Volkswagen K70 1970-75

Pour partager :

La Volkswagen de la dernière photo-mystère, appelée poétiquement « K70 », est un bon exemple de ratage commercial même si la voiture elle-même n’était pas si mauvaise. Cette berline de taille moyenne était en fait la première voiture de la marque à proposer la traction avant et un moteur refroidi au liquide, des techniques nouvelles pour VW alors, puisqu’elle favorisait toujours le moteur refroidi à l’air placé à l’arrière. La K70 a été initialement conçue par NSU (marque rachetée par VW en 69) comme petite sœur de la fabuleuse Ro80, l’emblématique berline à moteur rotatif du petit constructeur allemand. Les jantes de la K70 sont d’ailleurs identiques à celle de la Ro80 et la ligne de caisse rappelle fortement celle de cette voiture, tout comme celle des petites NSU TT et Prinz. K70 veut dire, en allemand, « moteur à pistons de 70 cv », alors que Ro80 voulait dire « voiture à moteur rotatif pour les années 80 ».

Initialement prévue pour la gamme NSU 1969, la K70 est finalement sortie en aout 1970 sous la bannière VW parce que Volkswagen venait tout juste de faire l’acquisition du petit constructeur. Le modèle arrivait pile poil pour VW, en passe de moderniser sa gamme après 30 ans de plateformes à moteur arrière, une technologie désuète pour l’usage quotidien. La K70 était la première pierre de la transformation majeure que subira VW dans les années 1970. Son rouage-moteur, ou du moins sa conception particulière, est toujours de mise aujourd’hui car la plupart des Audi s’en inspirent encore : le moteur incliné sur le côté était disposé longitudinalement, entre les deux roues avant, au dessus du différentiel, alors que la boite de vitesses était repoussée vers l’arrière, dans le tunnel central. Cette disposition offrait alors un avantage certain en compacité mécanique et en volume intérieur, mais rehaussait ainsi le capot et les suspensions. Fait cocasse, il était possible de changer l’embrayage sans sortir le moteur, ni la boite de vitesses, simplement en montant la voiture sur un pont.

Si le volume de la cabine et de la soute à bagages étaient excellents, tout comme la visibilité et la position de conduite, son caractère iconoclaste était une difficulté dans la salle de montre et dans l’atelier, où elle faisait figure d’ovni au milieu des Coccinelle, Karmann-Ghia et autres VW 411 toutes en rondeur, et surtout, toutes en moteurs arrière. Elle aura tout de même eu le mérite de permettre l’arrivée de la première Passat en 1974 (appelée Dasher chez nous) et surtout, de la Golf/Rabbit en 1975. La production de la K70 dépassa à peine les 200 000 exemplaires en cinq courtes années sur le marché.

Le Blog Auto

4 thoughts on “Volkswagen K70 1970-75

  • 10 décembre 2009 à 10 h 45 min
    Permalink

    Une thundebird 1985 enfin ca ressemble beaucoup !

  • 14 décembre 2009 à 14 h 09 min
    Permalink

    Bingo ! Mais quelle version ?

  • 17 décembre 2009 à 10 h 30 min
    Permalink

    après recherche sur web 30ieme anniversaire ? peut-être !

  • 17 décembre 2009 à 17 h 22 min
    Permalink

    C’est plus simple que cela : c’était simplement la très rapide mais très rare version Turbo Coupé à moteur quatre cylindres turbocompressé et boite manuelle. Les roues sont celles de la Mustang GT à moteur V8 de la même époque, sauf pour l’emblème central.

    Ces voitures sont plus jolies vues de 3/4, car de profil elle montrent leur grand nez et leur popotin allongé. C’est que l’empattement n’était pas très long, un cadeau de la plateforme de la Fairmont.

Les commentaires sont fermés.