Nissan Maxima 2016 – pas facile d’être haut de gamme

Pour partager :

Nissan Maxima 2016 - Vue en angle

La vie n'est pas facile pour les berlines haut de gamme, notamment la Toyota Avalon et la Nissan Maxima. Depuis le lancement des marques de luxe Lexus et Infiniti au début des années 90, ces deux grandes berlines ont de la difficulté à se trouver une clientèle. Prenons par exemple ma voiture d'essai, la nouvelle Nissan Maxima 2016. La version SR est quelques milliers de dollars de plus qu'une Infiniti Q50 de base. Bien que la Maxima soit très compétente, l'acheteur y pensera deux fois avant d'acheter une Nissan plutôt qu'une Infiniti.

C'est une des raisons pourquoi la dernière génération de Maxima a connu des ventes plutôt faible par rapport à ce qu'elle pouvait accomplir. En plus, sa silhouette était anonyme. De ce côté, la mouture 2016 est beaucoup plus dynamique. Tous les angles pointent vers la route : les phares, la calandre, le capot bombé. Nissan a aussi lancé cette année ce qu'elle appelle « le toit flottant ». Bien sûr, il n'est pas vraiment flottant, mais l'illusion est bonne avec certaines couleurs contrastantes. Il s'agit d'une petite bande noire à la base du pilier C. La partie arrière est plus sage et seul le bout des feux arrière en forme de boomerang témoigne d'un certain dynamisme. On peut quand même souligner les ajouts chromés, les lumières DEL et l'échappement double qui ajoute à la beauté de la voiture.

2016 NISSAN MAXIMA CADRANS

C'est donc le côté sportif qui est sensé différencier la Maxima de la concurrence. Il faut dire que le V6 de 3,5 litres installé sous le capot livre la marchandise. Le VQ35DE est l'un des moteurs qui se retrouvent souvent sur la liste des 10 meilleurs moteurs du magazine américain Ward's. Son fonctionnement est doux et économe, mais il peut se révéler agressif en appuyant à fond sur l'accélérateur. Les 300 chevaux réagissent bien même si vous n'avez pas enclenché le mode Sport. Avec ses 261 livres-pied de couple, vous êtes calé dans votre siège. Le problème, c'est que la puissance est tellement impressionnante que l'effet de couple est important. Il faut tenir le volant à deux mains pour que la voiture ne se mette pas à zigzaguer. La transmission est une CVT assortie d'un mode manuel avec rapports préprogrammés. Au volant, on ne devine jamais qu'il s'agit d'une transmission à rapports continuellement variables et le mode manuel, s'il vous intéresse, est efficace.

2016 NISSAN MAXIMA DASH

La suspension du modèle SR est dotée de plusieurs éléments exclusifs visant la conduite sportive. Elle profite d'un contrôle dynamique intégré, c'est à dire que ses ajustements favorisent une conduite plus agressive. Attention toutefois puisque, si c'est une voiture douillette que vous désirez, il faudra regarder ailleurs. Bien que le confort soit appréciable, la voiture préfère les routes récemment asphaltées plutôt que les routes dégradées de la campagne. La démultiplication de la direction m'est aussi apparu bizarre alors qu'elle était quelquefois trop légère en certaines circonstances. Le freinage est assuré par des disques ventilés autant à l'avant qu'à l'arrière.

L'habitacle de la Nissan Maxima est évidemment très luxueux. Les sièges sont recouverts de cuir de bonne qualité et les matériaux du tableau de bord sont mous. Le design est très moderne comme en fait foi la présence d'un écran central de 8 pouces. Le volant n'est pas tout à fait rond, étant aplati dans le bas. Les commandes sont à portée de la main. Il y a une molette sur la console centrale permettant de contrôler les fonctions affichées à l'écran. J'avoue qu'il est plus simple de tout simplement appuyer sur l'écran. La vitre de l'écran ne laisse, par ailleurs, aucune marque de doigts. Bravo!

2016 NISSAN MAXIMA CONSOLE

Le système de navigation intégré a une base de données relativement récente, mais il m'a été impossible d'y programmer une adresse par commandes vocales. Au mieux, si elle est incluse dans le carnet d'adresses, ça fonctionne, mais pour une nouvelle adresse, il faut la programmer à l'écran, voiture arrêtée.

C'est une belle voiture que cette Nissan Maxima 2016. Contrairement au modèle précédent, elle se démarque par sa silhouette différente et sportive. La qualité du groupe motopropulseur tout comme de la qualité des matériaux et de l'assemblage est à mettre dans la colonne des « plus ». Par contre, son prix approchant celui des vraies marques de luxe risque de vous faire regarder ailleurs. Ce sera là le plus gros défi de la berline haut de gamme de Nissan.

2016 NISSAN MAXIMA ARR

FICHE TECHNIQUE DU MODÈLE À L’ESSAI

Nissan Maxima SR 2016

Moteur : V6 3,5 litres à double arbres à cames en tête

Puissance : 300 chevaux à 6 400 tours/minute

Couple : 261 livres-pied à 4 400 tours/minute

Transmission : automatique Xtronic CVT à variation continue, sélecteur de mode de conduite et palettes au volant

Suspension avant : à jambes de force MacPherson

Suspension arrière : indépendante multibras

Direction : à assistance électro-hydraulique

Freins : à disques ventilés aux quatre roues avec antiblocage ABS

Pneus : toutes-saisons P245/40R19

Roues : en alliage d'aluminium à taille diamant au fini usiné de 19 x 8 pouces

Prix : 43 035 $ + taxes

CONDITIONS DE L’ESSAI

Date de l’essai : 19 au 26 octobre 2015

Météo : moitié soleil, moitié pluie, entre – 5 et 9 °C.

Distance parcourue : 450,7 km (44 % autoroute)
Consommation : 8,6 L/100 km (super sans plomb)

Régime moteur à 100 km/h : 1 600 tours/minute

Régime moteur à 115 km/h : 1 900 tours/minute

Pour partager :