V2V : Un système expérimental qui promet

Un « sixième sens » prévient le conducteur des dangers potentiels ou reéls

Le motif essentiel qui a conduit au développement du nouveau système de communication de véhicule à véhicule « V2V » de General Motors était d’arriver à alerter à temps le conducteur pour éviter le risque potentiel représenté par un autre véhicule, avec la finalité d’éviter au maximum les accidents. Dans le monde de l’automobile, le « V2V » pourrait donc bientôt être synonyme de dialogue.

Les nouvelles aides à la conduite de General Motors sont basées sur la communication entre véhicules « V2V », deux voitures pouvant dialoguer sans intervention du conducteur. Le V2V fait référence à un équipement du véhicule en système de communication sans fil, permettant l’échange de données comme la position et la vitesse. Le système peut analyser immédiatement ces données, et avertir à temps du danger potentiel représenté par d’autres véhicules. Au sein du « Car2Car Communication Consortium », Opel – filiale allemande de GM – travaille aux côtés de nombreux autres constructeurs pour que ce système bénéficie d’une normalisation au plan européen.

« Conduire une voiture est une affaire très complexe. Savoir où se trouve un autre véhicule et vers où il se dirige peut être aussi important que de conserver la maîtrise de son propre véhicule », explique Hans-Georg Frischkorn, Directeur Exécutif des Systèmes électriques, de la gestion et des logiques embarquées. « Avec le système V2V, nous permettons au conducteur d’en savoir plus sur son environnement dans le but d’améliorer la sécurité routière, sans pour autant le distraire ou le déresponsabiliser. Ce sixième sens lui donne l’occasion de savoir ce qui se passe autour de lui, pour éviter l’accident et également améliorer la fluidité de la circulation ».

Avertissement de la présence d’une voiture arrêtée sur le bord de la route (Illustrée à gauche) – Avertissement de collision frontale (Illustrée à droite)

Des composants validés pour une fiabilité absolue

Pour la réalisation de son système V2V, General Motors utilise des composants courants, éprouvés et validés. Cela garantit au client une excellente fiabilité, mais aussi permet d’aboutir à des réalisations abordables. Le coeur du système est constitué par un microprocesseur, un récepteur GPS et un module sans fil de type Wifi. Les véhicules ainsi équipés peuvent communiquer ensemble dans un périmètre de plusieurs centaines de mètres et échanger différentes informations comme leur position, leur vitesse, leur accélération ou l’état du revêtement.

Sept utilisations dans la circulation quotidienne

Le stade de développement atteint par GM avec son V2V est mis en relief par sept exemples d’utilisation de ce nouveau système. Son intérêt est clairement visible en condition de circulation quotidienne sur des Cadillac, Saab, Opel et Chevrolet équipées du V2V :

1.Véhicule à l’arrêt au bord de la route

Le système prévient le conducteur qu’un véhicule est arrêté sur le bord de la route, par exemple à cause d’une panne. Même si aucun danger de collision n’est imminent car la voiture ne se trouve pas sur la même voie, le conducteur est informé de la présence de la voiture par des alertes, par un exemple un clignotement sur l’afficheur. Il peut même être averti d’une situation potentiellement dangereuse – par exemple des gens sur le bas-côté – bien avant de les voir.

2.Alerte de freinage d’urgence

Les « feux stop adaptatifs » qui se mettent à clignoter rapidement plusieurs fois en cas de freinage très appuyé, ont fait leur apparition en série sur certains véhicules. Grâce au système V2V, les conducteurs peuvent être avertis de manière encore plus efficace. Il permet d’informer immédiatement les conducteurs qui suivent d’une situation dangereuse, pour qu’ils puissent réduire en conséquence leur vitesse.

Avertissement de freinage d’urgence

3.Alerte de collision avant

Un autre scénario est imaginable lors d’un bouchon ou d’une panne sur une route sans accotement. Grâce au système V2V, le conducteur de la voiture arrivant sur la même voie va être prévenu par un signal sur l’afficheur de la possibilité d’une collision. Au fur et à mesure que le véhicule va s’approcher, les feux arrière du véhicule à l’arrêt vont d’abord commencer à clignoter à fréquence rapide, puis un signal sonore va retentir dans la voiture en approche, le siège du conducteur se mettant également à vibrer. A ce moment là, le conducteur a encore assez de temps pour freiner ou effectuer une manoeuvre d’évitement.

Avertissement de la présence d’une voiture dans l’angle mort (Illustrée à gauche) – Avertissement de risque de collision à un carrefour (Illustrée à droite)

4.Angle mort / changement de file

L’aide au changement de file prévient le conducteur de l’éventuelle présence de véhicules se trouvant dans l’angle mort. Un signal visuel alerte le conducteur quand un autre véhicule circule dans la zone d’ombre laissée par le rétroviseur extérieur. Une diode lumineuse intégrée dans le montant de pare-brise ou dans le rétroviseur extérieur s’allume sur le côté concerné de la voiture. Le clignotement s’intensifie au cas où le conducteur représenterait un danger potentiel en mettant son clignotant pour aller dans la direction où se trouve signalé le véhicule. La LED commence à clignoter et le siège du conducteur se met à vibrer du côté concerné.

5.Alerte aux véhicules prioritaires

Quand un conducteur entend retentir une sirène, il est souvent difficile de repérer d’où va arriver le véhicule prioritaire, particulièrement dans la circulation urbaine. Avec l’aide du système V2V, le conducteur connaît la position et la direction du véhicule d’intervention, mais peut aussi recevoir des indications claires telles que « Garez-vous sur la droite ! » ou « Laissez un passage entre la deuxième et la troisième file ! ».

6.Alerte de zone de travaux

Il arrive souvent qu’un conducteur distrait rentre dans un véhicule de signalisation de travaux, même si celui-ci est surmonté d’une immense flèche lumineuse. Ce risque serait considérablement réduit si le véhicule de sécurité envoyait un signal d’avertissement qui apparaîtrait dans les voitures arrivant derrière, comme par exemple « Voie de gauche interdite à la circulation, veuillez emprunter la voie de droite. » Les zones de gros travaux aussi envoyer un tel signal, et en même temps communiquer la limite de vitesse à ne pas dépasser. Celle-ci pourrait rester affichée à l’écran sur toute la longueur de la zone de travaux.

Avertissement de la présence d’une véhicule prioritaire, même s’il n’est pas encore visible (Illustrée à gauche) – Avertissement de la présence de travaux (Illustrée à droite)

7.Alerte de collision aux carrefours

À certains carrefours, avec l’aide du système V2V, les véhicules pourraient communiquer entre eux bien avant qu’ils ne soient en vue l’un de l’autre, permettant au système d’alerter à temps les conducteurs des deux véhicules du danger d’une possible collision. Il reste aux conducteurs assez de temps pour freiner ou effectuer une manoeuvre d’évitement. Si l’accident ne peut plus être évité de cette manière, le V2V pourrait même être en mesure d’agir automatiquement sur les freins de l’un ou des deux véhicules.

Objectif : une diffusion aussi large que possible

GM a volontairement utilisé pour réaliser ce dispositif des composants peu coûteux et très répandus, afin de pouvoir le monter potentiellement en série sur beaucoup de véhicules. L’autre possibilité aurait consisté à proposer pour quelques rares véhicules des solutions de haute technologie extrêmement coûteuses. « General Motors a toujours opté pour la démocratisation de l’innovation », rappelle Hans-Georg Frischkorn. « Nos systèmes V2V sont proposés à des prix abordables et peuvent être montés sur toutes les catégories de véhicule. Ce qui revêt une grande importance, car des systèmes communicants comme ceux-ci voient leur efficacité renforcée lorsqu’un grand nombre de véhicules en sont équipés ».

Preuve est apportée de l’efficacité du V2V sur circuit mais les systèmes de communication de voiture à voiture devront encore être expérimentés de longs mois avant de pouvoir être validés. Un test grandeur nature impliquant mille véhicules débutera en octobre prochain en Allemagne, dans un périmètre de 50 km autour de Francfort. Les experts évoquent une commercialisation possible en 2015 à un tarif d’environ 500$. Il est prévu de pouvoir monter ces systèmes en après-vente car leur fiabilité reposera sur le nombre de véhicules équipés.

General Motors

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>