Sunbeam Lotus 1979-1982

Pour partager :

La voiture mystère de la dernière édition était une très rare version sport de la Sunbeam Avenger dont la mécanique provenait des motoristes de Lotus, d’où son nom de Sunbeam Lotus

Enfant terrible, elle eut de nombreux parents, puisque née Chrysler Sunbeam Lotus, elle devint rapidement Chrysler Simca Sunbeam Lotus puis Talbot Sunbeam Lotus. Pour une vie limitée à deux années de production, on a connu plus simple. Le produit fini n'en est pas moins impressionnant : une super voiture de rallye, championne du monde en 1981, avec en version civile, 150 cv pour seulement 930 kg. 

Dès sa présentation au salon de Genève en mars 79, la Sunbeam Lotus fait sensation. Il faut se remémorer la situation à cette époque : la Golf GTI est apparue en 1976. Avec ses 110 CV en Europe, à peine 90 chez nous au Canada, elle fait figure de reine de la route, et le phénomène GTI est en pleine croissance. Arrive la Sunbeam Lotus, à peine plus lourde, propulsion et non traction, et forte de 150 cv, avec un moteur qui équipe la Lotus Esprit qui brillait dans le dernier James Bond ! Extérieurement pourtant, rien ne laisse présager de ses dispositions phénoménales. La Sunbeam Lotus est très proche du modèle GLS, et ressemble beaucoup à nos Plymouth Horizon, avec qui pourtant elle ne partage aucun panneau de carrosserie. Pour distinguer une Sunbeam Lotus d’une Sunbeam « normale », il faut un œil exercé : les bandes grises sont le témoin le plus évocateur, les pneus (des Pirelli CN36 en 185/70HR13) sont plus larges et montés sur des jantes en aluminium spécifiques en provenance de chez Amil, il y a deux sorties d’échappement chromées côte à côte à l’arrière et… c’est tout ! 

La zone rouge du compte-tour débute à 7500 tr/min, tiens, tiens, et sur le levier de vitesses, on note le schéma des rapports de boîte : il y en a bien 5, mais la marche arrière est à gauche en haut, et la première vitesse à gauche en bas : démarrage à reculons promis pour les étourdis ! Un défaut fustigé par toute la presse de l’époque est l’autonomie ridicule de la voiture : 41 litres dans le réservoir ! À près de 20 litres au 100 en conduite sportive, faites le calcul.

Malgré la victoire au RAC Rally en 1980 et le titre de Champion du Monde des Rallyes 1981, la voiture ne fut jamais un succès commercial. Des 4000 voitures envisagées au départ, seules 2308 furent fabriquées. 

Le Blog Auto

Pour partager :