Mitsubishi Endeavor LTD 2007

Pour partager :

Le véhicule mis à l’essai pour cette édition est un Mitsubishi Endeavor LTD 2007 provenant de la flotte de presse du manufacturier. Les commentaires émis à son sujet pourront être appliqués aux autres Endeavor d’occasion annoncés dans nos pages, puisque ce VUS est inchangé, sinon que pour des détails d’aménagement, depuis son lancement en 2004. Le prix de vente de ce véhicule est de 42 998$.

Conception

Tout d’abord, malgré son look costaud, il faut savoir que le Endeavor est construit sur un châssis monocoque qu’il partage avec la berline Galant, ce qui en fait un VUS multi-segments plutôt qu’un 4x4 pur jus. Ce type de construction offre les avantages suivants : masse raisonnable (1 890 kg), suspensions souples, comportement routier intéressant et volume intérieur important. De plus, une monocoque bien conçue est plus silencieuse et moins sujette à la flexion et aux vibrations qu’un camion traditionnel avec châssis séparé. Le Endeavor offre toutes ces qualités, et quelques minutes à bord suffisent pour en apprécier les avantages. Ce VUS est solide, exempt de bruits parasites, et l’espace intérieur est impressionnant.

Équipement

Une fois au volant, on est assis devant un tableau de bord peu conventionnel de par sa forme avancé, et dont la qualité des matériaux va du très bien (le plastique moussé de la partie supérieure) au pas terrible (le plastique dur du coffre à gants et de la console centrale). Le coup d’oeil est agréable et moderne. L’équipement de notre modèle d’essai est généreux, avec la climatisation régulée, le système de navigation, les sièges chauffants en cuir, et un chaîne sonore dont la sonorité fait honneur à la réputation de la marque Rockford Acoustic Design. Le volant aussi est intéressant, avec des commandes audio à l’arrière, ainsi qu’un petit levier indépendant pour le régulateur de vitesse. Le sélecteur de vitesse est aussi intelligemment conçu : pour passer à la sélection manuelle des rapports, il suffit de déplacer le levier vers la droite, pour ensuite le tirer ou le pousser pour sélectionner un autre rapport. C’est intuitif, simple et le mouvement est naturel. Pas besoin de commandes au volant à la F1 qui ne font que surcharger la colonne de direction pour rien. Les sièges sont larges et fermes, et recouvert d’un cuir noir de belle qualité. Par contre, le support latéral est absent, mais comme ce camion n’a pas de prétentions sportives, c’est un moindre mal. À l’arrière, l’espace dévolu aux passagers est généreux, avec un bon dégagement aux jambes et une garde au toit très importante. Pour un VUS de taille moyenne, le volume intérieur est très intéressant. Il y a même une commande de ventilation pour les passagers arrière.

Espace de chargement

Si la soute à bagages est large et profonde, sa hauteur est relativement faible, vu que la roue de secours pleine grandeur est située sous le plancher. L’espace entre les tourelles de suspension permet d’y placer le sempiternel panneau de contre-plaqué de 48 pouces. Il y a aussi une prise 12V (120 watts) pour fournir de l’énergie à de petits appareils électriques. Le hayon est doté d’une double ouverture puisque la fenêtre peut s’ouvrir séparément. Par contre, son utilité est limitée au transport de longs objets, parce que peu de gens sont assez grands pour déposer quelque chose par cette ouverture sans se salir sur le hayon ou le pare-chocs. L’essai du Endeavor a été réalisé au printemps 2007, par des conditions météo particulièrement salissantes.

Performances

Sur la route, le Endeavor offre des performances intéressantes. Le moteur V6 de 3,8 litres de 225 cv et 255 lb-pi est vif et nerveux, et sa sonorité est agréable. Le 0-100 km/h se fait en près de 8 secondes, et les reprises sont énergiques. On doit cette nervosité à la masse raisonnable du Endeavor, ainsi qu’à une boîte automatique à quatre rapports bien adaptée à la courbe de couple du moteur et qui répond rapidement aux demandes du conducteur. Le carburant préconisé est le super, mais il est possible de faire fonctionner le moteur avec du carburant régulier, au prix d’une performance réduite.

Rouage intégral

Le système à quatre roues motrices de Mitsubishi déroge à la mode actuelle, moins performante, des systèmes « sur demande ». Ici, les quatre roues sont entraînées en permanence par un différentiel central dont le glissement est contrôlé par un visco-coupleur. Le blocage des différentiels avant et arrière se fait par l’application du frein sur la roue qui patine, il n’y a pas de dispositifs mécaniques. Toutefois, c’est simple et efficace, et cela convient parfaitement à l’usage d’un VUS de ce genre. Le seul inconvénient, c’est en face d’une bière, lorsque les copains vous demanderont « Et toi Michel, comment ils se bloquent tes différentiels ? » Puisque le Endeavor est un VUS à quatre roues motrices, on est en droit de se poser des questions sur ses capacités hors route. La réponse tient en peu de mots : oubliez cela. Malgré la présence d’un rouage intégral performant, le Endeavor n’est pas destiné à quitter les chemins tracés; c’est un tout-chemin, pas un tout-terrain. Il n’y a pas de plaques de protection, les pneus ne sont pas adaptés à la conduite hors-route, l’échappement est bas, la suspension arrière est vulnérable et il n’y a pas de boîtier de transfert à démultiplication. Aussi, en ce qui concerne la conduite hivernale, il est impératif d’installer de bons pneus d’hiver, parce que le Endeavor a une tendance marquée à faire chasser l’arrière lors des accélérations sur les surfaces glissantes. Peut-être est-ce là un héritage des nombreuses années que Mitsubishi a passées en rallye ?

Confort

Le comportement routier général est agréable et confortable, sans être sportif. Puisque le camion est haut perché, que les suspensions sont souples et que les roues sont chaussées de pneus 235/65R17 toutes saisons, la prise de virages serrés provoque beaucoup de roulis. Par contre, dans les conditions difficiles (comme les routes du Québec au printemps !) cette souplesse est bienvenue car le Endeavor absorbe très bien les bosses et les tranchées tout en conservant une attitude de contrôle. C’est là l’un des avantages d’avoir une suspension à quatre roues indépendantes avec de faibles masses non-suspendues (seulement les roues, les demiessieux et les éléments de suspension). Les pneus y sont aussi pour quelques choses, car ceux-ci, des Goodyear Integrity, sont extrêmement souples et silencieux en toutes circonstances : ils n’ont jamais émis le moindre son, en courbe ou au freinage, ce qui est surprenant pour des pneus de ce genre.

Freinage

Au sujet du freinage, on note que l’attaque de la pédale n’est pas très franche, et que l’assistance de freinage semble un peu faible. Par contre, cela ne change en rien l’efficacité totale du système puisque le Endeavor est capable de s’arrêter vite et droit, même après plusieurs décélérations à haute vitesse. Le Endeavor est équipé de freins à disques ventilés de 290 mm à l’avant, et de disques pleins de 302 mm à l’arrière.

Consommation

La consommation de carburant est raisonnable pour ce genre de VUS : selon Transports Canada, ses cotes sont de 14,0 L/100km en ville, et de 10,1 L/100km sur la route. Durant l’essai, le Endeavor a consommé en moyenne 16,5 L/100km en usage majoritairement urbain et on peut espérer atteindre 12,0 L/100km à 100 km/h.

Conclusion

Au final, le Endeavor atteint la cible avec brio : c’est un VUS logeable et bien conçu, avec un comportement routier proche de celui d’une berline, un équipement complet, et des performances intéressantes. On peut seulement lui reprocher une diffusion limitée, mais cela garantit que le conducteur d’un Endeavor ne cherchera jamais son camion dans un stationnement encombré !

Trouver un Mitsubishi Endeavor à vendre sur autoExpert.ca

Le Blog Auto

Pour partager :