Volkswagen BlueSport Concept 2009, le retour du roadster compact

Pour partager :

Nom : Volkswagen BlueSport Concept 2009
Consommation : 4,3 l/100 km en moyenne ; moins que n’importe quelle voiture de sport
Positionnement : roadster authentique à faible niveau d’émission

Avec le concept de la BlueSport, Volkswagen tente le pari de la voiture sportive abordable à deux places et motorisation diesel : 225 km/h et 4,3 litres/100km.

Volkswagen inaugure la nouvelle année par la concrétisation d’un rêve automobile : un roadster à moteur central extrêmement leste, proposé à coût accessible et d’une sobriété exemplaire. En voici la fiche signalétique.

Le retour de l’agilité et de la compacité

Derrière les deux sièges sport du Concept BlueSport (3,99 m de long, répartition de la charge sur les essieux : 45/55), une motorisation TDI propulse le roadster. Le moteur choisi pour équiper le modèle dévoilé aux États-Unis est un moteur Diesel propre (TDI) de 180 ch à injection à rampe commune, avec catalyseur de stockage des NOx en aval.

À bas régime, dès 1750 tr/min, le moteur turbodiesel de 2,0 l offre un couple maximum de 260 pilb, ce qui correspond à la puissance d’un six-cylindres à essence de 300 ch ! La puissance est transmise aux roues arrière par une boîte à double embrayage à six rapports, le système de boîte le plus économe et le plus agile au monde. Cette boîte est proposée en version automatique ou par commande au volant. Passant de 0 à 100 km/h en seulement 6,2 s, le Concept BlueSport atteint une vitesse de pointe de 225 km/h.

Il s’agit d’un profil technique de roadster qui entérine une philosophie à la fois nouvelle et classique, mais aussi très européenne, de la voiture de sport. Auto-plaisir par excellence, le Concept BlueSport n’en représente pas moins une avancée incontestable au chapitre du développement durable. À tel point que s’il était adopté en série, il pourrait signer une renaissance des roadsters compacts. Et ce modèle est aussi à l’aise dans l’espace urbain des grandes métropoles que sur les routes sinueuses de campagne ou les autoroutes.

Le refus de tout compromis

Volkswagen a développé son concept car avec deux objectifs en tête : offrir un agrément de conduite maximum et une consommation minimum. Le constructeur allemand a donc écarté doit ses traits à l’équipe de Klaus Bischoff (directeur design de la marque Volkswagen) et de Thomas Ingenlath (directeur design du Center Potsdam). « Le design du Concept BlueSport établit une synthèse parfaite entre technique et esthétique», souligne Klaus Bischoff. «Le langage formel est dépouillé et ramené à l’essentiel. La carrosserie elle-même est élancée et longiligne». Thomas Ingenlath ajoute : « Le corps du véhicule laisse émerger, tout en puissance, les passages de roue circulaires, taillés en trois dimensions à l’image d’une sculpture. Les surfaces radiales, arêtes et intersections mettent les roues en relief et l’agilité du Concept BlueSport. Les prises d’air latérales sont caractéristiques de l’architecture à moteurcentral et leur dessin allégeant les volumes souligne le poids athlétique de cette sportive. »

Des proportions musclées

Les proportions du Concept BlueSport lui confèrent une physionomie exceptionnellement puissante et souveraine. Hormis sa faible hauteur (1,26 m), on remarque son empattement plutôt allongé (2,43 m) pour une longueur d’environ quatre mètres, ainsi que par des largeurs de voie impressionnantes (1,49 m à l’avant et de 1,52 m à l’arrière) compte tenu de la largeur totale du roadster (1,75 m).

Les dimensions sur le papier montrent que la carrosserie aux lignes puissantes du Concept BlueSport est sensiblement plus courte et plus basse que le Scirocco déjà présent sur le marché européen, tout en dépassant en longueur et en largeur un modèle tel que l’actuelle Polo. Des proportions dont la puissance est renforcée par les jantes 19" à branches en alliage léger nouvellement dessinées.

La silhouette

L’avant du Concept BlueSport rejoint le design inauguré avec la Scirocco (en Europe) et la Golf IV 2010. À la base, on trouve une identité esthétique reformulée, un nouvel ADN appelé à marquer tous les modèles Volkswagen. Cette nouvelle identité visuelle a été dessinée par Walter de Silva (directeur design du groupe Volkswagen), Flavio Manzoni (directeur du design créatif chez Volkswagen AG) et Klaus Bischoff. Reprenant certains éléments historiques, elle offre une réinterprétation du design Volkswagen.

L’imposante double lame formée par les profilés étroits de la calandre et le pare-chocs peint est empruntée à la Golf. De vastes prises d’air de couleur noire occupent toute la largeur du véhicule dans la partie inférieure, où sont également logés les clignotants LED sous un
plastique translucide de teinte foncée.

Dans la partie arrière, les lignes de fuite des ailes encadrent une zone d’épaulement on ne peut plus dynamique et limpide. Au centre, une grande bande de la couleur de la carrosserie est surmontée d’un liseré noir qui sépare le bouclier du capot de coffre ou du capot moteur. Le logo VW est placé bien en évidence sur cet axe reliant également les feux arrière. La forme de ces derniers fait d’ailleurs écho à celle des phares. Les feux incorporent également une composante LED en forme de C, visible de loin dans la nuit et extrêmement lumineuse au freinage. Le troisième feu stop est logé dans le capot arrière, juste au-dessus du logo VW.

Dans la partie inférieure, l’ensemble est dominé par une surface latérale noire, intégrant aux extrémités les sorties d’échappement, dans la ligne de fuite des ailes arrière. L’extrémité inférieure du pare-chocs est bordée par une surface prolongeant les ailes et les passages de roue. De la couleur de la carrosserie, elle comporte une zone centrale aérodynamique conçue comme un diffuseur.
Sur les flancs, les arêtes extérieures des panneaux d’aile et les passages de roue circulaires – caractéristiques du design Volkswagen – s’intègrent dans les lignes claires et précises, tout en puissance et en esthétique. Autre élément marquant de la silhouette générale : les porte-àfaux  extrêmement courts. Sans oublier les jantes en alliage léger à dix branches et les pneumatiques de dimensions 235/35 ZR19 à l’avant et 245/35 ZR19 à l’arrière, qui occupent totalement les grands passages de roues et reprennent l’aspect typique des supervoitures de sport.

L’habitacle

L’intérieur d’une voiture de sport doit s’apparenter à du sur-mesure. Tout doit être à portée de main, parfaitement accessible, contrôlable et d’une esthétique raffinée. C’est précisément ce qu’a voulu faire Volkswagen avec son Concept BlueSport. À bord, on est frappé d’emblée par l’écran tactile, une interface homme-machine intuitive. Situé juste au-dessus du tunnel de transmission imaginaire, l’écran tactile commande l’accès à toutes les fonctions d’information et de divertissement. Juste devant, à hauteur de l’ancien levier de vitesses, la roue de commande multifonctions permet de piloter la boîte à double embrayage.

L’écran tactile est surmonté des trois grands boutons de réglage du climatiseur automatique à deux zones, disposés sur une zone striée de lamelles verticales remplissant à la fois une fonction esthétique et de ventilation. Le commutateur d'éclairage, à gauche
du volant, a été conçu selon un principe analogue. L’éclairage de base des commutateurs reprend par ailleurs l’orange de la capote. Les designers ont également redessiné les grands cadrans et le volant multifonctions, ce dernier comportant les touches de commande du système audio, du téléphone, de l’ordinateur de bord et de la boîte à double embrayage DSG.

Les sièges sport cuir à construction légère et dossier monopièce s’harmonisent parfaitement avec l’habitacle. Les appuie-têtes intégrés siglés VW sont doublés des arceaux de sécurité du Concept BlueSport. Juste à l’arrière se trouve la capote repliée. Elle s’ouvre et se ferme manuellement en quelques secondes, grâce à un pliage classique en Z et à son faible poids. Parce que le minimalisme a parfois du bon.

Vidéo Volkswagen BlueSport Concept 2009

Le Blog Auto • Volkswagen AG

Pour partager :