Subaru fait autrement avec EyeSight

Pour partager :

Subaru EyeSight

Les systèmes de sécurité active ont été démocratisés par Volvo. Son système City Safety a fait ses preuves à de nombreuses reprises, si bien que plusieurs manufacturiers offrent maintenant des systèmes comparables. Subaru aussi. Toutefois, alors que les autres constructeurs se servent de détecteurs afin de repérer les obstacles, Subaru fait autrement.

Au lieu de détecteurs, Subaru a installé des caméras stéréoscopiques derrière le rétroviseur intérieur. Elles sont capables de détecter les véhicules en mouvement, les obstacles, le marquage sur la voie et autres objets. Toutes ces informations sont traitées par l'ordinateur EyeSight, celui-ci pouvant accélérer ou freiner le véhicule. Quand la vitesse est de plus ou moins 30 km/h, EyeSight peut détecter les piétons dans la trajectoire du véhicule et ainsi, atténuer ou éviter un impact. EyeSight a le pouvoir d'arrêter complètement le véhicule.

Lorsque vous cochez l'option EyeSight, votre véhicule sera équipé d'une suite de dispositifs de sécurité. Le contrôle de freinage précollision, l'atténuation des risques de collision, l'alerte de déviation de trajectoire, le régulateur de vitesse adaptatif et l'alerte de démarrage du véhicule de tête sont tous gérés par EyeSight.

J'ai essayé, la semaine dernière, un Subaru Forester 2015 dont vous pourrez lire le texte de l'essai un peu plus tard. Pour ce qui est de l'alerte de déviation de trajectoire, ça fonctionne très bien. EyeSight émet une alerte sonore et visuelle dès que vous traversez la ligne médiane ou celle de l'accotement. Durant la semaine, j'ai appris à faire confiance aux caméras. Il ne faut pas en avoir une confiance aveugle, car, après tout, il s'agit de technologie qui pourrait faire défaut ou être aveuglée par plusieurs conditions. Gardez donc en tête que vous êtes toujours le conducteur.

J'ai fait deux tests. D'abord, le plus simple, l'alerte de démarrage du véhicule de tête. Si vous êtes comme moi, ça ne vous dit pas grand-chose. Voici l'exemple: je suis au service au volant d'une chaîne connue. J'attends en ligne pour payer et recevoir mon repas. Pendant que je cherche mon argent dans ma poche, le véhicule devant moi avance. Quelques secondes plus tard, EyeSight m'avertit que le véhicule devant a démarré. C'est simpliste, mais combien d'entre vous êtes dans la lune à un feu rouge?

Deuxième test, le régulateur de vitesse adaptatif. J'adore ce système puisque, peu importe à quelle vitesse vous l'ajustez, vous vous retrouverez toujours derrière un véhicule plus lent, vous forçant à désactiver le régulateur. Pas avec EyeSight. Sur la portion d'autoroute entre l'échangeur Anjou et l'échangeur Décarie, à Montréal, c'est toujours congestionné. Avec le régulateur ajusté à 85 km/h, j'ai pu rouler sur toute la distance sans arrêter le régulateur. EyeSight a "fait la job" consistant à freiner et accélérer sans arrêt. Il a même immobilisé complètement le Forester à deux reprises! Dans ces cas, si le véhicule est arrêté plus de deux secondes, le régulateur se désactive lui-même. C'est un système qui enlève beaucoup de stress en période de pointe. Il pourrait d'ailleurs diminuer les embouteillages puisque EyeSight est beaucoup plus stable qu'un conducteur stressé.

Si vous en avez les moyens, je vous recommande l'option EyeSight de Subaru.

Par Christian Gagnon - LeBlogAuto.ca

Pour partager :