Perdre son permis pour avoir texté au volant

Messages textes au volant

Actuellement, en plus de l’amende imposée, parler avec son cellulaire à l’oreille ou texter au volant entraîne l’inscription de trois points d’inaptitude. Avec le nouveau règlement, qui pourrait entrer en vigueur au printemps 2015, vous aurez quatre points d’inaptitude. Ça semble être une petite augmentation, mais, dans les faits, pour ceux qui ont un permis d’apprenti ou un permis probatoire, ça signifie la perte de celui-ci.

Pourquoi ne pas augmenter l’amende? Comme le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, l’a souligné à Paul Arcand, mercredi matin au 98,5 FM, augmenter le nombre de points d’inaptitude inscrits peut se faire par règlement. Par contre, pour faire augmenter l’amende, il faut modifier le Code de la Sécurité routière, une démarche beaucoup plus longue qui prend entre un an et un an et demi. L’urgence de la situation impose cette première étape. Le ministre croit qu’un jeune conducteur qui perdra son permis à cause de cette infraction deviendra le meilleur ambassadeur pour ses copains et les convaincra de laisser leur cellulaire de côté lorsqu’ils sont au volant.

Peut-être, comme moi, croyez-vous que c’est bien beau augmenter les amendes, mais, si on n’attrape pas les contrevenants, ça ne sert à rien. En fait, depuis 2008, les déclarations de culpabilité liées au fait de tenir un appareil avec fonction téléphonique en main sont passées de 11 485 à 63 945 en 2012, une augmentation de presque 600% en seulement 5 ans.

Bien que les textos au volant soient l’infraction «à la mode», il convient de souligner qu’il y a beaucoup d’autres distractions possibles au volant et la cigarette est la plus répandue d’entre elles, loin devant le combiné tenu en main. On peut aussi mentionner la nourriture et les boissons. Combien de fois avons-nous vu une dame se maquiller au volant ou un homme se raser? Ma conjointe a déjà vu un homme lire le journal qu’il avait bien placé sur son volant!

Si vous pensez qu’utiliser le dispositif Bluetooth est plus sécuritaire, vous avez partiellement raison. Bien que celui-ci soit légal, ce n’est pas la manipulation du combiné qui soit la plus grande source de distraction, mais plutôt que votre activité mentale doit se concentrer sur la conversation et continuer d’être attentive à la conduite. Comme l’activité mentale n’augmente pas avec le nombre d’activités physiques, celle-ci doit être séparée entre les deux actions, d’où une perte d’attention sur la route.

Si on poursuit la logique, jaser avec un autre passager ou tenter de calmer les enfants turbulents assis à l’arrière est aussi une source de distraction. Se concentrer uniquement sur la conduite est donc le seul moyen possible d’éviter les accidents.

À titre de comparaison, pour avoir texté au volant, l’état du Vermont inscrit deux points d’inaptitude à la première infraction en plus d’une amende de 156$ et d’une suspension de permis de 30 jours pour les moins de 18 ans. À la deuxième infraction, l’amende passe à 329$ avec l’inscription de cinq points et suspension de 30 jours pour les moins de 18 ans. Parler avec cellulaire à l’oreille est interdit depuis le 1er octobre 2014. Le Vermont rejoint ainsi les états voisins du New Hampshire et de New York, de même que le Québec.

Par Christian GagnonLeBlogAuto.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>