Toyota Yaris berline 2016 – une espionne dans la famille

Pour partager :

Toyota Yaris 2016

Toyota attaque presque tous les segments du marché, de la petite voiture jusqu’au plus gros des VUS en passant par les camionnettes. Elle offre plusieurs types de motorisation, du moteur à essence jusqu’à l’hybride en passant par l’hydrogène. Il est alors difficile d’imaginer que Toyota ait besoin de Mazda pour concevoir une petite berline. Et pourtant, c’est vrai! Dès novembre 2012, Toyota avait annoncé que la prochaine génération de la Yaris berline serait assemblée aux côtés de la Mazda2 dans une usine mexicaine. Aujourd’hui, cette nouvelle sous-compacte est en vente chez Toyota.

2016 TOYOTA YARIS BERLINE MOTEUR

Que vous l’appeliez Mazda2 (sauf en Amérique du Nord), Scion iA (chez nos voisins américains) ou Toyota Yaris (au Canada), il s’agit de la même voiture dont Mazda a fait tout la conception et le design alors que Toyota changeait les logos. Ainsi, sous le capot, ronronne un quatre cylindres issu de la firme d’Hiroshima. Sa cylindrée de 1,5 litre lui permet de produire 106 chevaux. Ce n’est pas une bombe, mais son enthousiasme est assez bon pour ne pas regretter d’avoir choisi la boite automatique à six rapports. Sur cette transmission, il y a un mode manuel et un mode Sport. Celui-ci est bien mal adapté à la petite motorisation si bien que le moteur se plaint en permanence si vous l’enclenchez. Alors que vous êtes normalement en sixième vitesse à 100 km/h, enclencher le mode Sport signifie rouler en quatrième. Assez désagréable pour le peu de performances ajoutées. La tenue de route est bien, sans plus.

2016 TOYOTA YARIS BERLINE DASH

L’habitacle est du pur Mazda. Le modèle Premium mis à l’essai propose un grand écran central de 7 pouces pour l’infodivertissement et le système GPS. Deux prises USB sont offertes, mais j’ai eu quelques difficultés avec l’une des deux. Il est possible jouer au casino en ligne. Problème de fil ou du système, je ne sais pas. Le système m’a paru plus lent que sur les modèles Mazda. Serait-ce une version plus basique avec un processeur plus lent? Encore là, c’est difficile à dire. Ça fait le travail, mais il est moins agréable à utiliser que sur les vraies Mazda.

La Toyota Yaris berline 2016 offre un système de démarrage par bouton-poussoir. C’est bien, mais il n’y a pas de bouton sur la poignée de la portière pour déverrouiller les portières sans sortir la télécommande de notre poche. Un petit oubli à corriger. L’instrumentation est très claire avec son grand cadran au centre et de petits affichages de part et d’autres. Les commandes dupliquées au volant sont très faciles à utiliser. J’aimerais donner une mention honorable au chauffage et aux sièges chauffants. Je n’ai jamais eu aussi chaud que dans cette berline, même dans des voitures beaucoup plus luxueuses. Les sièges chauffants ont même trois intensités. Bravo!

2016 TOYOTA YARIS BERLINE COFFRE

Les places arrière sont assez confortables, mais l’espace pour les jambes est très juste. Le coffre, par contre, propose des dimensions très raisonnables pour une voiture de ce gabarit. Il est possible d’agrandir le coffre en abaissant la banquette arrière divisée 60/40, même si le plancher ne sera pas plat. Une autre mention honorable pour la finition du coffre. Aucune partie du coffre n’est vraiment laissée « sur la tôle ». La seule critique est qu’il n’y a pas de poignée pour refermer le couvercle.

2016 TOYOTA YARIS BERLINE ARR

La Toyota Yaris berline 2016 est une belle addition à la famille du constructeur japonais. Elle n’est pas performante comme la majorité de ses concurrentes. Je pourrais reprocher à Toyota de ne pas avoir modifié un peu plus les lignes de la voiture. Toutefois, dans une catégorie où toutes les économies comptent, il était peut-être justifié de ne pas engager de stylistes inutilement. Après tout, les lignes de la Yaris berline ne sont pas vilaines, mais elle devra vivre avec les blagues sur ses origines Mazda.

FICHE TECHNIQUE DU MODÈLE À L’ESSAI

Toyota Yaris berline Premium 2016

Moteur : quatre cylindres, 1,5 litre, injection multipoint

Puissance : 106 chevaux à 6 000 tours/minute

Couple : 103 livres-pied à 4 000 tours/minute

Transmission : automatique 6 rapports

Suspension avant : indépendante, jambes de force MacPherson à gaz avec barre stabilisatrice

Suspension arrière : poutre de torsion

Direction : assistée électrique

Freins : disques avant ventilés, tambours arrière, assistés

Pneus : P185/60R16 toutes saisons, pneu de secours temporaire

Roues : 16 pouces en alliage d’aluminium

Prix : 25 936 $ + taxes

 

CONDITIONS DE L’ESSAI

Date de l’essai : 21 décembre 2015 au 4 janvier 2016

Météo : très variée, entre -23 et 15 °C.

Distance parcourue : 798,7 km (50 % autoroute)
Consommation affichée : 6,6 L/100 km

Régime moteur à 100 km/h : 2 000 tours/minute

Régime moteur à 115 km/h : 2 300 tours/minute

 

Voir la fiche de la Yaris du Guide Auto sur autoExpert.ca
Voir les Toyota Yaris à vendre sur autoExpert.ca

Pour partager :