Rover SD1 1976-1986

Pour partager :

La voiture-mystère de la dernière édition était une Rover SD1, aussi appelée Rover 3500 chez nous et Vitesse quand elle était équipée du V8 de 190 cv. 

Avec son allure inspirée par la Ferrari Daytona, sa carrosserie à cinq portières, son habitacle très typé moderne, son prix modéré et son moteur généreux, la grande Rover a remporté le titre de Voiture de l’année 1977 malgré une mécanique classique. En effet, la Rover 3500, SD1 pour les intimes, recourt à un essieu moteur rigide à l’arrière, alors que sa devancière, l’illustre P6, utilisait un essieu De Dion plus sophistiqué. Mais voilà, les finances du groupe British Leyland, alors propriétaire de Rover, n’étaient pas au beau fixe. Aussi l’ingénieur responsable de la SD1 a opté pour une unité rigide, plus simple, solide, constante dans sa géométrie. 

En revanche, sur la 3500, la direction a été soignée. Très douce, directe, et remarquablement précise, elle conférait à la belle Anglaise un agrément certain, encore bonifié par le V8 3,5 litres de 155 ch. Elle atteignait les 200 km/h, et accélérait de 0 à 100 km/h en moins de 9 sec, ce qui la plaçait au niveau d’une Mercedes 280 SE, ou d’une Jaguar XJ6. Sauf qu’elle coûtait sensiblement moins cher, ce qui, avec sa ligne réussie lui valut un grand succès commercial, au début de sa carrière. L’usine de Solihull peinait à fournir la demande.

En 1977 furent lancées les versions 2300 et 2600, dotées de 6 cylindres en ligne dérivant de ceux des Triumph 2500. En 1979, premier coup dur : la crise du pétrole, et les ventes chutent. Mais un autre élément vient aussi contrarier la carrière de la grande Rover : sa fiabilité précaire. Les problèmes électriques se superposent à la finition douteuse, à l’anticorrosion légère et aux casses d’arbres à cames sur les 6 cylindres. Malgré les retouches de style et les nouvelles offres mécaniques, rien n’empêchera cette Rover très mal construite de continuer à chuter jusqu’en 1986, année où elle fut remplacée par la 820, guère plus fiable.

Aujourd’hui, trouver une belle SD1 tient de la gageure. Mais on peut à un prix dérisoire s’offrir une très belle berline, emblématique d’une Angleterre déliquescente.

Le Blog Auto

Pour partager :