L’AMC Pacer: une voiture au mauvais moment

Pour partager :

1975-AMC-PACER

La crise pétrolière de 1973 a bouleversé l'industrie automobile américaine. Le transport individuel libre et bon marché avait été un mode de vie, et l'Amérique doit maintenant affronter l'horrible perspective de payer l'essence à un prix prohibitif. La première réponse de Detroit a été d'assassiner les "muscle cars". La deuxième a été de ressusciter les compactes et d'inventer les sous-compactes. Le slogan publicitaire de la Pacer d'AMC était «La première petite grande voiture». Les gens ont tôt fait de lui donner des surnoms. "L'aquarium", "la serre", "l'OVNI" ne sont que quelques-uns de ces surnoms.

La Pacer offre un habitacle de berline, même s'il s'agit d'une deux portes, un avant d'Européenne moyenne et pas de coffre du tout. Bien qu'on la publicise comme une voiture économique, elle ne l'est pas du tout. Toutefois, l'Amérique ne s'en rend pas compte, car elle est en plein repentir et achète plus de 100 000 exemplaires de la machine rien qu'en 1975.

Au milieu des années 70, la Pacer est présentée comme la voiture dernier cri – «le visage de l'automobile du XXIe siècle». Heureusement pour nous, la prophétie était fausse! Le capot plongeant dégage bien la vision du conducteur. La surface vitrée est inégalée dans toute la production américaine, mais elle rend obligatoire l'option air climatisé All Season à 425$. La visibilité arrière est presque panoramique. La silhouette de la Pacer était prévue pour recevoir des pare-chocs en polyuréthane, mais pour réduire les coûts, c'est l'acier qui a pris la place.

Ce qui se remarque moins bien au premier regard, c'est que la portière du passager est quatre pouces plus longue que celle du conducteur. Vous aurez deviné que cette configuration permet aux passagers arrière de prendre place plus facilement. Pas bête!

À l'origine, la Pacer devait recevoir un moteur rotatif. En 1973, AMC signe un accord avec Curtiss-Wright afin d'assembler des moteurs rotatifs pour ses voitures et des Jeep. Plus tard, AMC décide plutôt d'acheter ses moteurs rotatifs de GM qui les développe pour ses propres voitures. Le problème, c'est que GM annule son programme de développement en 1974 pour toutes sortes de raisons. GM a aussi peur que les Américains n'apprécient pas ce type de moteur.

AMC se retrouve donc sans moteur pour la Pacer, mais prend tout de même le risque de lancer la production. Comme AMC a mis beaucoup d'argent dans la conception de la carrosserie, il ne reste plus de moyens financiers pour développer de nouveaux moteurs. Les ingénieurs se contentent donc de reconfigurer le moteur 6 cylindres en ligne existant. Toutefois, la Pacer est une des premières voitures américaines dotées d'une direction à crémaillère.

145 528 exemplaires de la Pacer furent produits la première année pour une production totale de 280 000 de 1975 à 1980. La compétition du "Big Three" et des voitures japonaises avec lesquelles elle ne pouvait rivaliser ont eu raison de la Pacer. Une version familiale a aussi été offerte à partir de 1977.

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :