Panhard 24 CT 1964-67

Pour partager :

La voiture mystère de la dernière édition était une Panhard 24 CT, une petite voiture française des années 1960. Motorisée par un minuscule bicylindre à plat de 850 cc, la Panhard 24 était en quelque sorte une cousine éloignée mais élégante de la populaire et besogneuse Citroën 2CV. Son nom, 24, ne signifiait rien de précis au sujet de la voiture sinon que la petite marque française a participé souvent à la célèbre course des 24 heures du Mans. La Panhard 24 est une traction de seulement 875 kg.

Du capot plongeant souligné de doubles phares sous carénage aux feux rouges enveloppants, de la ceinture de caisse très marquée aux fins montants de pavillon, les lignes sont à la fois fluides et tendues, révélant une étude poussée tant sur l'aérodynamique que sur la sécurité passive. En effet, les piliers de toit inclinés garantissent une résistance élevée à l’écrasement.

Si le petit moteur de 0,85 litres semble bien faiblard sur papier, son rendement est exemplaire : 50 cv en version normale, et 60 cv en version « Tigre », ce qui permettait à la voiture d’approcher les 150 km/h avec une boite à seulement quatre rapports.

Il faut dire que sa technique est évoluée : vilebrequin monté sur roulement à rouleaux, rappel des soupapes par barres de torsion, cylindres borgnes (la culasse de se sépare pas des cylindres), etc. Cette mécanique était faire pour performer, d’ailleurs son surnom était « le moteur aux 10 000 victoires », du fait de ses nombreuses victoires en compétition.

L’intérieur de la voiture est aussi bien pensé pour l’époque avec des conduits d’air chaud jusque sous la lunette arrière et des buses de ventilation à l’avant, un principe qui n’était pas encore en vogue.

De plus, l’éclairage intérieur faisait appel à quatre lampes, on retrouvait un avertisseur de portière mal fermée et il y avait même un thermomètre d’intérieur. En plus de la banquette arrière rabattable, les sièges avant coulissaient sur des roulements à billes, se couchaient à plat complètement et étaient réglables en hauteur en avant comme en arrière; et tout cela, en 1964.

Sur la route, les premiers comptes-rendus parlent avec plaisir des qualités traditionnelles des Panhard, brio mécanique, économie de carburant et tenue de route affirmée, mais aussi des défauts habituels ; manque de souplesse du moteur à bas régime, direction dure en manoeuvres, bruit très présent. Aussi, certains soulignent le raffinement de l'habitacle et sa luminosité, mais critiquent l'efficacité des freins et l’imprécision de la commande des vitesses à levier contre coudé.

En quatre années de production, il aura été produit un peu moins de 30 000 exemplaires de cette ultime lignée d'une marque doyenne, tournant définitivement une page glorieuse de l'histoire de l'automobile en France.

Le Blog Auto

Pour partager :

4 thoughts on “Panhard 24 CT 1964-67

  • 8 septembre 2009 à 9 h 13 min
    Permalink

    la 24 CT ,j’en suis tombé amoureux dès sa sortie ,j’ai acheté un modèle 1964 démonstration client,la série Etoile avec les tambours en alliage ,puis suite au vol de ma voiture ,j’ai acquis le modèle 1965 avec les freins à disques ,je l’ai équipé d’un moteur 1000 cm3 préparé par les frères Hampe à Bondy ,double allumage,deux carbus,double carter d’huile,bref,des performances transfigurées ..
    suite à un accident de la route ( un maladroit n’ayant pas respecté un Stop ) j’ai acheté la série 1967 à un monsieur très soigneux qui venait d’acheter une Renault 16 ,son épouse étant devenue handicapée ,et ne pouvant plus s’installer dans la Panhard ( la Panhard dormait dans le garage sous des couvertures ,et la R 16 restait dehors !….
    j’ai conservé cette voiture jusqu’en 1973, un garagiste amoureux des 24 m’en ayant offert un prix presque exhorbitant ( il faut dire que la voiture était nickel,et moteur refait ( suite à la rupture d’un segment racleur )

    j’ai conservé le souvenir d’une des plus belles voitures Françaises,sobre,d’un équipement et confort hors normes en comparaison des standards de l’époque ,d’une tenue de route efficace ,et la ligne !….quelle ligne ,indémodable !….

    d’une fragilité certaine également ,demandant un entretien scrupuleux ,et requérant de bonnes connaissances mécaniques ,mais la passion l’emporte sur les défauts !

    avec un moteur fiabilisé ,et des améliorations mécaniques remises aux goûts du jour,cette merveilleuse auto ferait un tabac !

  • 8 septembre 2009 à 13 h 35 min
    Permalink

    juste pour voir, une Panhard 24 à cette époque, c’etait bas de gamme, ou milieu de gamme ? Pour qu’on puisse bien se faire une idée, si on transposait cela en 2009, un 24 serait concurrente d’une BMW 128i coupé, ou plutôt MINI Cooper ?

  • 14 novembre 2009 à 17 h 01 min
    Permalink

    une Panhard 24 à l’époque valait approximativement le prix d’un haut de gamme ( la DS 19 Citroen) et était vendue en catégorie Grand Tourisme ..

    difficile à établir une comparaison avec les modèles actuels .

  • 11 octobre 2011 à 8 h 59 min
    Permalink

    Pour avoir possedé une 24bt ,j’en garde d’exellents souvenirs :performances , sobrieté , mais aussi des incongruités mecaniques tels le moteur suspendu par les echappements , et le cruel manque de couple , avec le recul Panhard & Citroen ,alors associés auraient pu et du fiabiliser cette splendide voiture :Abandon des pignons de distribution celoron* et du ridicule roulement de vilbrequin à rouleaux ,allumage electronique ,et, revons un peu altenateur ,allumage et injection electronique.
    *le celoronest en fait du bois impregné , imaginez dans l’huile moteur ça ne durait pas longtemps.

Les commentaires sont fermés.