Mitsubishi RVR 2017 – inégal

Pour partager :

En fait, le modèle essayé était un 2016 et Mitsubishi n’avait pas de 2017 à me prêter… au mois de février 2017! Comme il n’y a pas de changements notables entre les deux millésimes, j’ai essayé le 2016, un modèle Limited AWC (All-Wheel-Control).

C’est la troisième fois que je prends le volant du RVR. La première fois, en 2011, Mitsubishi m’avait prêté un modèle de base avec moteur 2,0 litres et boite manuelle à cinq rapports. Déception! Puis arriva 2012 et le deuxième essai, cette fois-ci avec le modèle haut de gamme « full equipped » comme on dit. Changement d’avis, le RVR peut être intéressant à condition d’être bien équipé. Cette fois-ci, modèle Limited, moteur 2,4 litres, CVT, un autre changement d’avis que vous lirez plus loin.

2017-mitsubishi-rvr-int

On se demande tous où s’en va Mitsubishi. La i-MIEV électrique est presque un fantôme sur nos routes, la Mirage n’est pas à la hauteur de la concurrence, la Lancer n’a pratiquement pas évoluée depuis 2007. L’Outlander reçoit pratiquement une nouvelle calandre chaque année, mais sous son capot, Mitsubishi offre encore dans certaines versions un V6 buvant de l’essence super alors que toute la concurrence s’est convertie aux quatre cylindres turbo. Finalement, le RVR n’a pas non plus beaucoup évolué depuis 2008. Et la direction de Mitsubishi nous a annoncé vouloir retirer la Lancer pour se concentrer sur les VUS hybrides et rechargeables. Mais où sont-ils? On voit des prototypes, mais ils n’atteignent jamais les salles de montre! J’espère sincèrement que l’arrivée récente de Mitsubishi au sein de l’Alliance Renault-Nissan va faire changer les choses avant qu’il ne soit trop tard.

Pour en revenir à mon Mitsubishi RVR Limited, on peut souligner que la calandre avait été redessinée en 2016. Sa silhouette n’est pas vilaine et son format est en plein sur la cible du marché actuel. L’habitacle offre de l’espace pour les passagers et un bon espace de chargement qu’on peut agrandir en abaissant la banquette. Le plancher est ainsi parfaitement plat et le seuil de chargement n’est pas trop haut.

2017-mitsubishi-rvr-arr

Les sièges avant sont bien, mais le support latéral pourrait être meilleur. Le tableau de bord n’a pas changé depuis 2008, alors il ne faut pas s’attendre à un désign moderne. Le système d’infodivertissement, lui, a évolué, mais il y a encore du chemin à faire. Je n’ai jamais pu relier mon téléphone cellulaire au dispositif Bluetooth pendant la semaine, une opération qui prend 30 secondes normalement. Impossible de recevoir la radio satellite. Je vous rappelle que je conduis un modèle « Limited »! Pour les CD, ça fonctionnait très bien et la sonorité était excellente. Pour les iPod, il ne faut pas être pressé puisque, en 15 minutes, le système n’avait pas encore entièrement indexé mes chansons. Et si vous êtes de ceux qui mettent leur musique sur une clé USB (j’en suis), eh bien, gardez-la dans votre poche, car le système n’a pu faire jouer qu’une seule chanson… sur 4 200!

Sous le capot, Mitsubishi a écouté mon conseil lancé en 2012 et a installé le moteur de 2,4 litres sur les modèles Limited et GT. Le surplus de puissance est intéressant (168 chevaux versus 148 pour le 2,0), mais la transmission CVT gâche tout. Elle fait trop révolutionner le moteur et son fonctionnement devient déplaisant. Une transmission automatique conventionnelle aurait mieux fait les choses. C’est dommage, car Mitsubishi emploie probablement la CVT pour faire diminuer la consommation d’essence, mais elle demeure élevée, probablement un peu au-dessus de 10 L/100 km. Difficile à dire d’ailleurs puisque l’ordinateur de bord réinitialise les données après quatre heures d’inactivité. C’est dommage pour le RVR parce que, après qu’on a atteint notre vitesse de croisière, qu’on a réussi à faire jouer une bonne chanson et qu’on est bien détendu, l’expérience sur la grand-route est somme toute très intéressante.

Les VUS compacts sont aujourd’hui la catégorie avec la plus forte croissance. Honda HR-V, Chevrolet Trax, Buick Encore, Jeep Renegade, Subaru Crosstrek, Mazda CX-3 en plus des Ford EcoSport et Nissan Qashqai qui s’en viennent. Où est la place du Mitsubishi RVR s’il ne se renouvèle pas bientôt? Il est vraiment dans la fosse aux lions et n’a aucun moyen de se défendre.

Allez, Mitsubishi, bougez! Étonnez-nous!

FICHE TECHNIQUE DU MODÈLE À L’ESSAI
Mitsubishi RVR Limited AWC 2016

Moteur : quatre cylindres 2,4 litres
Puissance : 168 chevaux
Couple : 167 livres-pied
Transmission : Sportronic à variation continue (CVT) avec palettes au volant
Suspension avant : à jambes de force MacPherson
Suspension arrière : à bras multiples
Direction : assistée électrique à crémaillère
Freins : disques ventilés à l’avant, disques pleins à l’arrière
Pneus : toutes saisons p225/55R18
Roues : en alliage 18 pouces
Prix : 28 017,25 $ + taxes (modèle 2017)

CONDITIONS DE L’ESSAI

Date de l’essai : 30 janvier au 3 février 2017
Météo : que du soleil, entre -21 et 4 °C.
Distance parcourue : 356,2 km (56 % autoroute)
Consommation affichée : environ 10 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 2 000 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 300 tours/minute

Par Christian Gagnon – leblogauto.ca

Pour partager :