culasse est trempée, les conduits d'admission sont polis, le carter d'huile est cloisonné et le collecteur d'échappement de type 4 en 1 en tôle viennent parfaire cette préparation "course".

Le Spider Renault Sport est aujourd'hui une automobile rare... et chère ! Ses cours sur le marché de l'occasion sont très élevés pour les versions de route. Au niveau entretien et fiabilité, le Spider ne réclame aucune attention particulière. Il n'exige qu'un entretien simple et régulier grâce à son extrême simplicité.

Le Blog Auto

Pour partager :