L’industrie pétrolière trop gourmande… encore une fois

Pour partager :

POMPE-A-ESSENCE

Il y a des sujets qui reviennent sans cesse dans l'actualité. Pour ce qui est des prix de l'essence, on a plutôt l'impression qu'il n'a jamais quitté l'actualité depuis plusieurs années. Si, comme moi, vous avez voyagé pendant les vacances de la construction, vous avez eu l'impression de vous faire avoir en passant à la pompe. Eh bien, ce n'était pas une impression!

Le CAA-Québec ne fait pas dans l'impression. Encore une fois, il a minutieusement analysé les prix de l'essence dans toutes les régions du Québec. Tout juste avant les vacances de la construction, le 18 juillet, à Montréal, le prix est passé de 143,9 à 147,9 cents/litre. La marge prélevée au détail a donc grimpé de cinq à huit cents le litre. Le prix n'aurait pas dû augmenter puisque la marge bénéficiaire était déjà élevée. Le prix a même redescendu le lendemain, mais la marge de profit est demeurée confortable pendant les deux semaines des vacances et le jeu du yoyo qu'on peut observer en temps normal n'a pas eu lieu.

À Québec et à Sherbrooke, c'est la même chose. La marge de profit y frôle les 10 cents le litre, soit 9,9 et 9,7 respectivement. C'est une marge exceptionnelle pour l'industrie et c'est vous qui en faites les frais.

En moyenne, depuis le début de l'année, les consommateurs ont fait amplement leur part pour faire prospérer l'industrie. La marge de profit prélevée sur chaque litre d'essence a considérablement augmenté dans la majorité des régions. Les marges sont, en moyenne, 18% plus élevée qu'en 2012. Le CAA-Québec juge cette situation comme étant inacceptable et demande à l'industrie d'agir de manière plus raisonnable.

Au Saguenay/Lac St-Jean, pour les six premiers mois de l'année, la marge de profit a augmenté de 42,2% par rapport à 2012. Une augmentation qui vous soutire probablement quelques mots de vocabulaire d'église! En Outaouais, c'est 38% de plus. En Montérégie et à Laval, vous avez dû débourser entre 22 et 23% pour cette augmentation de profitabilité. À Québec, c'est 20%, alors que dans la région métropolitaine de Montréal, c'est 28% de plus dans les poches des compagnies pétrolières.

Le pire dans cette situation, c'est que les prix du litre d'essence sont demeurés pratiquement les mêmes par rapport à 2012. Mais, vous auriez dû payer moins cher qu'en 2012. Les compagnies ont donc utilisé un bon stratagème afin de vous refiler leur augmentation des profits en douce.

En terminant, une petite expérience personnelle. Le prix du litre d'essence à Berthierville était au beau fixe depuis plusieurs semaines à 124,4 cents/litre. À la veille des semaines de la construction, le prix a grimpé à 139,9 pour redescendre, quelques heures plus tard, à 134,4! Il y est depuis ce temps. Une belle augmentation qui a été refilée sur mon budget de vacances qui, lui, n'a pas augmenté.

Bien qu'on ne puisse comparer les prix de ces deux régions en raison de différences de taxes et de marché, j'ai vu en Virginie le prix de l'essence à 3,25$ le gallon, soit 86 cents le litre! Est-ce que ça vous fait le même effet qu'à moi?

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :