L’environnement: de plus en plus important

Pour partager :

environnement-et-pollution

Aujourd'hui, parler d'environnement est indispensable dans l'industrie automobile. Les manufacturiers font des pieds et des mains pour faire baisser la consommation de carburant de leurs véhicules. On parle de plus en plus de gaz à effet de serre (GES) et le gouvernement canadien nous fournit des chiffres sur les émissions de dioxyde de carbone (CO²) de ces véhicules. Essayons de voir comment on peut réduire nos émissions polluantes.

Le véhicule que vous choisissez, ainsi que la façon dont vous le conduirez, ont des répercussions importantes sur l'environnement et notre santé. Les GES, et particulièrement le CO², sont émis au moment de la combustion du carburant dans le moteur de votre véhicule. Les émissions de CO² sont directement proportionnelles à la quantité de carburant consommé. Bien qu'elles n'aient pas d'effets nuisibles directs sur la santé, les émissions de CO² contribuent aux changements climatiques.

Dépendant du type de carburant utilisé, la quantité d'émissions de CO² varie. Ainsi, pour un litre d'essence régulière, 2,3 kg de CO² sont relâchés dans l'atmosphère. Pour un litre de carburant diesel, on parle de 2,7 kg, 1,6 kg de CO² pour le carburant E85 et l'électricité ne produit aucune émission de dioxyde de carbone. Comparons les types de carburant alternatif disponibles.

L'éthanol est un carburant renouvelable extrait du matériel végétal qui absorbe le CO² durant sa croissance. La réduction des émissions de CO² dépend du pourcentage d'éthanol ajouté à l'essence. Tous les véhicules sont conçus pour pouvoir fonctionner avec de l'essence contenant 10% d'éthanol (E10). Il y a aussi plusieurs constructeurs qui fabriquent des véhicules pouvant fonctionner au E85 (85% éthanol et 15% essence). Puisque l'éthanol est moins puissant que l'essence, vous consommerez plus de E85 que si vous rouliez à l'essence régulière pure.

Le biodiesel est un autre carburant tiré de ressources renouvelables végétales ou animales. Un mélange de diesel et de biodiesel peut réduire les émissions de CO². Les nouveaux véhicules au diesel sont conçus de manière à pouvoir fonctionner à l'année au moyen d'un mélange de diesel pouvant contenir jusqu'à 5% de biodiesel (B5) sans qu'aucune modification ne soit apportée au moteur.

Les véhicules fonctionnant à l'électricité ne produisent évidemment pas de gaz d'échappement. Ils sont encore plus propres au Québec puisque notre électricité provient de barrages sur les rivières, et non de centrales au charbon, par exemple.

Les véhicules hybrides possèdent une batterie en plus de leur moteur à combustion interne. Par différents types de recharge, ils consomment moins de carburant, donc produisent moins de GES. Les modèles hybrides rechargeables peuvent être branchés à un réseau d'électricité lorsqu'ils sont à l'arrêt. Pouvant parcourir de courte distance en mode tout-électrique, ils allongent les périodes ou le moteur à combustion ne fonctionne pas, réduisant ainsi encore plus les GES.

D'autres carburants de remplacement sont testés quotidiennement à travers le monde. Pensons au gaz naturel et au propane utilisés surtout sur des flottes de véhicules. D'autres manufacturiers travaillent sur des piles à combustible, donc une propulsion à l'hydrogène.

L'avenir est à nos portes!

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :