Les rappels de plus en plus fréquents

Pour partager :

Les rappels de plus en plus fréquents

Dans les dernières semaines, on peut dire que les rappels de véhicules ont occupé une large part de l'actualité automobile. Les derniers rappels de General Motors, Toyota, Ford et Mazda représentent des millions de véhicules à travers le monde. Ils affectent la sécurité à des niveaux plus ou moins importants, mais si le constructeur prend la peine de rappeler ces voitures, c'est que c'est sérieux. Ces rappels coûtent des dizaines de millions de dollars aux manufacturiers. C'est donc important d'en tenir compte.

Doit-on paniquer? Non, évidemment, mais il faut prendre l'avis de rappel au sérieux. Lorsque le rappel est publicisé dans les médias, c'est que Transports Canada a émis un avis concernant la sécurité du véhicule. Il est inutile à ce moment de se précipiter chez votre concessionnaire. Celui-ci n'aura probablement pas encore reçu les pièces afin de rectifier l'assemblage ou la conception de votre véhicule. Vous recevrez à la maison, dans les mois suivants, une lettre vous avisant du problème, des conséquences possibles et des moyens mis en place pour remédier à la situation. Normalement, même si vous n'avez pas acheté votre véhicule chez le concessionnaire, le fabricant pourra tout de même vous retrouver grâce à votre immatriculation.

Ce n'est pas tous les problèmes de votre automobile qui peuvent faire l'objet d'un rappel. Transports Canada doit faire respecter la «Loi sur la sécurité automobile». À cet effet, cette agence gouvernementale tient des enquêtes sur des défauts de fabrication présumés liés à la sécurité. Pour qu'un défaut puisse être considéré comme dangereux pour la sécurité, il doit provenir de l'étape de la conception, de la fabrication ou de l'assemblage ou nuire au fonctionnement sécuritaire d'un véhicule, d'un pneu ou d'un siège pour enfants. Ce défaut doit être présent sur un groupe de véhicules et non pas seulement être un cas isolé. Il ne doit avoir aucun lien avec l'usure normale, un manque d'entretien et une possible négligence du propriétaire.

Saviez-vous que vous pouviez signaler un défaut lié à la sécurité? En effet, sur le site web de Transports Canada, vous pouvez communiquer directement avec la Division des enquêtes sur les défauts et les rappels. Toutes les plaintes sont consignées et, si le même problème se répète souvent, Transports Canada peut ouvrir une enquête.

À l'achat d'un véhicule d'occasion, vous avez deux choix. Vous pouvez communiquer avec un concessionnaire avec votre NIV (numéro d'identification du véhicule) en main. Celui-ci pourra savoir si tous les rappels ont été corrigés. Votre deuxième choix consiste à visiter le site de Transports Canada en cliquant ici. Tous les rappels émis depuis 1970 y sont répertoriés. Il vous restera à vérifier si le propriétaire précédent a fait ses devoirs et visité le concessionnaire.

Afin d'optimiser la sécurité de votre véhicule, faites réparer le plus tôt possible votre véhicule rappelé.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la Banque de données des rappels de la Sécurité Routière.

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :