Les feux de circulation électriques célèbrent leur centenaire

Feux de circulation

On y est tellement habitué qu’on ne les remarque plus. Les feux de circulation font partie du quotidien des automobilistes depuis de nombreuses décennies. En fait, le premier feu de circulation électrique fêtait ses cent ans mardi dernier. Il était installé au coin de la 105e avenue Est et de l’avenue Euclid, à Cleveland, en Ohio. Il n’y avait qu’une lumière rouge et une verte. Une alarme prévenait les automobilistes que la lumière était sur le point de changer!

Toutefois, ce n’était pas le premier de tous. L’idée d’un feu de circulation a surgi dans les années 1800 alors qu’un système de contrôle de la circulation de voitures tirées par des chevaux devenait nécessaire. En 1868, à Londres, un signal a été installé à l’intersection des rues George et Bridge, près du Parlement. Il s’agissait alors de fournir un moyen sécuritaire aux piétons afin de traverser la rue.

Le système installé – un sémaphore – était composé de deux bras mobiles. Quand les bras étaient de chaque côté, ça voulait dire qu’il fallait arrêter. Le soir venu, une lumière au gaz était allumée au sommet du poteau. La lentille verte signifiait « aller« , alors que le rouge, vous l’aurez deviné, signifiait « arrêter« .

Au début, les signaux étaient opérés par des officiers qui décidaient quand changer le signal selon le flot de circulation. Ils sifflaient lorsqu’ils étaient sur le point de changer le signal. Comme on pouvait s’y attendre, cette façon de faire est devenue rapidement non sécuritaire. En 1869, un policier qui opérait l’un de ces signaux a été brûlé sévèrement lorsque la ligne de gaz a fait exploser le signal lumineux. Nul besoin de dire que le sémaphore a été abandonné rapidement à Londres.

En Amérique, le sémaphore a duré plus longtemps avec cette circulation de véhicules moteurs et de chariots qui ne cessait d’augmenter. Et puisque la circulation était de plus en plus dense, il était difficile pour les officiers de juger de la densité de la circulation. Le système moderne de feu de circulation électrique a été inventé en 1912 par un policier du nom de Lester Wire. Deux ans plus tard, on installait le premier d’une longue série à Cleveland. Mais il n’avait encore que deux couleurs!

C’est à Détroit, au Michigan, que le premier feu de circulation à trois couleurs installé dans quatre directions fait son apparition au coin des avenues Michigan et Woodward. Un an plus tard, la ville compte 15 de ces feux de circulation « évolués« .

Aujourd’hui, les feux de circulation se ressemblent d’un pays à l’autre. Mais leur signification peut varier. Par exemple, partout aux États-Unis et au Canada, on peut tourner à droite sur un feu rouge, sauf à New York et sur l’île de Montréal. À Helsinki, en Finlande, les feux passent par le jaune pour annoncer le rouge et ils repassent aussi par le jaune pour annoncer le vert. Même chose pour l’Allemagne et la Suisse. Toutefois, partout dans le monde, le feu jaune vous invite à vous questionner rapidement: « Est-ce que je passe ou j’arrête? » Telle est la question!

Par Christian GagnonLeBlogAuto.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>