Studebaker: plus vieille que l’automobile

Pour partager :

Studebaker Cruiser 1966

L'histoire de Studebaker commence avec les frères Clement et Henry Jr en février 1852. Si vous êtes familiarisé un tant soit peu avec l'histoire de l'automobile, vous savez que celle-ci ne sera inventée que plus de 40 ans plus tard. En fait, les frères Studebaker sont des maréchaux-ferrants qui font des pièces de chariot en métal à leur début pour, par la suite, vendre des carrioles complètes. L'origine de Studebaker prend place à South Bend, en Indiana.

Dès 1897, la firme a, à son service, un ingénieur qui travaille sur un véhicule à moteur. Au départ, Studebaker opte pour la propulsion électrique plutôt que l'essence. Comme quoi les voitures électriques ne datent pas d'hier! Pendant que Studebaker Electric fabrique ses propres véhicules de 1902 à 1911, la compagnie s'associe à deux autres manufacturiers afin de construire des voitures à essence. C'est ainsi que des voitures sont assemblées en collaboration avec Garford à partir de 1904.

En 1910, la direction décide de refinancer et d'incorporer la compagnie sous le nom Studebaker Corporation. Le tout est officialisé selon les lois du New Jersey le 14 février 1911. La compagnie arrête la production de véhicules électriques la même année.

Le premier grand conflit mondial a été très bénéfique pour Studebaker. Le gouvernement britannique commande plus de 85 000 véhicules de toutes sortes. D'autres commandes sont aussi reçues des gouvernements français et russe. En 1918, la capacité de production annuelle des sept usines Studebaker est de 100 000 automobiles, 75 000 véhicules à traction animale et à peu près 10 millions de dollars en pièces de rechange et harnais. En 1919, la production de carrioles est arrêtée et Studebaker peut maintenant ajouter un camion à sa chaîne de montage. Des autobus, camions de pompier et même de petites locomotives peuvent être produits à partir du même puissant moteur six cylindres. En 1929, à la veille de la Grande Dépression, la compagnie produit cinquante modèles de véhicules.

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, Studebaker fait encore son effort de guerre et produit le camion US6 en grande quantité et le M29 Weasel pour le transport d'équipements et de troupes. En 1948, Studebaker inaugure une usine d'assemblage à Hamilton en Ontario. Plus de 400 personnes y travaillent.

Une guerre de prix en 1949 entre Ford et GM fragilise les plus petits constructeurs comme Studebaker, Packard, Hudson et Nash qui pense à s'unir pour former un troisième grand constructeur américain. Malheureusement, l'emplacement de Studebaker en Indiana rend la centralisation quasi impossible. Le coût de sa main-d'œuvre est aussi le plus élevé de l'industrie. Il faut dire que la firme traite bien ses employés. En 1954, la compagnie est dans le trouble et tente une alliance stratégique avec Packard. Celle-ci n'a pas les reins plus solides, entraînant Studebaker-Packard Corporation près de la faillite en 1956.

Les derniers modèles 1966 sortent de l'usine d'Hamilton avec des groupes propulseurs Chevrolet, car il n'y a plus de groupes Studebaker. La fermeture de l'usine supprime 700 emplois et embarrasse la ville d'Hamilton. Studebaker était le dixième plus important employeur de la ville.

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :