Quelques statistiques intéressantes sur la vente de véhicules neufs au Canada

Pour partager :

En 2006, les ventes de véhicules automobiles neufs au Canada ont atteint leur deuxième niveau annuel plus élevé jamais enregistré. En raison de la vigueur de l’emploi et de l’essor économique dans l’Ouest, notamment, les ventes de véhicules automobiles neufs ont augmenté de 2,2 % en 2006, pour atteindre 1 666 327 unités. Les consommateurs ont acheté un nombre record de 803 166 camions en 2006, une hausse de 2,3 % par rapport à l’année précédente.

L’augmentation des ventes de voitures particulières a été la conséquence d’une hausse substantielle de 7,2 % des ventes de voitures fabriquées outre-mer. Les ventes de voitures de construction nord-américaine ont reculé de 0,3 % en 2006; il s’agit de la troisième baisse en quatre ans.

Les ventes de voitures particulières ont représenté un peu plus de la moitié (51,8 %) des ventes de véhicules neufs en 2006, soit la même proportion que l’année précédente. Il y a 15 ans, elles constituaient environ les deux tiers du marché.

Voitures particulières : les modèles fabriqués outre-mer gagnent du terrain

L’an dernier, les concessionnaires automobiles ont vendu 290 059 voitures particulières fabriquées outre-mer, soit environ le tiers (33,6 %) du marché des véhicules automobiles neufs au Canada. Depuis 1996, la part de marché des voitures particulières fabriquées outre-mer a augmenté d’un peu plus de 20 points de pourcentage. Cette hausse des véhicules fabriqués outre-mer représente par une perte pour les voitures particulières de construction nord-américaine.

En ce qui concerne les voitures particulières de construction nord-américaine, ce sont les « trois Grands » qui ont perdu du terrain. Les transplants de l’automobile (des usines de propriété étrangères installées au Canada) ont réalisé des gains presque chaque année au cours des 15 dernières années. En construisant des véhicules en Amérique du Nord, les constructeurs étrangers ont pu réduire les coûts de transport et profiter de l’Accord de libre échange.

Parmi les 863 161 voitures particulières vendues au Canada en 2006, 573 102 ont été construites en Amérique du Nord. De ce nombre, 52,7 % ont été fabriquées par les trois Grands, ce qui représente une baisse par rapport à la proportion de 71,5 % enregistrée en 1996. Parallèlement, la part des transplants de l’automobile a augmenté, passant de 28,5 % à 47,3 % au cours de cette décennie. En d’autres termes, l’an dernier, presque la moitié des voitures particulières de construction nord-américaine vendues au Canada ont été fabriquées par des transplants d’outre-mer.

Entre 1992 et 1996, la proportion de voitures particulières fabriquées outre-mer et vendues au Canada a diminué rapidement à cause des gains réalisés par les transplants de l’automobile. Au cours de cette période, de nombreux constructeurs étrangers ont élargi leurs activités en Amérique du Nord ou construit de nouvelles usines.

Autrement dit, les types de véhicules achetés par les consommateurs qui étaient auparavant fabriqués outre-mer sont maintenant fabriqués en Amérique du Nord. Cela a entraîné un transfert de la part de marché entre les constructeurs d’outre-mer et les constructeurs nord-américains.

Une grande partie des camions encore construits en Amérique du Nord

Les ventes de camions ont représenté un peu moins de la moitié du marché des véhicules automobiles neufs (48,2 %) au Canada en 2006, soit la même proportion qu’en 2005. La part de marché des camions a augmenté pendant quatre années consécutives depuis 2001, moment où la part de marché s’établissait à 45,6 %.

La part de marché des camions a augmenté malgré la hausse des prix du carburant. Cela pourrait s’expliquer entre autre par une plus grande demande de véhicules utilisés à des fins commerciales, ainsi que par une conjoncture économique favorable, particulièrement dans l’Ouest du Canada, où les ventes de camions ont été élevées.

Le marché des camions au Canada continue d’être dominé dans une large mesure par les constructeurs nord-américains. Toutefois, les transplants de l’automobile ont augmenté leur part de marché ces dernières années. En 2006, les transplants détenaient 11,7 % du marché des camions, soit presque cinq fois la part de marché de 2,4 % qu’ils détenaient en 1996.

Prix moyen par véhicule en hausse pour une cinquième année consécutive

Le prix de vente moyen des véhicules automobiles neufs a augmenté pour la cinquième année consécutive en 2006. En moyenne, les consommateurs ont payé un peu plus de 32 700 $ pour un véhicule neuf, soit 500 $ de plus que l’année précédente.

Dans le cas des voitures particulières, le prix de vente moyen a progressé de 1,8 %, soit environ 445 $, pour s’établir à 25 550 $. Les conducteurs de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et de l’Alberta ont payé le prix le plus élevé en moyenne, soit un peu moins de 27 000 $.Les conducteurs de l’Île-du-Prince-Édouard ont payé le prix moyen le plus faible, soit un peu plus de 22 000 $.

Dans le cas des camions, le prix de vente moyen a augmenté de 1,6 %, pour s’établir à environ 40 500 $. Il s’agit d'une cinquième hausse consécutive. Les consommateurs de la Colombie-Britannique ont payé le prix le plus élevé en moyenne pour un camion neuf en 2006, soit environ 44 000 $, suivis par ceux de l’Alberta, à un peu plus de 42 400 $. Les conducteurs de Terre-Neuve-et-Labrador ont payé le prix moyen le plus faible, soit environ 33 150 $.

L'Alberta fait bande à part

Les ventes de véhicules automobiles neufs ont augmenté l’an dernier dans sept provinces, celles ayant enregistré une baisse étant Terre-Neuve-et-Labrador, le Québec et le Manitoba. Les hausses les plus élevées se sont produites en Alberta, une province riche en pétrole, qui a enregistré une hausse de plus de 10% pour la deuxième année consécutive.

Dans l’ensemble, les concessionnaires de l’Alberta ont vendu un nombre record de 248 731 véhicules neufs l’an dernier, une hausse de 11,9 % et une troisième hausse annuelle consécutive. Celle de 2005 avait atteint 13,4 %. L’Alberta, qui compte un peu plus de 10 % de la population canadienne, selon le Recensement de 2006, a enregistré 15 % de toutes les ventes de véhicules neufs l’an dernier. Les concessionnaires de l’Alberta ont affiché neuf records mensuels en 2006.

L’Alberta arrive aussi en chef de file en ce qui a trait aux augmentations de ventes de camions. Les conducteurs de l’Alberta en ont acheté 162 772 unités, une hausse de 14,9 %. Ces ventes ont constitué le cinquième des ventes totales de camions au pays.

Les ventes de camions ont représenté 65 % des ventes totales de véhicules en Alberta l’an dernier, et les conducteurs de cette province ont dépensé trois fois plus pour des camions que pour des voitures particulières.

En comparaison, au Québec, les ventes de voitures particulières neuves ont représenté près des deux tiers (64 %) du marché total des véhicules neufs de la province, la proportion la plus élevée au pays.

Concessionnaires de véhicules automobiles

À la fin de 2006, on comptait 3 817 concessionnaires de véhicules automobiles neufs au Canada, ainsi que 14 660 concessionnaires de véhicules d’occasion, de véhicules récréatifs ou des marchands de pièces.

Au niveau national, un peu moins de 144 000 Canadiens travaillaient chez ces concessionnaires. Cela comprend les vendeurs, mécaniciens, secrétaires et tous les autres travailleurs, chargés non seulement des ventes de véhicules, mais de tous les services offerts par les concessionnaires.

En 2006, les gains hebdomadaires moyens d’un employé travaillant pour un concessionnaire automobile (y compris les concessionnaires de voitures et de camions neufs et d’occasion) se chiffraient à 803,58 $, ou 42 000 $ par an.

Les consommateurs dépensent davantage chez les concessionnaires que dans les supermarchés

Chaque année, les consommateurs dépensent globalement plus chez les concessionnaires de voitures neuves que dans les supermarchés. Au total, pour chaque tranche de 100 $ dépensés par les consommateurs l’an dernier chez des détaillants, 19,12 $ sont allés aux concessionnaires de véhicules automobiles neufs. Par contre, les consommateurs ont dépensé 18,35 $ dans les supermarchés.

Quand on combine les dépenses des consommateurs chez les concessionnaires d’automobiles neuves avec les ventes des concessionnaires de véhicules usagés ou récréatifs et des stations-service, on s’aperçoit que ces dépenses dépassent même celles des supermarchés et des magasins de marchandises diverses combinées.

Au total, pour chaque tranche de 100 $ dépensés par les consommateurs l’an dernier chez des détaillants, 34,39 $ sont allés à des véhicules et des produits connexes, y compris les véhicules neufs, d’occasion et récréatifs, ainsi que les pièces et l’essence. Par contre, les consommateurs ont dépensé 28,06 $ dans les supermarchés et les magasins de marchandises diverses combinés.

Statistiques Canada

Pour partager :