Le Chrysler PT Cruiser décapotable

Pour partager :

Lors de sa présentation en 2004, les ingénieurs de Chrysler affirmaient que la version décapotable de leur PT Cruiser avait été conçue avec l’objectif d’en faire la décapotable la plus solide et silencieuse parmi les voitures populaires. Après quelques heures à son volant, il faut admettre que l’objectif est atteint. La voiture essayée est une version Touring 2006, qui affiche moins de 20 000 km, et qui est visible chez Concordia Auto, au 6464 boul. Henri-Bourassa Est à Montréal (514-324-9100). Le prix de vente est de 22 995$.

Même si son apparence extérieure est très proche de la version régulière, cette décapotable n’en reprend que le plancher - renforcé, évidemment – et la partie avant. À partir des portières, tout est unique à cette version, y compris la baie de pare-brise qui est plus basse de 25 mm. Les renforcements qui ont été ajoutés pour compenser la perte du toit n’ajoutent que 70 kg au poids total de la voiture, une preuve du sérieux apporté à sa conception originale.

Un arceau, peint de la teinte de la carrosserie, ajoute encore un peu plus de rigidité, en plus de faire dévier l’air par-dessus les passagers arrière. C’est aussi un excellent endroit pour y placer un plafonnier… Le toit à commande électrique est équipé d’une lunette arrière en verre et complète sa manoeuvre en moins de 12 secondes. Un cache-capote est aussi fourni, mais son installation n’est pas des plus aisées et la visibilité vers l’arrière en prend pour son rhume lorsqu’il est en place. En fait, la visibilité arrière est mauvaise même avec le toit en place. Dans le même ordre d’idée, le réglage du siège conducteur ne permet pas de le descendre suffisamment, ce qui oblige les grands conducteurs à conduire plus couché que nécessaire pour bien voir à travers le pare-brise.

Évidemment, le coffre à bagages souffre lui aussi de la transformation, mais ce qu’il en reste offre tout de même un volume intéressant. Les sièges arrière se rabattent vers l’avant pour augmenter significativement l’espace de chargement. Les places arrière sont accueillantes et confortables, mais l’accès est difficile parce que les portières ne sont pas très larges.

La version essayée, une Touring 2006, offre un bon niveau d’équipement, avec la climatisation manuelle, le siège conducteur à réglage électrique, le régulateur de vitesse et la boîte automatique. La finition intérieure est sympathique bien qu’un peu légère. Toutefois, le coup d’oeil est agréable et les espaces de rangement sont nombreux. Le tableau de bord peint dans la teinte de la carrosserie apporte une touche rétro très sympathique.

Sur la route, le moteur à quatre cylindres de 2,4 litres et 150 cv est très timide et les accélérations sont laborieuses, du moins, avec la boîte automatique. Mais dans la circulation urbaine, cette paresse n’est pas trop nuisible. La suspension est ferme, mais cette fermeté n’est pas désagréable, c’est plutôt le gage d’un bon contrôle des mouvements de caisse. La direction, avec son grand volant à quatre branches, est précise et agréable parce que pas trop assistée, comme c’est souvent le cas sur les voitures nord-américaines. Le freinage est adéquat, bien que l’attaque de la pédale ne soit pas très franche.

Tel que promis par les ingénieurs de Chrysler, la structure de la PT Cruiser décapotable est très rigide, ce qui garanti une baie de pare-brise qui ne bouge pas à tous les cahots, et des portières qui ferment bien même si la voiture est stationnée sur des surfaces inégales. C’est aussi un gage de durabilité et d’étanchéité à long terme.

Trouver une Chrysler PT Cruiser à vendre sur autoExpert.ca

Le Blog Auto

Pour partager :