Volvo 480 ES 1986-95

Pour partager :

La voiture de la photo-mystère de la dernière édition était une Volvo 480ES, une compacte « haut-de-gamme » et originale sur le plan stylistique, si ce n’est sur le plan mécanique. C’était en fait une traction à moteur transversal, une première pour Volvo à l’époque, mais sans grande originalité mécanique. C’est vers la fin des années 70 que Volvo a lancé son projet appelé G-13 : développer une Volvo compacte et économique pour le marché nord-américain. Le lieu de production était déjà connu : ce seraitaux Pays-Bas, dans une usine existante. C’était l’emplacement de l’usine DAF, qui fut rachetée par Volvo Car Corporation en 1973. Les spécifications de ce modèle furent connues dès la fin de l’année 1979. Volvo voulait une nouvelle plate-forme, un châssis complet sur lequel la nouvelle série de Volvo «néerlandaise» serait construite. La voiture devait être une traction, avoir un empattement de 2.5 m, et accrocher le regard. Le design étant une chose principale dans le développement de ce projet, il fut décidéde s’inspirer du break de chasse Volvo, le P1800-ES, avec sa ligne unique, ses larges surfaces vitrées et sa lunette arrière abrupte. Au départ, le projet avait des phares classiques, mais placés très bas, même si on savait déjà depuis longtemps que cela n’était pas compatible avec les normes américaines car situés trop proches du sol. On adopta alors les phares escamotables, si populaires dans les années 1980. Une autre caractéristique originale retenue alors fut le prolongement de la lunette arrière par les blocs optiques ainsi que l’adoption d’un essuie-glace intégré.

 Autre particularité de la voiture, les pare-chocs. A ce sujet, s’ils ne sont pas la partie la plus élégante de la voiture, ils permettent d’identifier facilement le véhicule comme étant de la marque Volvo. À bord, devant le conducteur, un tableau de bord flottant qui fournit au conducteur toutes les informations dont il peut avoir besoin. Rien n’est situé en dehors de ce tableau de bord. Ceci confère à la voiture une impression d’espace. C’est également pourquoi les couleurs ont été choisies relativement claires, sans pour autant causer de reflets gênants sur le pare-brise. Une barre est fixée au tableau de bord, là encore pour répondre aux normes américaines. Ce qui fait que la boîte à gants est un peu petite mais ceci est compensé par de nombreux autres rangements, dans les portes, et dans les deux accoudoirs. Chaque passager possède son propre siège et les passagers arrière ont même la possibilité de régler le leur. En 1982, la voiture a reçu son premier moteur, et les premiers essais sur route ont été entrepris, principalement aux Etats-Unis. Mais à cette époque quelques problèmes survinrent. Surtout en raison du taux de change défavorable, il devenait improbable que la voiture soit vendue aux Etats-Unis. La voiture ne sera finalement vendue qu’en Europe, à partir de l’automne 1986. La presse internationale fit aussitôt l’éloge de cette voiture, qui était une remarquable addition à la gamme Volvo. Tous mentionnèrent son esthétique et sa tenue de route supérieure. A cette époque, l’ordinateur de bord était une première pour une voiture de cette catégorie, et les journalistes ne manquèrent pas de saluer la facilité d’utilisation de ces nouvelles fonctions électroniques. La voiture possédait les aspects typiques d’une voiture de sport tout en conservant les caractéristiques de sécurité et de confort propre à Volvo. Bien que la plupart des réactions fussent positives, certains émirent des réserves, principalement au sujet du moteur 1,7 litre d’origine Renault qu’ils jugeaient peu puissant. Volvo leur répondit qu’un modèle Turbo allait suivre, fin 1987. Au total, ce sont plus de 80 000 exemplaires de cette jolie compacte qui furent produits.

Le Blog Auto

Pour partager :