Publicité automobile – c’est toujours à recommencer

Pour partager :

Acheter une automobile

Les manufacturiers et concessionnaires automobiles ont beaucoup de difficulté à respecter ce qui est inscrit dans la loi concernant les publicités automobiles. Si vous avez écouté l'émission La Facture de mardi dernier, il y en a eu un petit aperçu. C'est ce reportage qui m'a donné le sujet du jour, sujet toujours d'actualité pour un achat aussi important et délicat que celui d'une automobile.

Au Québec, le gouvernement a établi ce qui doit être inclus dans le prix annoncé dans les publicités, autant écrites que parlées, télévisées ou sur internet. Je fréquente beaucoup les sites web des constructeurs et il est surprenant de voir comment les constructeurs s'en sortent. Tout doit être inclus dans le prix, sauf la TPS, la TVQ et le droit spécifique pour les pneus neufs. Tout le reste (frais de transport, préparation, livraison, taxe du climatiseur et autres frais) doit être inclus dans le prix. Ce qui dérange les constructeurs, c'est que ce n'est qu'au Québec et qu'eux, sur leurs sites web, veulent afficher le plus bas prix possible.

Prenons un exemple concret. La Nissan Micra a été annoncée comme étant l'automobile la moins chère au Canada à 9998$. Un prix sous les 10 000$ en 2014, c'est attirant. Toutefois, au Québec, ce prix ne peut être utilisé puisque, pour être conforme à la loi, il faut que Nissan affiche 11 398 $. Toujours un bon prix, mais moins attirant dans une pub! D'ailleurs, à leur arrivée sur le site web, Nissan prévient les visiteurs que les prix annoncés ne s'appliquent pas au Québec.

C'est la même chose pour les ventes en plusieurs versements ou la location à long terme. Le constructeur ou le détaillant doit indiquer le prix total du bien, le versement comptant exigé ou une mention qu'il n'en exige pas, le total des frais de crédit, le nombre de paiements et la durée des périodes (par exemple, paiement aux deux semaines ou au mois), le montant de chaque paiement et l'obligation totale du consommateur. J'oserais ajouter que, si un détaillant inscrit tous ces détails dans un paragraphe écrit très très petit en bas de page, il cherche probablement à vous cacher quelque chose.

Il faut aussi porter attention à quelques pratiques qui sont interdites. Un commerçant ne peut pas annoncer un rabais sans mentionner que des conditions s'appliquent, par exemple, posséder un véhicule de même marque ou acheter un accessoire en particulier. Le commerçant ne peut pas annoncer un financement sans intérêt s'il offre un rabais à ceux qui paient comptant. Ce rabais représenterait des frais de crédit pour ceux qui ne paient pas comptant. Finalement, le véhicule doit être conforme au message publicitaire fait à son sujet. Si on indique les paiements du modèle de base, la photo qui l'accompagne devrait être celle du modèle de base, à moins qu'un avertissement soit inscrit, par exemple "modèle SX représenté".

Finalement, vous dépenserez plusieurs dizaines de milliers de dollars pour acquérir un véhicule. Poser des questions, c'est le meilleur moyen d'avoir des réponses.

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :