La Volkswagen New Beetle décapotable 2007

Pour partager :

Il semble que la New Beetle tente de suivre les traces de sa vénérable aïeule, la véritable Coccinelle. En effet, en dix ans de présence sur le marché, seule une petite mise à jour récente est venue lui rafraîchir le nez et la croupe, alors que la forme générale est demeurée intouchée. On se souviendra que la Coccinelle, elle aussi, est demeurée physiquement inaltérée durant de longues années, tout en maintenant des ventes intéressantes. La New Beetle poursuit donc son chemin bon an mal an, toujours offerte en version fermée ou découvrable, avec des séries spéciales de temps en temps.

Sur le plan mécanique, la version décapotable essayée ici est maintenant motivée par le même 5 cylindres de 2,5 litres et 150 cv qu’on retrouve sous les capots des Rabbit et Jetta. C’est une grande amélioration par rapport au vieux 2,0 litres de 115 cv qui était le moteur de base de la New Beetle depuis son lancement. Ce nouveau moteur est souple, sa sonorité est agréable et son couple généreux convient à merveille à une décapotable, surtout avec l’excellente boîte de vitesse automatique à 6 rapports. Le reste de la fiche technique est inchangé. Le prix de base de la New Beetle décapotable 2007 est de 27 790$, et la voiture essayée affichait un total de 32 185$ avec les options.

À bord, l’ambiance est agréable, surtout avec la sellerie en cuir beige (optionnelle). D’ailleurs, selon moi, cette couleur pâle est idéale pour une voiture découvrable; même décapotée par grand soleil, les surfaces intérieures ne sont pas une menace pour la peau des coudes et des cuisses. Le design intérieur a vieilli un peu, ce qui est normal vu son âge avancé, et la finition intérieure est un ton en dessous de ce qui se fait
ailleurs. Les contre-portes, la console centrale et les garnitures de plastique beige ne sont plus vraiment dans le coup. Par contre, le haut des portières peint de la teinte de la carrosserie est toujours une bonne idée.

Le petit volant en cuir est agréable au toucher, tout comme le revêtement caoutchouté du tableau de bord. Les commandes pour les glaces électriques sont placées bas dans la portière du conducteur, et la commande du toit est située sous l’appuie-bras : ces deux emplacements devraient être repensés pour faciliter leur manipulation. La voiture essayée offrait aussi des sièges chauffants, un accessoire indispensable dans une décapotable qui roule au Canada; la saison n’en est que plus longue.

Le toit décapotable (à trois couches) est motorisé, et son opération est rapide et aisée. Un cache-capote, qui imite celui de la défunte Coccinelle, est fourni, et son installation est facile et fort élégante. Une fois gréée de telle façon, la New Beetle décapotable est la voiture idéale pour faire craquer les dames. Celles de mon entourage roucoulaient comme des gamines à la seule vue de la voiture. Une fois à bord, il fallait voir leurs yeux briller pour comprendre l’attrait qu’exerce cette voiture sur le beau genre. Par contre, lors d’une ballade avec un collègue masculin dans une quincaillerie à grande surface, nous avons eu droit au geste international de désapprobation, vous savez, celui qu’on interdit aux enfants. J’imagine qu’il nous signifiait sa désapprobation au sujet de la combinaison du rouge salsa et du toit beige ? Pourtant, je trouve cela élégant. À moins que ce ne soit autre chose…

L’espace intérieur est très vaste à l’avant. Il faut dire que les occupants de la première rangée sont assis au milieu de l’empattement et que la garde au toit permet aux dames les coiffures les plus excentriques. À l’arrière, c’est tout le contraire car l’espace est compté, surtout pour les jambes, et le dossier est trop vertical. J’ai eu toutes les difficultés du monde à installer le siège-bébé de ma fille de deux ans. La seule place qui lui permet d’être confortable est celle du milieu, mais alors il faut décapoter pour l’asseoir à bord. Avec la pluie des derniers jours, c’était assez rigolo… La malle arrière est tout autant symbolique et inaccessible. La New Beetle est vraiment une voiture pour deux.

Sur la route, la New Beetle offre un comportement routier agréable, et un confort de suspension étonnant. La structure est solide, il y a peu de vibrations parasites dans la baie de pare-brise, et la voiture est collée à la route. Les pneus sont des Michelin MXV4 en 205/55HR16, une monte pneumatique bien adaptée. Évitez les grandes roues de 17 pouces, le comportement n’en sera que dégradé.

Un fois lancée à grande vitesse, l’intrusion du vent dans l’habitacle est minimale et il est possible de rouler avec les glaces descendues sans pour autant devoir abandonner toute forme de conversation. Avec le filet anti-remous optionnel, le confort monte encore un peu, mais vu l’espace que celui-ci prend dans le coffre lorsque démonté, il vaut mieux le laisser en place au dessus de la banquette arrière.

La voiture essayée était équipée de l’ESP, un gage de sécurité important sur une voiture dépourvue de toit. À ce sujet, sous les appuie-tête arrière, on retrouve deux dispositifs à déploiement automatique en cas de retournement, en plus d’un cadre de pare-brise renforcé. La New Beetle décapotable est équipée de quatre coussins gonflables à l’avant, dont deux situés dans les sièges.

Les performances sont adéquates, quoique un peu en retrait par rapport à la version 1,8T des années précédentes. Il faut toutefois dire que ce n’est pas important, tant la conduite de cette décapotable n’incite pas à la vitesse… un peu comme son ancêtre, d’ailleurs. Les performances annoncées par le constructeur sont de 9,8 s pour le 0-100 km/h, et les consommations vont de 10,7 L/100km en ville à 7,8 L/100km sur la route. La New Beetle décapotable fait pencher la balance à 1478 kg.

Au quotidien, la voiture est facile à vivre, avec une bonne visibilité générale et de larges portières qui facilitent l’accès à bord. De plus, avec son toit facile à manipuler (la manœuvre peut facilement se faire durant un feu rouge) et ses sièges chauffants, la New Beetle décapotable n’est pas réservée qu’aux ballades de fin de semaine. On peut donc rouler à ciel ouvert à chaque fois que l’occasion se présente. C’est d’ailleurs cette facilité à vivre qui est surprenante, vu que la New Beetle est souvent perçue comme une voiture-gadget, un truc pour les victimes de la mode. Or, il n’en est rien, tant qu’on ne cherche pas à y faire entrer une équipe de basketteurs.

Et avouez que ses rondeurs toutes féminines sont encore agréables à regarder, même après toutes ces années.

Trouver une Volkswagen New Beetle à vendre sur autoExpert.ca

Le Blog Auto

Pour partager :