Le Chevrolet Suburban 1936

Pour partager :

Déjà, GM offrait un véhicule utilitaire destiné au transport de personnes

Chevrolet Suburban 1936

C’est en 1936 que Chevrolet invente le concept du véhicule utilitaire pour passagers et bagages – et donc, parallèlement, celui de la grande voiture familiale. À une époque où les routes étaient encore poussiéreuses et les automobiles lentes et bruyantes, le chemin de fer restait le seul choix possible pour accomplir de longs trajets, y compris en Amérique du Nord. À leur arrivée à la gare du centre-ville, les passagers (avec tous leurs bagages) souhaitaient pouvoir poursuivre leur route de manière confortable jusqu’à leur destination souvent située en banlieue, en zone suburbaine plus exactement. L’automobile n’en était alors qu’à ses débuts et déjà se faisait sentir le besoin d’un véhicule d’un nouveau genre, à même de répondre à ce type d’attente: un véhicule fermé, animé par un moteur silencieux et disposant d’une grande soute à bagages et qui, peut-être, s’appellerait judicieusement « station wagon », le fourgon de la gare. Mais aussi, on pourrait aussi l’appeler « Suburban », vu sa destination finale.  De très nombreux constructeurs utilisèrent alors ces appellations jusqu’à ce qu’en 1988, General Motors dépose officiellement « Suburban » comme nom de modèle.

À l’automne 1935, Chevrolet présenta donc le Suburban 1936 : à partir du châssis d’une camionnette de faible capacité, le petit camion « demi-tonne », le géant automobile américain ajouta une carrosserie en acier aux dimensions généreuses. Avec le Suburban, il était possible pour la première fois de transporter confortablement jusqu’à huit personnes dans un véhicule doté d’une caisse tout en acier.

Chevrolet Suburban 1957

En 1938 apparut une autre innovation appelée à connaître une très grande diffusion: le hayon arrière. Quelques années plus tard fut également construite la première version avec portes arrière, toutefois le jugement des clients fut sans appel : avec 17000 exemplaires vendus, le Suburban avec hayon, qui fut produit jusqu’en 1947, remporta très largement les suffrages des clients. La version avec portes arrière ne fut vendue qu’à seulement 4800 unités.

Les tout premiers clients furent, comme prévu, les entreprises de taxis et les hôtels. Plus tard, les parents de familles nombreuses reconnurent la grande commodité du Suburban, tout comme les adeptes des activités de loisirs. En effet, à la différence des autres véhicules de transport de personnes de l’époque, le Suburban permettait à ses passagers de partir en voyage avec une grande quantité de bagages, énormément de bagages même, si l’on prenait la peine de retirer les banquettes à l’arrière. Une innovation qui ne fut reprise sur d’autres véhicules que dans les années 1980, lors de l’avènement des minifourgonnettes.

Chevrolet Suburban 1998

Même si à l’époque personne ne l’appelait encore ainsi, c’est en 1957 que le Chevrolet Suburban devint finalement le véritable ancêtre des 4x4 modernes et le compagnon préféré de tous ceux qui souhaitaient explorer l’Amérique en dehors des sentiers battus. En effet, c’est à compter de cette année-là que le Suburban proposa pour la première fois, en option, une transmission à quatre roues motrices. Deux ans auparavant déjà, GM avait monté un V8 sous son imposant capot moteur et offert ainsi à ses clients une puissance qui avait toujours fait quelque peu défaut à l’antique moteur à six cylindres en ligne.

Au total, il s’est vendu jusqu’à aujourd’hui des millions d’exemplaires du Suburban et de ses «petits frères» tels que le Tahoe, un modèle légèrement plus court et le Jimmy, une version à deux portières.

Chevrolet Suburban Carryall 1936

Châssis et carrosserie

Type fourgonette à 2 portes, 8 places, dérivée d'une camionette 1/2 tonne. Châssis en échelle en acier, carrosserie en tôle, bâti de toit en bois

Moteur et transmission

Moteur six cylindres en ligne avec soupapes en tête, alésage et course de 84x101 mm, cylindrée 3388 cm³, carburateur simple corps Carter, puissance de 79 ch. Boîte de vitesses synchronisée à trois rapports, transmission aux roues arrière

Train roulants

Essieux rigides et ressorts à lames semi-elliptiques avant et arrière, freins hydrauliques sur les quatre roues, jantes de 5,50 x 17

Evolutions techniques au fil du temps.
Principales innovations des onzes générations de modèles produits depuis 1935
  • 1954 : Disponibilité d'une transmission automatique en option
  • 1955 : Apparition d'un moteur V8 de 180 ch
  • 1957 : Disponibilité d'une transmission intégrale en option
  • 1965 : Disponibilité de la climatisation en option
  • 1967 : Apparition d'une deuxième porte côté passager
  • 1975 : Apparition du convertisseur catalytique
  • 1978 : Disponibilité d'un V8 diesel
  • 1987 : Moteurs à essence à injection
  • 1995 : Airbag conducteur de série
  • 2003 : Direction Quadrasteer (4 roues directrices) et système de contrôle de stabilité StabiliTrak
  • 2006 : Système de coupure des cylindres "Active Fuel Management"

Chevrolet Suburban 2007

Le Blog Auto

Pour partager :

One thought on “Le Chevrolet Suburban 1936

  • 15 mai 2011 à 18 h 31 min
    Permalink

    Bonjour,

    Il y aurait un lien en quelques sortes urbanistique à faire avec le Suburban.

    Le Suburban est apparu à l’époque de la première génération des banlieues : parallèlement au développement de petites villes construites pour loger les travailleurs d’une usine-employeur principal du coin, les centres des grandes villes connaissaient de sérieux problèmes de salubrité publique, d’où le développement de zones résidentielles en périphérie.

    Il y avait un problème toutefois : les gares de train, ports maritimes et aéroports ne se trouvaient pas en zone suburbaine, à proximité de ces banlieues première génération… C’est dans ce contexte socio-urbanistique que le besoin d’un Suburban devint criant…

    Au plaisir,
    Charles Bertrand

Les commentaires sont fermés.