Mazda3 Sport 2017 – la technologie au rendez-vous

La Mazda3 est une compacte très populaire chez nous. Il est indéniable que Mazda désire la garder attrayante pour le grand public. C’est pourquoi, même si elle n’est pas révisée en profondeur pour 2017, elle offre beaucoup de changements, particulièrement en matière de technologie. Même si j’avais essayé le millésime 2016 il y a à peine quelques mois, je me suis retrouvé de nouveau derrière le volant de la Mazda3 Sport GT 2017 il y a quelques jours.

Extérieurement, c’est le statuquo. La voiture affiche une allure sportive qui plait à la clientèle québécoise. La version Sport à hayon exhibe une ligne de toit très arquée qui nuit à l’accès aux places arrière. Parlant de ces places, elles ne sont pas très généreuses et il faudra voir ce que Mazda a prévu pour la prochaine génération puisque certaines de ses concurrentes offrent beaucoup plus d’espace. Les Honda Civic, Subaru Impreza et Volkswagen Jetta, entre autres, laissent mieux respirer les passagers arrière. À l’avant de la Mazda3 Sport 2017, l’accès n’est pas idéal, mais une fois en place, les sièges sont confortables et maintiennent bien leurs occupants.

Parlons brièvement du moteur 2,5 litres sous le capot. Il est plus puissant que le 2,0 litres offert de série. La boite automatique est très bien et les changements de vitesse sont doux et rapides. Par contre, pour l’avoir essayé l’été dernier, c’est la boite manuelle à six rapports qui permet de mieux exploiter la puissance du moteur. Néanmoins, si votre préférence va à l’automatique, ce n’est pas un mauvais choix.

La Mazda3 peut désormais recevoir le système i-ELOOP. Ce système assez simple s’apparente à ce qu’on retrouve dans les voitures hybrides. Un système de freinage à récupération d’énergie emmagasine de l’énergie servant à alimenter le circuit électrique de la voiture. Ainsi, la puissance du moteur sert uniquement à propulser la voiture et non à recharger votre téléphone cellulaire!

On peut ajouter aussi le contrôle dynamique du véhicule SKYACTIV avec contrôle vectoriel-G. Ce système est un peu difficile à expliquer et, bien sincèrement, il est difficile de sentir la différence entre une voiture qui en est équipée et une qui ne l’est pas. Il faut dire que la tenue de route de la Mazda3 était déjà excellente par le passé. Toutefois, ce système devrait améliorer la maniabilité et la stabilité et vous faire sentir que la voiture colle davantage à la route.

Le tableau de bord comporte quelques améliorations. Le volant peut maintenant être chauffé, équipement indispensable pour les petits doigts qui gèlent! L’écran de l’affichage tête haute du modèle GT, autrefois monochrome et légèrement pixélisé, affiche maintenant de la couleur. Il communique une foule de détails : vitesse, réglages du régulateur de vitesse, indication du GPS et vitesse limite permise sur la route. Celle-ci est d’ailleurs lue sur les panneaux routiers par un capteur. Elle est donc presque toujours exacte. Elle a quelquefois affiché « 60 » alors que j’étais sur l’autoroute. Vous savez, l’affiche « Maximum 100 Minimum 60 »! Ce système devrait aussi afficher les arrêts obligatoires, ce qu’il n’a jamais fait.

2017-mazda3-sport-int

L’écran de l’infodivertissement sort toujours du centre du tableau de bord. Il m’a semblé plus petit que le précédent, mais c’est peut-être une illusion d’optique, le contour n’étant plus chromé. Entre les sièges baquets, vous aurez peut-être remarqué que le levier du frein à main est disparu, remplacé par une commande électronique à la mode.

Divers systèmes visant la sécurité peuvent être ajoutés aux modèles GS et GT pour 2017. Celui que j’aime, le régulateur de vitesse intelligent, fait bien son travail au-dessus de 30 km/h. Il est donc impossible de le laisser en marche dans la circulation dense puisqu’il se désactive sous cette vitesse. On peut ajuster la distance avec le véhicule qui nous précède et il est aussi facile de désactiver son « intelligence », si jamais le fait de ralentir automatiquement nous déplait ou si les capteurs sont obstrués. Le système de suivi de voie est aussi excellent et, si vous dépassez la ligne sans avoir mis votre clignotant, le volant vibre.

Beaucoup d’autres fonctionnalités de la sorte ont été ajoutées à l’édition 2017. Le système peut détecter un risque de collision avant, aider au freinage en ville, surveiller les angles morts et vous alerter de la présence de trafic transversal lorsque vous reculez. Ces systèmes sont d’ailleurs presque tous entrés en fonction pendant ma semaine d’essai, preuve qu’ils ne sont pas efficaces que sur papier.

2017-mazda3-sport-arr

En bref, la Mazda3 Sport 2017, malgré un désign qui n’a pas changé, se garde à jour par l’ajout de dispositifs électroniques. Est-ce que ce sera assez pour combattre l’ennemi? Peut-être pour une couple d’années, mais il faudra penser à bonifier les places arrière en allongeant l’empattement ou en empiétant sur l’espace de chargement. Pour le plaisir au volant toutefois, elle offre toujours sa dose de « vroum-vroum » si chère au constructeur japonais. Et ça, plusieurs adversaires ne l’offrent pas!

FICHE TECHNIQUE DU MODÈLE À L’ESSAI
Mazda3 Sport GT 2017

Moteur : quatre cylindres SKYACTIV-G 2,5 litres, DACT, 16 soupapes
Puissance : 184 chevaux à 5 700 tours/minute
Couple : 185 livres-pied à 3 250 tours/minute
Transmission : automatique SKYACTIV-Drive à 6 rapports, mode manuel, palettes au volant
Suspension avant : indépendante avec jambes de force MacPherson, ressorts hélicoïdaux et barre stabilisatrice
Suspension arrière : indépendante multibras avec ressorts hélicoïdaux et barre stabilisatrice
Direction : à pignon et crémaillère avec servoassistance variable en fonction du régime moteur
Freins : à disques servoassistés aux quatre roues
Pneus : 215/45R18 toutes saisons
Roues : 18 pouces en alliage
Prix : 30 785 $ + taxes

CONDITIONS DE L’ESSAI

Date de l’essai : 23 au 30 janvier 2017
Météo : nuages, neige, verglas, peu de soleil, entre -10 et 2 °C.
Distance parcourue : 801,8 km (75 % autoroute)
Consommation affichée : 6,8 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 1 800 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 000 tours/minute

Par Christian Gagnon – leblogauto.ca